Augmenter le texte Réduire le texte PDF email Imprimer
10 juin 2012
Si, aux heures sombres, tu arrives à garder vivante dans ton cœur une branche verte, le Seigneur viendra et enverra un oiseau chanter sur cette branche au lever du jour. (Proverbe irlandais)

Un pays riche de son histoire, où le christianisme a de profondes racines : l’évangélisation de l’île par saint Patrick remonte aux premiers siècles après Jésus-Christ (432). Connue pour ses traditions celtiques, pour le succès de sa musique nationale avec U2 et traditionnelle avec Riverdance, pour ses grands auteurs littéraires dont 4 prix Nobel, l’Irlande a aussi vécu des pages douloureuses dans son histoire récente : les violences entre catholiques et protestants et le scandale des abus sexuels au sein de l’Église catholique, une blessure encore ouverte.

Ces paroles de Benoît XVI dans sa Lettre aux catholiques irlandaisde mars 2010 résonnent encore fortement : « Tandis que vous affrontez les défis actuels, je vous demande de vous rappeler ‟le rocher d’où vous avez été taillés” (Is 51,1) ». C’est dans ce contexte – le parcours de purification et de renaissance de l’Église irlandaise  – que se situe aujourd’hui le 50ème Congrès eucharistique international (10-17 juin 2012).

Terrain irrigué aussi par la vie et par la proposition d’authenticité évangélique du mouvement des Focolari, depuis 1969, quand Margaret Neylon, de retour d’Angleterre, transmet autour d’elle, comme tache d’huile, la nouvelle vie qu’elle venait de découvrir : l’amour (celui que Jésus nous a enseigné) à la base de toute action. Avec son fils Eddie, atteint de myopathie, ils deviennent l’âme de la première communauté focolarine, qui amènera la naissance du premier focolare en Irlande (1971), puis du second (1976). Ils sont aujourd’hui au nombre de cinq, plus un centre de formation, la cité-pilote « Lieta », du nom de la focolarine argentine Lieta Betoño qui a consacré 30 ans de sa vie à donner l’idéal de l’unité aux Irlandais, jusqu’à sa mort en 2002.

Parmi les histoires entrelacées qui ont marqué le développement des Focolari en Irlande, citons celle de sœur Anna, qui décide, en 1973, d’emmener un groupe de jeunes catholiques et protestants à une rencontre internationale, le Genfest. Parmi ces jeunes, Sally Mc Allister, qui deviendra la première focolarine irlandaise. Originaire de Irlande du Nord, celle-ci avait décide d’embrasser la lutte armée. Dans l’Évangile, elle découvre une révolution plus grande encore, qui donne sens à la douleur de la division et des luttes fratricides de son pays.

Aujourd’hui, le mouvement des Focolari est présent à plusieurs niveaux, avec des personnes de toutes les vocations. Un travail commun est réalisé avec les autres mouvements catholiques, avec les membres des autres Églises et les membres de la communauté sikhe. Depuis 1991, avec la naissance de l’Économie de communion, quelques entreprises adhèrent au projet, par exemple Paul Connolly, optométriste, Nettraffic (télécommunications) et l’école d’anglais internationale Language and Leisure.

Les Juniors pour un Monde Uni ont réalisé des actions pour ramener la paix et l’espérance dans leurs villes : une vidéo qui présente leurs activités pour « mettre des couleurs » sur le gris de la ville, et la course mondiale Run4Unity, dont l’étape irlandaise s’est déroulée à Belfast le 12 mai dernier devant le siège du Parlement de Irlande du Nord. Run4Unity, avec la promotion de la Règle d’or par le sport dans de nombreuses écoles, et le dé de l’amour sont devenus des programmes pastoraux pour la préparation du Congrès eucharistique.

Chiara Lubich est venue en Irlande en 2004. Elle y a rencontré le Primat de toute l’Irlande Mgr Sean Brady, l’archevêque de Dublin Mgr Diarmuid Martin et d’autres évêques, Mary Mc Aleese, alors présidente d’Irlande, Bertie Ahern, alors premier ministre et présidente de l’Union européenne, et tous les membres des Focolari de l’île. Elle a dit à cette occasion : « Nous avons besoin de favoriser l’unité, l’unité des chrétiens en témoignant notre foi de manière différente aujourd’hui […] et je crois que le témoignage vivant et authentique de  vie familiale et de vie de foi est une des choses les plus importantes que nous avons à offrir pour l’avenir de notre pays ».

En 2012, c’est au tour de Maria Voce, qui sera en Irlande du 10 au 17 juin, avec le coprésident Giancarlo Faletti, à l’occasion du Congrès Eucharistique international, où elle interviendra avec un témoignage sur la Parole vécue. Dans le programme, de nombreuses manifestations sont organisées par les Focolari : un espace jeunes « Chiara Luce », des workshops sur l’Économie de communion et sur l’Église communion, une rencontre ouverte et le rendez-vous œcuménique qui se déroulera à Belfast dans la cathédrale anglicane Sainte-Anne le 14 juin et sera pour le Congrès une contribution au dialogue entre les Églises.

Irlande – Focolare Worldwide!

(500)Règles