Alzinete Vasconcelos do Nascimento

 
‘’Plutôt mourir que ne pas T’aimer’’ (18 août 1959 – 13 janvier 1996)
7

Elle n’a pas cherché à avoir une vie facile : provenant d’une famille pauvre et problématique, elle a vécu 12 ans de sa vie affectée par une tumeur grave, jusqu’à sa mort, à 37 ans. Pourtant Alzinete une fois le choix fait de rester fidèle à Dieu, a réussi à dépasser chaque épreuve avec un seul désir : « Plutôt mourir que ne pas L’aimer ».

Elle naît à Rio Branco, au Nord du Brésil dans une famille de 8 enfants. Parmi les difficultés économiques et les problèmes du papa, il y a le dévouement de la maman. C’est grâce à ses sacrifices et à un petit travail comme prof dans un collège qu’Alzinete peut s’inscrire à l’université.

En 1980 une amie l’invite à une rencontre des Focolari. « Ils racontaient quelques expériences de vie évangélique et disaient qu’ils faisaient tout pour Jésus ; j’ai pensé que je faisais beaucoup de choses et que je n’avais jamais pensé à les faire de cette façon, pour Lui. » Elle commence ainsi à vivre elle aussi de cette façon, dans les petites choses : « Quand ma mère me demandait quelque chose je me levais tout de suite, même si cela ne m’arrangeait pas et je répétais ‘’pour Toi, Jésus’’. Le soir je me sentais heureuse d’avoir cherché à tout faire pour Lui. »

Cette nouvelle façon de vivre améliore jusqu’aux relations avec le papa. En se rappelant les paroles de Jésus qui retient comme fait pour Lui ce qui est fait à nos frères (Mt 25,40) Alzinete rompt le mur d’indifférence qui jusqu’alors les tenait divisés, et à travers de petites attentions et des tentatives de dialogue, leur relation a visiblement changé.

A cette époque elle participe aussi à la Mariapolis de Manaus, une grande rencontre de tous les adhérents des Focolari du Brésil septentrional. Elle choisit de vivre l’Idéal de l’unité de manière encore plus radicale, avec la décision de ne pas s’arrêter aux premières difficultés et de recommencer après chaque échec.

Arrive alors la découverte de la maladie qui change sa vie. La nécessité de soins spécifiques la mène à Rio de Janeiro. Avec elle il y a toujours quelques adhérentes des Focolari et leur amour concret lui donne un grand courage pour affronter sereinement les moments les plus durs. Surtout durant les deux années de la maladie de la maman : « Ma mère est venue à Rio pour prendre soin de moi et au contraire, c’est moi qui l’ait aidée et accompagnée jusqu’à la fin. »

Durant toutes ces années de souffrance, Alzinete ne perd jamais sa sérénité. Comme elle l’explique aux plus incrédules, son secret est de confier à Dieu chaque souffrance, et elle communique sa propre lumière intérieure à quiconque l’approche. Beaucoup touchés par son rayonnement, lui répètent : « La vie est belle Alzinete, tu dois vivre ! » Mais elle, désormais voit clairement le sens de son existence : « J’ai demandé à Dieu de me guérir, Lui au contraire a voulu prendre ma vie, alors je la Lui donne avec joie ! »

Quand elle part pour le Ciel le 13 janvier, nombreux sont ceux qui l’ont connue, et qui ont appris ses paroles : « Plutôt mourir que ne pas T’aimer ! »

Règles(500)

 

Réaction

  1. Aparecida Cardoso

    L’ho conosciuta personalmente quando partecipavo del movimento a Rio de Janeiro e quando lei ha vissuto da me per qualche tempo. Mia madre l’ha presa come figlia. Era incredibile e meraviglioso vedere la sua forza che veniva proprio da Dio e che le dava la serenità che solo coloro che si fidano pienamente di Lui possono avere. Essere accanto a lei significava proprio sentire la presenza di Gesù . Lei è stata proprio un segno di Dio per tutti i quanti l’abbiano conosciuta.

    Répondre
  2. Margarida

    Eu também fui agraciada, fiquei alguns dias ao lado de Alzinete, quando estava no hospital e em sua casa na Tijuca – RJ, aprendi muito e aprendo até hoje com sua vida, foi e é importante tê-la conhecido, como Deus foi bom para mim em fazer meu encontro com ela.

    Répondre
  3. Bernadete

    Tive a graça de estar perto de Alzinete e experimentar a força que vem de Deus. O seu testemunho foi sempre forte, corajoso. Ela viveu intensamente por Deus, esquecendo-se dela mesma, principalmente quando sua mãe adoeceu. Obrigada Alzinete e confio a você essa região, a sua cidade que tanto você amou.

    Répondre
  4. ANA PAULA DA CONCEIÇÃO PINTO

    testemunhos assim nos encorajam para viver o Vangelo a cada dia com mais intensidade de amar jesus no outro.

    Répondre
  5. Nuala M. Daly

    She is an inspiration to all of us.

    Répondre
  6. Verônica - Koni

    Fui uma gen no mesmo período em que Alzinete se encontrava no Rio de Janeiro para o seu tratamento de saúde, tive a oportunidade muitas vezes de estar ao lado de Alzinete, em alguns momentos, que a acompanhei ao hospital, saia de lá edificada pela força, pela serenidade e sobretudo pela confiança que ela tinha no amor de Deus. A última carta que ela escreveu para as gen eu as guardo até hoje comigo. Algumas vezes, lí esta cartinha para as gen, para que esta nova geração encontre modelos de vida gen personificado naquela medida que Chiara nos deixou.
    Obrigada Alzinete pela sua vida.
    Verônica (Koni) – Focolare de Maceió/AL.

    Répondre
    • Júlia (Salvador)

      Também tive a imensa graça de conviver com a nossa querida Alzinete nos seus últimos anos como gen. Não me lembro de não ter me sentido amada por ela, mesmo nos momentos mais difíceis, de grandes dores físicas ou pela perda de sua mãe. Seu olhar era puro e sua voz sempre doce. Vivia o momento presente com muita serenidade e com caridade constante. Todos os anos, no dia 13 de janeiro, me lembro dela. Sei que ela intercede pela Obra , em especial, pelas gen, por quem sempre teve um grande amor.

      Répondre

Lire aussi