Jorge Haddad

 
« Je vous ai toujours aimé d’un cœur pur » (21 février 1938 – 21 janvier 1979).
3

Commerçant en Argentine dans la ville de Mendoza, pour Jorge, ce qui a toujours eu de l’importance, c’est son épanouissement. Alors qu’il était malade, il raconte qu’il l’a d’abord recherché « en premier au sein de la famille ; puis dans le travail ; puis dans les activités catholiques ». Puis voici la réponse qu’il nous a donnée: « Je me trouve dans ce lit et personne ne comprend pourquoi je suis aussi heureux, pourquoi  Bebi  l’est aussi, pourquoi nos enfants le sont : parce que nous avons compris que la réalisation est Jésus Abandonné, c’est être comme Lui ! ».

Tout jeune déjà, il était toujours à la recherche de grands idéaux. Quand en 1955 les militaires renversent le régime péroniste, à peine âgé de 18 ans, il disparaît pendant quelques semaines et revient armé d’un fusil. Il y aura ensuite le dur travail dans l’activité commerciale du père pour l’aider à murir.

Il épouse Bebi en 1960. Les ingratitudes et les désillusions de la routine quotidienne finissent par éroder lentement son enthousiasme.  Puis, suite à la grave maladie de son fils Andresito il se met définitivement à genoux. Après des mois de souffrance lancinante, Jorge accomplit un geste extrême : il met son habit le plus beau et dit : »Je suis prêt à offrir mon enfant au Seigneur ».                   Peu de jours après, allant à l’encontre du conseil des médecins, il entre dans la chambre de son fils agonisant  et reste près de lui. Peu après, Andresito commence à donner des signes de vie et miraculeusement, en peu de temps il guérit ! C’est une étape fondamentale dans la vie de Jorge.

En 1972 un groupe d’amis se retrouve chez Haddad pour constituer une coopérative.  La présence d’un focolarino de Cordoba est tellement stimulante que naît en tous le désir de participer à quelques jours  de rencontre avec les focolari dans cette ville distante de plus de 600 kms de Mendoza. Malgré leurs 5 enfants, le travail et les nombreuses occupations, Jorge se met en route avec toute la famille. Ainsi,  commence sa splendide aventure dans le Mouvement des Focolari.

Les Haddad se trouvent rapidement entourés, dans leur ville, d’une foule de familles conquises par leur enthousiasme ; même les enfants  sont impliqués. Ainsi Cinthya raconte : « Chiara Lubich dit que chacun de nous doit écrire sa page dans le livre de la vie. Je m’engage à en écrire une, afin que lorsque Jésus la lira nous pourrons Lui dire que chacun a tout donné de lui-même pour faire partie de sa famille ».

Ce sont des années de lumière. En janvier 1979 Jorge ressent les premiers symptômes de la maladie par laquelle  en l’espace d’un an, Dieu va l’appeler à lui. « Avec Bebi nous avons eu la confirmation de la biopsie écrit-il, mais la chose la plus belle est que nous nous sommes proposés de nous aimer jusqu’à mériter la présence constante de Dieu au milieu de nous. C’est l’unique héritage que je me suis proposé de laisser aux enfants ». Et il poursuit : « Certes, parfois je vacille, mais je sens que je dois vivre ainsi le temps plus ou moins long qu’il me reste à vivre ». Il entretient avec Chiara une correspondance de plus en plus intense. Elle l’appellera « Eletto ».

La maladie suit rapidement son cours mais  après tant d’années passées dans l’engagement continuel à aimer Dieu et les frères, malgré les grandes souffrances, Jorge sait désormais comment se préparer pour le « départ ». Il écrit à Chiara : « Je ne peux même pas dire que ma valise soit en désordre. Elle est vide. Aussi je me vois obligé de vivre seulement l’instant présent … je suis tombé amoureux de Dieu ».                                                                                                                                                                                          Il dit aux siens : « Je suis tranquille parce que j’ai toujours aimé d’un cœur pur (…). L’amour qui s’est créé entre nous peut-il mourir ? ».

Au soir du 21 janvier 1979 lorsque de sa main ouverte l’alliance glisse du doit et tombe à terre en tintinnabulant,  Bebi et ses fils rassemblés autour de lui n’ont aucun doute : Jorge est parti pour les attendre au Paradis.

Règles(500)

 

Réaction

  1. M.Paola Ciasca

    Nel primo Familyfest mi aveva molto colpito l’esperienza di Jorge, comunicata da Bebi, soprattutto per il fatto che lui – nonostante fosse felicemente sposato – aveva trovato la sua realizzazione solo in Gesù Abbandonato. Ero ad uno snodo cruciale della mia vita e non avrei mai immaginato quanto Jorge, dal Cielo, mi sarebbe stato vicino nelle tappe successive, che mi hanno riservato gioie e dolori profondi. Ora anch’io posso dire con lui che la mia realizzazione è solo in Gesù Abbandonato.

    Répondre
  2. Roberto Diaz

    Soy un voluntario del Movimiento del noroeste de Buenos Aires, conocì a Jorge en la decada del ’70. Cuando te encontrabas con el, inmediatamente se establecia una relacion de amor reciproco, por su amar a todos. Gracias Jorge.

    Répondre
  3. gessica

    BELLISSIMO JORGE! GRAZIE! CI STO!

    Répondre

Lire aussi