Omar Diaz

 
“On se voit au Paradis” (5 février 1969 – 14 juin 2015)

omar_diazOmar Diaz, très connu, surtout en Amérique Latine, responsable de l’Ecole des jeunes de la Cité Pilote Lia en Argentine, nous a quittés à l’improviste dans la nuit du 14 juin. Une nouvelle que personne n’aurait jamais voulu recevoir.

Le dimanche 14 juin au matin, Omar devait se rendre à Rosario, à 350 kms, pour voter. Il avait prévu de partir tôt et pour cela il avait convenu d’être accompagné en voiture jusqu’à Junín, la ville voisine, d’où il aurait ensuite pris le car pour Rosario. Mais ne le voyant pas venir, on est allé le chercher chez lui, pensant qu’il ne s’était peut-être pas réveillé… Pendant la nuit un infarctus l’avait emporté subitement, le laissant néanmoins avec un visage serein.
Troisième enfant de la famille Diaz, il naît le 5 février 1969 à Tandil (Argentine) où il vit une enfance heureuse. Son père tient une boucherie et toute la famille participe à la bonne marche du commerce, de sorte qu’à la maison on ne manque de rien. C’est au terme de ses études secondaires qu’il entre en contact avec le Mouvement des Focolari. La spiritualité de Chiara Lubich est une lumière qu’il fait tout de suite sienne et qu’il ne quittera plus. Après sa dernière année d’études supérieures il va séjourner quelque temps à la Cité pilote Lia, dans la « pampa » argentine, où se confirme sa vocation à se consacrer à Dieu dans le Focolare. Il se rend ensuite à Loppiano (Italie) pour participer à l’école de formation des focolarini.

Après ce temps de formation il retourne en Argentine, au focolare de Rosario, où il étudie la pédagogie pour ensuite commencer à travailler, d’abord comme professeur, puis comme directeur et président de diverses écoles et instituts de la ville. Passionné d’éducation, Omar ne se satisfait jamais, au contraire, il cherche toujours à aller plus loin : il veut que les jeunes restent marqués par leur expérience étudiante. Et c’est précisément son désir de se mettre à jour et de s’améliorer qui le pousse à fréquenter quelques cours de perfectionnement et, en même temps à se consacrer aux nouvelles générations du Mouvement, particulièrement aux Gen 4 (les enfants de moins de 9 ans) et aux Gen 3 (adolescents). Le grand nombre de témoignages que beaucoup d’entre eux, désormais adultes, laissent sur la page facebook est impressionnant et il est impossible de les retranscrire ici.

En 2012 commence pour lui une nouvelle aventure à la Cité Pilote Lia où il est en charge de l’Ecole de formation des jeunes. Nombreux sont ceux qui pourraient témoigner de son engagement, de son amour personnel envers ceux qui l’Ecole, de son respect pour l’origine et la culture de chacun. Il savait prendre du temps pour chercher à découvrir avec chacun les pas à  faire pour grandir en tant que personne et dans la vie spirituelle. Il nous laisse à 46 ans, sans avoir annoncé son départ. Omar reste présent dans nos cœurs, ainsi que le salut qu’il adressait aux jeunes qui partaient de la Cité Pilote Lia pour rejoindre leur ville : « On se voit au Paradis » !

Règles(500)

 

Lire aussi