Les paroles du pape François au “Village pour la Terre”

 
Nous transcrivons le discours intégral du pape François, qu’il a fait à bras ouverts, durant la manifestation à Villa Borghese organisée par le mouvement des Focolari pour la mariapoli de Rome et par Earth Day Italie.

20160427-a« En vous entendant parler, deux images me sont venues à l’esprit : le désert et la forêt. J’ai pensé : ces gens, vous tous, saisissez le désert pour le transformer en forêt. Ils vont là où se trouve le désert, là où il n’y a plus d’espérance, et ils réalisent ce qui fait transformer ce désert en forêt. La forêt est pleine d’arbres, elle est pleine de verdure, mais trop désordonnée… mais c’est ça la vie ! Et passer du désert à la forêt est un beau travail que vous faites. Vous transformez des déserts en forêts ! Par la suite on voit comment arranger certains endroits de la forêt… Mais là il y a la vie, ici non : dans le désert il y a la mort.

Beaucoup de déserts dans la ville, beaucoup de déserts dans la vie des personnes qui n’ont pas de futur, parce qu’il y a toujours – et je souligne un mot qui vient d’être dit – il y a toujours les préjugés, les peurs. Et ces gens doivent vivre et mourir dans le désert, dans la ville. Par votre travail vous faites le miracle de transformer le désert en forêt : vous avancez comme ça. Mais comment est votre plan de travail ? Je ne sais pas… Nous nous approchons et nous voyons ce que nous pouvons faire. C’est ça la vie ! Parce qu’on doit prendre la vie comme elle vient. C’est comme le gardien de buts au foot : attraper le ballon là où on te le lance… il arrive d’ici, de là… mais il ne faut pas avoir peur de la vie, ne pas avoir peur des conflits. Un jour quelqu’un m’a dit – je ne sais si c’est vrai, si l’un d’entre vous veut vérifier, moi je n’ai pas vérifié – que le mot conflit en chinois s’exprime par deux signes : un signe qui dit « risque », et un autre qui dit « opportunité ». Le conflit, c’est vrai, est un risque mais c’est aussi une opportunité ».

On peut prendre le conflit comme quelque chose dont il faut s’éloigner : “Non, là où je rencontre un conflit, je m’éloigne ». Nous chrétiens, nous savons bien ce qu’a fait le lévite, ce qu’a fait le prêtre, face au pauvre homme tombé sur la route. Ils ont détourné leur chemin pour ne pas le voir, pour ne pas s’en approcher (cf Lc 10,30-37). Celui qui ne risque pas ne peut jamais s’approcher de la réalité : pour connaître la réalité, mais aussi pour la connaître du cœur, il faut s’en approcher. Et s’approcher est un risque, mais aussi une opportunité : pour moi et pour la personne dont on s’approche. Pour moi et pour la communauté dont je m’approche. Je pense aux témoignages que vous avez exprimés, par exemple à la prison, avec tout votre travail ! Le conflit : ne jamais, jamais, jamais tourner le dos pour ne pas voir le conflit. Les conflits, il faut les assumer, les maux il faut les assumer pour les résoudre.

Le désert est laid, aussi bien celui qui est dans le cœur de nous tous, que celui qui est dans la ville, dans les périphéries, c’est quelque chose de laid. Même le désert que l’on trouve dans les quartiers protégés… est laid, là aussi le désert existe. Mais nous ne devons pas avoir peur d’aller dans le désert pour le transformer en forêt ; la vie y est exubérante, et on peut aller essuyer beaucoup de larmes parce que tout le monde peut sourire.

20160427-01Cela me fait beaucoup penser au psaume du peuple hébreu lorsqu’il était en prison à Babylone, ils disaient alors : « Nous ne pouvons chanter nos chants, parce que nous sommes sur une terre étrangère ». Ils avaient les instruments avec eux, mais ils n’avaient pas la joie parce qu’ils étaient en terre étrangère ». Mais quand ils ont été libérés, dit le psaume, « nous ne pouvions pas y croire, notre bouche s’est remplie de sourire » (cf Ps 137). De la même manière pendant le transit du désert à la forêt, à la vie, il y a le sourire.

Je vous donne un devoir à faire “à la maison” : un jour regardez le visage des gens pendant que vous marchez dans la rue : ils sont préoccupés, chacun est renfermé sur lui-même, il manque le sourire, il manque la tendresse, en d’autres termes l’amitié sociale, il nous manque cette amitié sociale. Là où il n’y a pas l’amitié sociale, il y a toujours la haine, la guerre. Nous sommes en train de vivre une « troisième guerre mondiale par bribes », partout. Regardez la carte géographique du monde et vous verrez ça. Par contre l’amitié sociale, bien souvent doit être accompagnée du pardon – le premier mot – du pardon. Très souvent cela se fait en se rapprochant : moi je m’approche de ce problème, de ce conflit, de cette difficulté, comme nous l’avons entendu de ces garçons et filles courageux dans des endroits où l’on pratique le jeu de hasard ; un bon nombre de gens perdent tout là, tout, tout. A Buenos Aires j’ai vu des femmes âgées qui allaient à la banque prendre leur retraite et tout de suite au casino, tout de suite ! S’approcher de l’endroit du conflit. Et ces jeunes y vont, ils s’approchent. Se rapprocher…

Encore quelque chose qui a trait au jeu, au sport et aussi à l’art : c’est la gratuité. L’amitié sociale se fait dans la gratuité, et cette sagesse de la gratuité s’apprend, elle s’apprend : avec le jeu, le sport, l’art, avec la joie d’être ensemble, en se rapprochant… C’est un mot, la gratuité, à ne pas oublier dans ce monde, où on dirait que si tu ne paies pas tu ne peux pas vivre, là où la personne, homme et femme que Dieu a créés justement au centre du monde, pour être aussi au centre de l’économie, ont été expulsés et au centre on a mis un beau dieu, le dieu de l’argent. Aujourd’hui au centre du monde s’est assis le dieu de l’argent et ceux qui peuvent s’en approcher pour l’adorer se rapprochent de ce dieu, et ceux qui ne peuvent pas sont victimes de la famine, des maladies, de l’exploitation… pensez à l’exploitation des enfants, des jeunes !

Gratuité : voilà le mot-clé. Gratuité qui fait en sorte que je donne ma vie comme elle est, pour aller avec les autres transformer ce désert en forêt. La gratuité, c’est une belle chose !

Et puis pardon, pardonner. Parce qu’avec le pardon, la rancune et le ressentiment s’éloignent. Ensuite construire ensemble, ne pas détruire, construire.

Voilà ce qui me vient à l’esprit. Et comment on réalise cela ? Tout simplement en sachant que nous avons tous quelque chose en commun, nous sommes tous des humains. Dans cette humanité nous nous rapprochons pour travailler ensemble. « Mais moi, je suis de telle religion, de telle autre… » Peu importe ! Allons tous de l’avant pour travailler ensemble. Se respecter, se respecter ! Alors nous verrons ce miracle d’un désert qui devient forêt.

Merci beaucoup pour tout ce que vous faites ! Merci ».

Journée mondiale pour la Terre 2016

PAROLES DU SAINT PERE FRANCOIS
DURANT SA VISITE A LA MANIFESTATION « VILLAGE POUR LA TERRE »

Rome, Villa Borghese
Dimanche, 24 avril 2016

Source : vatican.va

Zenit

Le Pape François à la Mariapolis

Règles(500)

 

Lire aussi