Tremblement de terre et neige dans le centre de l’Italie

 
Les conditions météorologiques aggravent les conséquences du tremblement de terre. Bonnes nouvelles à propos du projet RImPRESA, déjà opérationnel, dans le but de soutenir les familles et les entreprises en difficulté

133415-md

«On se croirait en guerre: il y a des VVFF, des gendarmes, des GGFF, gendarmes, la Croix Rouge, la protection civile etc. Hier soir au dîner nous avons reçu une famille de 6 personnes dont les enfants sont scout avec le nôtre. Leur maison est lézardée et ils dorment dans la grande tente. Notre famille s’est élargie ainsi que notre cœur… Entre un bidon d’essence donné à qui n’en avait plus pour son groupe électrogène, et des coups de pelle pour enlever la neige des voisins, on fait l’expérience de la fraternité. Jusqu’à hier soir nous faisions partie de ceux qui voulaient demander de l’aide. Puis la lumière est revenue et nous avons commencé à penser à ceux qui étaient dans le besoin. A la fin de notre vie on ne nous demandera pas si nous étions croyants mais crédibles ! ».

Ce sont des nouvelles qui nous arrivent d’amis de villages frappés par les dernières secousses du tremblement de terre qui le 24 août dernier, puis les 26 et 30 octobre, et dernièrement le 18 janvier, a affecté le centre de l’Italie actuellement recouvert d’une épaisse couche de neige.

Secousses qui se succèdent, suivies d’avalanches, de glissements de terrain, de pertes de vies humaines… suscitant en même temps des actions héroïques et altruistes où l’on va jusqu’à risquer sa propre vie, comme ce pompier qui s’est précipité dans l’hôtel enseveli sous la neige, ou ces volontaires de la protection civile, venus de tous les coins d’Italie.

Dans ce contexte d’urgence qui semble interminable, le projet RImPRESA intensifie son action dans le secteur. Depuis quelques mois, le long de la vieille route Salaria, que l’on espère bientôt praticable, une chaîne de solidarité, formant un réseau relationnel et logistique, relie de nombreux centres ruraux par le biais d’une économie basée surtout sur l’agriculture et l’élevage.

RimpresaLe projet RimPRESA, soutenu par des associations non lucratives comme l’AMU (Action pour un Monde Uni), chargée du projet, l’AIPEC (Association d’entreprises pour une Économie de Communion), l’AFN (Action Familles Nouvelles)Abbraccio Planetario (étreinte planétaire), B&F Foundation et le Mouvement des Focolari, est entré maintenant en pleine phase opérationnelle. Il s’agit d’approvisionner les entreprises en matières premières, machines, ou petites infrastructures provisoires, en favorisant le jumelage des entreprises similaires ; quatre groupes d’achat solidaire (GAS) se sont constitués jusqu’à présent dans quatre villes italiennes, dans le but de créer un espace de vente et de consommation en dehors des régions touchées par le tremblement de terre.

Dans peu de temps ils pourront choisir et acquérir les produits de l’usine sélectionnée à travers une plate-forme informatique qui enverra les commandes. Une fois par semaine, les produits seront acheminés directement au centre relié à chaque groupe d’acquisition.

L’objectif des GAS, loin de toute forme d’assistanat, est de favoriser une entraide et une participation active entre tous les membres. Dans ce but, le projet prévoit la création d’un « Fonds de réciprocité » qui attribuera aux familles sélectionnées une aide pour redémarrer leurs activités de production, et auquel elles s’engagent à participer une fois que les conditions de l’entreprise le permettront, afin de soutenir la reprise d’autres activités en difficulté. Ce sera donc la possibilité pour les entreprises qui ont été mises à dure épreuve, de se redresser.

Pour plus d’informations : www.amu-it.eu

Voir aussi : Tremblement de terre Italie : trois heures sous les décombres

Concert “Toulouse for Italy”

Noël parmi les déplacés du tremblement de terre du Centre de l’Italie

 

 

 

 

Règles(500)

 

Lire aussi