Run4Unity 2017: course à l’unité

 
En conclusion de la Semaine Monde Uni 2017, la course de relais Run4Unity, organisée par les juniors du Mouvement des Focolari, porte sur toutes les latitudes le témoignage de la fraternité.

Run4Unity_05Des juniors du Japon courent, reliés en temps réel à ceux de Séoul, en Corée du Sud, en imaginant un futur de paix. Aujourd’hui aucun d’entre eux ne se souvient des vieilles fractures qui divisent les deux rives de la Mer du Japon.

A Vienne 300 athlètes venus d’Autriche, de Slovaquie, de Hongrie, d’Allemagne et de Suisse se sont rencontrés pour vivre ensemble  des moments sportifs et fraternels. Parmi les joueurs il y a aussi des jeunes réfugiés appartenant à une Église Syro-orthodoxe.

Nous sautons dix fuseaux horaires et nous voilà à Mexicali (Mexique) et à Calexico (Californie, USA) où une centaine d’adolescents se dirigent vers le mur qui les divise. Aujourd’hui, la haine et le racisme n’ont pas de pays.

Elle progresse, bien plus elle court de l’Orient vers l’ouest, elle traverse symboliquement la surface de toute la terre et ses 24 « tranches » horaires, pour transmettre le flambeau de la fraternité sur toutes les latitudes. C’est Run4Unity , la course de relais mondiale organisée chaque année au début du mois de mai, par les Juniors du Mouvement des Focolari.

Cette course a conclu la Semaine Monde Uni, une période riche en initiatives et en projets en faveur de la paix et de l’unité entre les peuples : de l’Équateur, en plein état d’urgence humanitaire à la suite du tremblement de terre, à Medan (Indonésie), avec un concert pour la paix, en passant par Goma, dans la République Démocratique du Congo, sur les notes du festival Amani pendant trois jours de musique et de danse pour la paix.

Run4Unity est un parcours par étapes qui traverse les frontières les plus chaudes de la planète, à chaque latitude, de 11h à 12h, heure locale : à pied, en bicyclette, en roller, en barque ou bien  encore immobiles, dans le  silence d’une prière pour la paix… Ce fut cette année aussi la course la plus à contre-courant qui soit, une sorte de signe avant-coureur de l’unité. Ce qui compte ce n’est pas la vélocité des jambes, mais celle du cœur. Chaque étape s’est enrichie d’événements sportifs, d’actions solidaires, d’expériences de citoyenneté active (spécialement dans les lieux marqués par la solitude, la pauvreté, la marginalité), de jeux et de tout ce qui peut permettre de témoigner que le monde uni est encore possible, malgré les tensions préoccupantes et les signaux de dérive.

Run4Unity_07A Penang, un Etat de la Malaisie occidentale, Run4Unity s’est proposé de faire une UnityWalk, une promenade de 8 kilomètres, à laquelle ont participé 1200 personnes de tous âges, appartenant à divers groupes ethniques, culturels et religieux, parmi lesquels des hindous, des musulmans, des sikhs, des chrétiens et des bouddhistes.

En Inde la course exprime le désir de paix en traversant le centre de New Delhi, depuis le Gandhi Smriti, où le Mahatma Gandhi a été assassiné en 1948, aujourd’hui un lieu sacré, jusqu’à l’India Gate, monument national dédié à tous les soldats qui ne sont pas revenus de la guerre.
A Dresde (Allemagne) Run4Unity s’est déroulé au sein de la manifestation d’initiative populaire “Pulse of Europe” née pour encourager les citoyens à écouter les « battements du cœur » de l’Europe, parce que, comme le disent les organisateurs de l’événement, “L’Union Européenne était et reste avant tout une union pour garantir la paix”.
A Columbus, capitale de l’Ohio (USA) l’événement a eu lieu dans un centre pour jeunes d’un quartier à risque, avec des jeux, des messages de paix et le partage de la “Règle d’or”, suivi du nettoyage des rues et du partage des sandwiches avec les sans abri.
A Santa Lucia Utatlàn (Guatemala) la course a donné l’occasion d’un programme multiculturel qui a mobilisé un millier de personnes de diverses ethnies, parmi lesquelles des jeunes de la communauté maya de Quiché.

A Iglesias, en Sardaigne (Italie), Run4Unity a revêtu une forme très particulière, celle d’une sensibilisation au désarmement: Domusnovas et Iglesias, dans cette région, abritent en fait une usine qui fabrique des bombes et des armes. C’est de là que partent les convois destinés à alimenter les bombardements dans les zones de guerre.

Des adolescents et des  Jeunes du monde  imaginent un monde différent, sans guerres, ni murs, ni haine. Leur message fait aussi la course sur le web. Radioimmaginaria (Radioimaginaire), la première radio en Europe entièrement conçue et animée par des adolescents, a consacré une émission  en direct aux événements de Run4Unity dans le monde. Parce que, disent-ils, « à 15 ans on peut déjà imaginer le monde qui va venir ».

Galerie de photos

Règles(500)

 

Lire aussi