Que tous soient un

 
Dans ce texte des années 60 qui va résolument à contre-courant, Chiara Lubich s’adresse aux jeunes du Mouvement des Focolari. Elle aborde le grand défi d’un monde plus uni et plus fraternel et leur livre le secret pour y arriver.

20170902-01

 « Que tous soient un ».

Cest une phrase fantastique. Je crois qu’on ne peut pas en trouver de plus belle et de plus grande. Elle nous fait rêver à un monde différent de celui qui nous entoure, elle donne libre cours à la fantaisie en imaginant ce que serait la société si ces mots merveilleux devenaient une réalité.

Imaginons… un monde où tout le monde s’aime et partage les mêmes sentiments ; les prisons ont disparu, les gardes et la police n’ont pas lieu d’être ; dans les journaux, les chroniques « noires », tombées en désuétude, sont remplacées par des chroniques d’or relatant des faits profondément humains et d’une beauté divine. Un monde où l’on chante, oui, où l’on joue, où l’on étudie et où l’on travaille, mais où tout s’accomplit dans l’harmonie, chacun faisant ce qu’il a à faire pour plaire à Dieu et aux autres.

C’est un monde, je crois, que nous ne verrons qu’au Paradis…

Et pourtant, Jésus a dit ces paroles à nous qui sommes sur la terre. […]

J’ai ouvert l’Évangile et j’y ai trouvé une phrase qui m’a semblé avoir une affinité particulière avec celle-ci, comme si un lien secret les unissait l’une à l’autre. La voici : « Quand j’aurai été élevé de terre (sur la Croix), j’attirerai à moi tous les hommes.  » (Jn 12,32). […]

« Quand je serai élevé sur la Croix… ». Mais alors ce n’est pas avec ses paroles splendides ou ses miracles extraordinaires que Jésus a faits « de tous une seule chose ».

Son secret, ce fut la Croix. C’est la souffrance qui a résolu la question de faire de nous des fils de Dieu et donc de nous faire tous Un.

La souffrance serait-elle le chemin, la clef, le secret de l’unité de tous, de la transformation d’un monde ennuyeux et souvent mauvais en un monde plein de joie, brillant d’amour, un paradis anticipé ?

Oui. C’est vrai.

Pour le peu que nous connaissons d’eux, les Saints, des personnes vraiment intelligentes, ont tous accordé une grande valeur à la souffrance, à la croix. Ils ont entraîné des foules à leur suite et ont souvent marqué leur époque, exerçant même une influence bénéfique sur les siècles futurs.

Sur la Croix il y a une place vide » m’a dit un jour un prêtre quand j’étais petite ; il retourna le crucifix posé sur la table pour me le montrer de dos. « Cette place, a-t-il continué, c’est à toi de l’occuper ».

D’accord ! Si c’est comme cela, nous voici, nous sommes prêts !

Qu’attendons-nous ? De toute façon, des souffrances petites ou grandes, que nous les accueillions bien ou mal, il en arrive toujours dans la vie…

Nous ne sommes pas des opportunistes ! Nous sommes des chrétiens…

Jésus est sur la croix ? Je veux y être moi aussi.

J’accepterai avec joie toutes les petites croix de ma vie ; oui, avec joie, même si des larmes m’échappent peut-être. Au fond du cœur je lui dirai, à Lui qui m’écoute : « Je suis heureuse parce qu’en souffrant avec toi, je t’aide à « attirer tous à toi », et le jour approche où s’accomplira ton immense désir : « Que tous soient un ».

Chiara Lubich

 

Extrait de Colloqui con i Gen (1966-1969), Città Nuova, Rome 1998, pp. 35-36

Règles(500)

 

Lire aussi