L’âme de la ville

 
Anniversary_logoVoici un extrait de l’intervention de Maria Voce, le 3 mars dernier, à Castel Gandolfo, à l’occasion du 10ème anniversaire de la mort de la fondatrice des Focolari. Elle y expose la pensée de Chiara Lubich au sujet de la ville.
40675609081_b1c27d7247_k
Maria Voce. Photo © CSC Audiovisivi

Le modèle de nos relations interpersonnelles et sociales est celui de l’amour trinitaire. Dieu, tout en étant Un, n’est pas seul, mais Il est une réalité d’amour qui dit pluralité, modèle de toute vie sociale: des relations humaines à l’image de la Trinité. Une expression de ces relations peut être la ville : Chiara Lubich a toujours eu pour elle un intérêt particulier. Chaque ville a une « vocation », un dessein spécifique qui peut devenir un don, une note particulière dans la symphonie de l’ensemble. C’est avec ce regard qu’au cours de ses nombreux voyages, tout comme en accueillant les nombreuses reconnaissances et citoyennetés honoraires, elle a voulu découvrir et faire connaître l’âme de chaque ville. C’est peut-être pour cette raison qu’elle a toujours voulu voir la réalisation de petites Cités pilotes, véritables laboratoires de la socialité humaine, maquettes d’un monde uni, témoignant de ce que pourrait être une société fondée sur l’amour réciproque de l’Évangile, sur la fraternité vécue.

On en compte 25 à l’enseigne du Mouvement des Focolari, présentes sur tous les continents, dans les contextes sociaux et culturels les plus divers : comme aux États-Unis, au Cameroun, aux Philippines, en Allemagne, au Brésil, en Argentine etc. Chiara Lubich en a été l’inspiratrice, elle a accompagné et éclairé leur développement. Le prototype de ces Cités pilotes est celle de Loppiano (Toscane), qui est internationale et aura la joie et l’honneur de recevoir la visite du Pape François le 10 mai prochain.

3 marzo 2018
Foto © CSC Audiovisivi

En les regardant, Chiara voyait en elles une sorte de “plan incliné” vers ceux qui souffrent en raison des doutes, des incertitudes et des manques de perspectives d’avenir. Ce modèle de ville, disait-elle, « donne sécurité et espérance. C’est une main tendue vers ceux qui, aujourd’hui, cherchent le bonheur de façon illusoire, dans la drogue, l’érotisme, la richesse… Ces cités pilotes disent et démontrent à tous que le vrai bonheur réside dans le fait de suivre Jésus. Elles éclairent ceux qui souffrent de diverses fractures dans leur famille ou dans leur propre milieu parce qu’elles offrent l’exemple et le secret de l’unité. Elles désarment ceux qui sont tentés par la violence dans tous les domaines parce qu’elles démontrent, par exemple, par le témoignage de l’internationalité leurs habitants, que c’est avec la douceur, fruit de l’amour, que l’on peut conquérir le monde ».

Ceux qui se rendent dans ces Cités pilotes y trouvent une maison, une famille, une mère: Marie! C’est Elle qui forme et façonne la socialité de tout le Mouvement des Focolari. Chiara, depuis toujours, a vu dans le Magnificat, un programme de vie et d’action : « Marie, dit-elle, jette les bases de la charte sociale des chrétiens quand elle proclame: « Il a renversé les puissants de leurs trônes, il a élevé les humbles, comblé de biens les affamés et renvoyé les riches les mains vides ». C’est ce que nous avons expérimenté dès le début du Mouvement et aujourd’hui cela continue : certains mettent en commun leurs bijoux, d’autres des terrains ou toutes sortes de biens, d’autres encore prennent sur leur nécessaire. En choisissant un style de vie sobre, nous nous aidons tous à avoir ce qui est nécessaire. Dans l’Évangile se trouve la révolution la plus élevée et la plus radicale. Il est sans doute dans les plans de Dieu qu’à une époque comme la nôtre, en quête de solutions aux problèmes sociaux, ce soit la Vierge Marie qui aide les chrétiens à édifier, consolider, ériger et montrer au monde une société d’un type nouveau faisant écho à son Magnificat »

Nous souhaiterions que la communion des biens entre les personnes, les familles s’étendent aux villes, aux États, aux peuples, aux continents, pour faire la route à la civilisation de l’amour ».

 

Règles(500)

 

Lire aussi