Évangile vécu: « Libres, comme les enfants de Dieu »

 
Être libre pour les chrétiens c’est accueillir, écouter, partager.

Employée dans une chocolaterie

Durant l’été je suis allée avec une amie en Allemagne pour travailler dans une fabrique de chocolats bien connue, mais nous avons été accueillies très froidement par les 400 employés. Une femme, avec qui je me trouvais sur la même chaîne d’emballage était  particulièrement désagréable avec moi. Un jour elle a commis une erreur qui aurait pu lui coûter cher. Lorsque le responsable du secteur est arrivé, sans trop réfléchir j’ai dit que c’était moi qui m’étais trompée. J’ai eu droit à une sévère remontrance, avec la perspective de perdre ma place si cela se reproduisait. Mais j’étais contente : je l’avais fait pour Jésus. Ce geste a impressionné mes collègues. Depuis l’atmosphère a changé, nous nous sommes tous mis à nous traiter de façon plus cordiale et, au moment de partir il nous a semblé laisser une vraie famille.

Krisztina – Roumanie

 

Une grande nouveauté

Au cours d’une rencontre en paroisse, j’avais été frappé par la joie et la simplicité d’un groupe de jeunes qui avaient à peu près mon âge. Pour moi, qui étais habitué à me tourner vers Dieu seulement quand j’avais besoin de quelque chose, entendre parler de Lui comme Amour  était une nouveauté. Les jours suivants, Sans trop raisonner, j’ai essayé de faire comme ces jeunes. Je me suis d’abord mis à aider à la maison et à veiller aux besoins de ma petite sœur. Un dimanche, j’ai même renoncé à une partie de foot pour aider papa à monter un toit. A l’école, contrairement à mon habitude, j’ai cessé d’étudier tout seul et me suis mis à réviser avec une amie.

Daniel – Argentine

 

Au supermarché

Comme d’habitude je suis allée au supermarché en vue d’un dîner avec une trentaine de jeunes, et comme j’allais être retenue par une réunion de plusieurs jours, j’ai pensé faire de nombreuses courses pour la maison.  Tandis que je dépose mes achats sur le tapis de la caisse, je vois que la dame qui est derrière moi n’a presque rien. Je l’invite à passer avant moi. Après elle, voilà une femme âgée avec dix paquets de mouchoirs en papier sur les bras. Je lui propose aussi de passer devant.

Elle me dit que son mari est allé chercher un pack d’eau minérale. Dès qu’il arrive, je déplace mes affaires et le laisse passer. C’est enfin mon tour ! Mais se présente un jeune chargé d’une commode et qui porte ce colis pesant : je pense que c’est l’aimer que de lui céder ma place. Je commence à remplir mes nombreux sachets. A la fin la caissière sort le ticket  et me dit : « Comment vous appelez-vous ? » Je lui réponds : « Chiu ». J’entends alors le haut-parleur annoncer : « Aujourd’hui madame Chiu a gagné 107 euros d’achats ! ». Je n’avais pas envisagé cette hypothèse, mais seulement aimé les prochains qui faisaient la queue derrière moi !

Chiu – Hong Kong

 

A l’épicerie

Je suis le gérant d’une épicerie et suis donc habitué au monde du commerce où c’est le profit qui compte avant tout et non pas les personnes. J’ai connu quelques chrétiens qui cherchent à mettre en pratique le commandement de Jésus. J’ai alors pensé : si eux y sont arrivés, pourquoi ne pas essayer moi aussi ? Le lendemain matin je me suis dit : je ne veux plus peser la marchandise enveloppée de deux papiers épais, à partir d’aujourd’hui j’en utiliserai seulement un léger. J’ai éprouvé une joie profonde et une grande liberté,  j’ai compris qu’en aimant, de nouveaux horizons s’offraient à moi.

Beppino – Italie

Règles(500)

 

Lire aussi