Avec des Hindous à Loppiano et à Assise: une rencontre des cœurs et des esprits

 
Après deux jours passés sur la terre natale de Chiara Lubich, le voyage des Hindous amis du Mouvement des Focolari, s’est prolongé à Loppiano et à Assise. Le récit de Roberto Catalano, chargé du dialogue interreligieux.

“Notre délégation hindoue-chrétienne arrive à l’Institut Universitaire Sophia de Loppiano pour approfondir la connaissance de cette expérience originale, mais aussi pour commémorer le quinzième anniversaire du cadeau de la Vierge, peint par un artiste hindou, qui se trouve sur l’un des murs latéraux de l’église Théotokos, le Sanctuaire de la Cité pilote. Les moments d’échange avec les professeurs et quelques étudiants de Sophia sont très riches. Les universitaires indiens manifestent un grand intérêt pour les travaux concernant la formation au dialogue, dans un contexte interdisciplinaire. Des moments de partage et d’échanges profonds permettent une connaissance réciproque et révèlent des convergences entre des institutions qui s’inspirent du Mahatma Gandhi et Sophia. On espère pouvoir rapidement introduire aussi dans l’Institut universitaire qui a son siège à Loppiano, des études et des recherches sur la personnalité de cet apôtre du dialogue.

Un séminaire très intéressant sur Théologie et pratique du dialogue, se déroule en présence des étudiants et de la délégation hindoue, mais aussi d’autres jeunes et adultes de la Cité pilote. Un sujet vital, mais que beaucoup ne connaissent pas. Le soir, au Sanctuaire Théotokos, les hindous, en procession, portent des bouquets de fleurs et des guirlandes au pied du tableau représentant la Vierge, tandis que le  groupe Gen Verde chante une hymne. Prosternements et solennité créent un climat spirituel profond. Suivent quelques prières spontanées en sanscrit, tamil et anglais. Puis un moment empreint de sacré, celui du silence. Celui-ci est constitutif de la culture orientale, alors qu’il est au contraire ennuyeux pour les occidentaux! Presque comme s’ils n’y étaient pas habitués, ou à cause de la peur de devoir se confronter à eux-mêmes ! Lorsque cultures et religions se rencontrent à travers des hommes et des femmes dont la foi est authentique, il n’est pas nécessaire de recourir à des compromis, à des syncrétismes, ni à toutes sortes de complications. Chaque geste, chaque parole, chaque silence parle de l’Absolu, chacun l’écoute sur sa propre longueur d’onde, mais les vibrations – comme les appellent les indiens – sont les mêmes et touchent profondément le cœur de chacun ».

Dernière étape, Assise. “Nous arrivons vers 10h30 du matin. Nous montons à pied vers la basilique de Saint François et de là nous continuons vers le cimetière. Je ne peux pas ne pas penser à cet automne 1997, quelques semaines après le tremblement de terre qui avait frappé la ville et causé de nombreuses victimes. Nous avions alors gravi ces collines avec Vinu et Ashok, les enfants du Dr Aram, éducateur Gandhien, décédé quelques mois auparavant. Celui-ci avait voulu qu’une partie de ses cendres soient transportée dans la patrie de Saint François qu’il admirait au point de réciter sa prière pour la paix chaque soir : Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix. Le pèlerinage se poursuit vers la crypte de la Basilique où nous participons à la prière de « sixte » des frères, devant la tombe de Saint François. Profond recueillement, dans une atmosphère empreinte de fraternité et de spiritualité. Nos amis accompagnent notre prière dans un silence religieux : une façon de respecter la prière d’autrui et de lui donner de la valeur autant qu’à la leur. L’histoire de Saint François, homme de paix et de dialogue, continue à attirer des hommes et des femmes de tous les coins du monde et de toutes convictions religieuses. Assise est vraiment le lieu idéal pour dialoguer ».

  

Source: blog de Roberto Catalano

 

 

Règles(500)

 

Lire aussi