La prophétie sociale de Chiara Lubich

 
Une réflexion de Jesús Morán, co-président du Mouvement des Focolari, sur le charisme de l’unité dans son aspect social. Morán, philosophe, est spécialisé en anthropologie théologique et théologie moral.
1

«…Un jour, ton jour, ô mon Dieu, je viendrai vers Toi. […] Je viendrai vers Toi avec mon rêve le plus fou : t’apporter le monde dans mes bras. » (Le Cri, Nouvelle Cité)

Dix ans après la mort de Chiara Lubich, nous nous étonnons encore de la prophétie sociale de cette femme extraordinaire qui, grâce à son idéal de « l’ut omnes » (Que tous soient un, Jn 17, 21), depuis sa ville de Trente, est arrivée dans le monde entier.

Toutefois, on ne peut comprendre le caractère prophétique de sa personne si l’on fait abstraction du contexte historique dans lequel elle est née et a vécu, et de sa participation aux destinées de l’humanité: sa naissance dans le Trentin, à l’époque périphérie existentielle de grande signification historique et sociale, l’expérience de la pauvreté, le drame des guerres mondiales. Au milieu des vicissitudes de son temps, voici que se manifeste en elle, un charisme particulier, le charisme de l’unité, qui l’a conduite à miser clairement et de façon décidée, sur la fraternité universelle :
« Nous devons, avant tout, fixer notre regard sur l’unique Père de tant de fils. Puis regarder toutes les créatures comme enfants de ce Père unique. Dépasser sans cesse par la pensée et par le cœur toutes les limites imposées par la vie humaine et prendre l’habitude de tendre constamment à la fraternité universelle en un seul Père qui est Dieu.»

Dans ces notes du 2 décembre 1946, nous pouvons saisir les points fondamentaux de la prophétie sociale de Chiara Lubich. En fait, elle n’a pas été une réformatrice sociale de même que Jésus ne l’a pas été non plus. Le rêve de Chiara, en effet, vise plus haut et plus en profondeur, c’est-à-dire au fondement anthropologique et théologique de toute réforme sociale : la fraternité universelle et l’unité telle que l’a pensée l’homme-Dieu, Jésus.

Pour cette raison, nous pourrions dire que la première œuvre sociale de Chiara a été la communauté même des Focolari, née à Trente tout de suite après la guerre. Cette communauté qui a pris à la lettre les paroles des Actes des Apôtres (Ac 2, 42-48), vivait la communion des biens de façon radicale et se prodiguait pour prendre soin des pauvres et de la multitude de personnes en souffrance que le conflit avait laissée derrière lui. Cette racine ne s’est jamais perdue, bien au contraire : elle est la source d’inspiration de toutes les opérations et projets sociaux activés au cours de toutes ces années, par elle-même et par tous ceux qui, à sa suite, ont fait leur, l’Idéal de l’unité.Dans tout cela vient en évidence le génie humain et ecclésial de Chiara.

Génie humain car – en dépit des apparences et du progrès technique -, avec la masse croissante et scandaleuse de personnes défavorisées, exclues et réfugiées sur tous les hémisphères de la terre, fruit de systèmes iniques et d’une globalisation au service des puissances hégémoniques du monde, la résolution des problèmes sociaux de plus en plus graves ne dépend pas — aux yeux des esprits les plus lucides du présent et du passé – de stratégies à caractère sociologique ou d’actions qui agissent sur les couches superficielles de la réalité humaine, mais dépend d’options fondamentales et de valeurs profondes qui font bouger les consciences.

Génie ecclésial car la mission de l’Église ne se limite pas à des programmes qui mettent en acte la charité et l’attention aux plus petits dans tous les domaines (néanmoins indispensables), mais elle inclut l’annonce, à la lumière de l’incarnation du Verbe, de la dignité de tout homme en tant que fils de Dieu. On ne saisit pas la véritable dimension sociale du charisme de Chiara Lubich sans ces deux motivations essentielles : anthropologique et ecclésiale. Charisme pénétré d’une socialité intrinsèque, tendue à s’articuler et à se déployer de mille façons : depuis les études (par exemple les Écoles Sociales fondées par Chiara dans les années 80 et les programmes universitaires dans ce but, promus par l’Institut Universitaire ‘Sophia’), jusqu’à la vie et à l’action.
Concrètement, quelles sont les conséquences de cette perspective pour nous tous ?

Une histoire nous attend ; nous aussi, nous avons une histoire. Chiara est l’auteur qui nous a libéré de l’anonymat pour nous faire devenir protagonistes d’un rêve ; tous acteurs sans exclure personne.

Guislain Lafont, le grand théologien dominicain, parle du « principe de petitesse » qui, selon lui, résume la philosophie pratique du Pape François. Il s’agit de la conviction que « le Salut vient plutôt d’en bas que d’en haut ».

Chiara a su décliner de façon magistrale ce « principe de la petitesse » dans l’engagement d’un véritable renouveau social qu’elle a libéré avec et à partir du paradigme de l’unité.
Là réside sa grandeur.

 

Source : Città Nuova N. 6, Juin 2018

Règles(500)

 

Réaction

  1. María Inés

    Gracias Jesús M. por tu actualización de la traducción magistral del ‘ principio de la pequeñez’ de Chiara y la auténtica renovación social que nos propuso desde el carisma de la unidad. Una experiencia siempre nueva para cada uno al actualizarla en el diálogo con los que pasan a nuestro lado protagonizando el sueño de la unidad con todos en nuestra cotidianidad.

    Répondre

Lire aussi