Le jour naît de la nuit

 
Agostino et Marisa Peretti, italiens, ont passé trois semaines au Venezuela pour rencontrer les familles de la communauté des Focolari, touchées par la grave crise que le pays est en train de traverser.
1

Démembrement des familles, pauvreté, extrême insécurité. Et puis les prix augmentent, il y a un manque de nourriture, de moyens publics, d’énergie électrique et d’eau courante. La crise d’un pays tout entier se résume dans la prière avant le dîner, le premier en terre vénézuélienne pour Agostino et Marisa :’’Seigneur, merci que nous ayons pu trouver à manger et que nous puissions  partager le repas’’. « Le programme était de rencontrer les familles, d’abord au Centre Mariapolis près de Caracas, puis à Valencia et à Maracaibo. Emeris et Oscar nous ont accompagnés et nous ont fait participer à leur vie ». Agostino et Marisa, ayant vécu de nombreuses années à Santo Domingo, revivent l’expérience de pauvreté, vécue par beaucoup de gens dans ce pays, et de la souffrance du détachement de leurs familles, contraints à émigrer. La même que pour des milliers et des milliers d’italiens ayant fui la crise de l’après-guerre. Ils embarquaient avec des valises en carton. « Le peuple vénézuélien a accueilli des migrants pendant des décennies et il est maintenant obligé d’émigrer. Du bien – être à l’extrême insécurité. Ils nous ont dit : ‘’ Nous étions riches et vivions dans l’abondance et nous ne le savions pas, maintenant, tout est précieux’’ ».

‘’La crise est la plus grande bénédiction pour les personnes et les nations, car elle mène au progrès. La créativité naît de l’angoisse comme le jour de la nuit obscure…’’. C’est ce que disait Albert Einstein en 1931. « Il fallait du courage pour entendre ces paroles », contenues dans une vidéo réalisée par les Familles Nouvelles. Les familles elles-mêmes nous ont demandé de le présenter à nouveau le jour suivant. Elles nous ont dit : ‘’ Vous avez été à S. Domingo et à Cuba pour nous aider, ici, aujourd’hui’’. ‘’Cette crise économique nous a ouvert les yeux sur les nécessités du prochain’’ ».

A Caracas, le programme continue, « très serré de rendez-vous : colloques, repas avec les familles. Chacune à son tour, avait reçu une autorisation du travail et avait pu se rendre chez Emeris et Oscar. Nous avons raconté une expérience qui pour nous a été fondamentale. Nous devions décider où aller vivre et nous avions des idées complètement différentes, mais un soir, nous avons fait le pacte de faire propre, le désir de l’autre. Une solution inattendue est apparue, qui contenait les éléments importants de chacun, mais était nouvelle. Un fruit de l’amour réciproque ». Ils racontent : « Beaucoup de familles ont une voiture, mais il est toujours plus difficile de la réparer, aussi bien pour le coût que cela représente que pour le manque d’ouvriers spécialisés qui ont quitté le pays. Un gros problème, c’est les pneus. Emeris et Oscar étaient aussi préoccupés à cause d’un pneu usé. Après quelques jours, nous avons acheté deux des quatre pneus avec ce que nous avions su épargner sur la nourriture. Ils les ont remplacés et cela nous a permis de voyager ».

Valencia, à deux heures de Caracas, souffre du manque d’eau et des difficultés des transports en commun. « Dans un petit village rural, Guacamaya, nous avons rencontré la communauté qui était avant en contact avec Ofelia qui a dû partir. Ils se sont décidés à trouver le moyen pour aller de l’avant sans devoir quitter le pays ». De nombreux jeunes étaient aussi présents «ils absorbaient chaque chose comme des éponges ». « Après deux jours, le voyage pour Maracaibo était exposé aux risques des contrôles et des barricades. Mais tout s’est bien passé. Sans électricité, tout était difficile : la chaleur étouffante, l’impossibilité de mettre en route l’air conditionné, le manque de connexion internet, les programmes qui sautaient.

Le soir, nous devions retourner en ville, un dîner avec deux familles nous attendait, la nuit dans une autre famille, le petit-déjeuner dans une autre encore afin de voir tout le monde sans peser financièrement  sur personne. Le long de la route, un bloc de manifestants nous oblige à revenir sur nos pas. La famille qui nous accueille à nouveau, n’ayant pas au programme que nous retournerions, n’avait rien pour le repas. Nous avons pris des pâtes de nos valises et avons cuisiné. Une très belle soirée. Et puis l’incroyable : l’électricité était revenue et nous a permis de bien dormir. Le lendemain, en arrivant à Maracaibo, nous avons su qu’il n’y avait pas eu le courant électrique et pour tout le monde, ce changement de programme avait été un soulagement ». Et dans leur récit, ils racontent aussi cet épisode : « La matinée de la rencontre avec la communauté, les transports en commun faisaient défaut et il y avait de longues files pour se réapprovisionner. La famille qui avait tout organisé est arrivée après de longues péripéties. Leur fille leur avait proposé de prier pour trouver un moyen de transport, et après peu de temps, une voiture s’était arrêtée en offrant la possibilité de monter dans la voiture ». Cela aussi est le Venezuela d’aujourd’hui.

 

Règles(500)

 

Réaction

  1. Nico Tros

    Forte e commovente questa esperienza che ricorda i tempi che tutto crollava dove solo Dio-l’Amore resta.
    Grazie, Maria e Agostino!

    Répondre

Lire aussi