L’art de la gratuité s’apprend en famille

 
Dans un article publié sur le quotidien italien “Avvenire”, l’économiste Luigino Bruni explique le lien incontournable qui existe entre économie et relation, et sur lequel se fonde l’Économie de Communion, née du charisme de Chiara Lubich.

Le mot économie vient du grec et  se rapporte directement à la maison (oikos nomos, règles pour gérer la maison), donc à la famille. Mais l’économie moderne, et encore davantage celle de notre époque, a été pensée comme une réalité régie par des principes différents, distincts et sous bien des aspects opposés aux principes et aux valeurs qui ont toujours régi et continuent de régir la famille. Un principe fondateur de la famille, peut-être le plus important et qui sous-tend les autres, est celui de la gratuité, très éloignée l’économie capitaliste: celle-ci produit  des ersatz de la gratuité (rabais, philanthropie, soldes) qui immunisent les marchés contre la vraie gratuité.

La famille en effet est le principal lieu où nous apprenons, pendant toute notre vie et plus particulièrement au cours de l’enfance, ce que Pavel Florensky appelait “l’art de la gratuité”. C’est là que dès notre plus jeune âge nous apprenons aussi à travailler, parce qu’il n’y a pas de travail bien fait sans gratuité. Mais notre culture associe la gratuité au produit “gratis”, au gadget, au rabais, à la demi-heure supplémentaire de travail non rémunérée, au prix zéro (Saint François nous a dit au contraire que la gratuité n’a pas de prix: on ne peut ni l’acheter ni la vendre parce qu’elle est inestimable).

[…] La gratuité est une façon d’agir et un style de vie qui consiste à s’approcher des autres, de soi-même, de la nature, de Dieu, des choses non pour en faire un usage utilitariste à son propre avantage, mais pour les reconnaître dans leur altérité et dans leur mystère, les respecter et les servir. Dire gratuité  signifie donc reconnaître qu’on adopte un comportement parce qu’il est bon, et non en fonction d’une récompense ou d’une amende. […] Si la famille veut, et doit, cultiver l’art de la gratuité, elle doit faire très attention à ne pas laisser entrer à la maison la logique de la prime à la production qui aujourd’hui règne partout. […] L’une des tâches caractéristique de la famille c’est précisément  de transmettre l’éthique du travail bien fait, une éthique qui résulte justement du principe de gratuité. Si au contraire on commence à pratiquer en famille la logique et la culture de la récompense, l’argent devient alors le motif pour lequel on fait ou non les petites tâches ou travaux domestiques. Ces enfants, une fois adultes, seront difficilement de bons travailleurs, parce que le travail bien fait de demain repose sur cette gratuité que l’on apprend surtout au cours des premières années de vie, et particulièrement à la maison.

L’absence du principe de gratuité en économie dépend aussi, et beaucoup, de l’absence du regard féminin. […] Les femmes considèrent la maison et  l’économie avant tout du point de vue des relations humaines qui se tissent à travers elles. Les premiers biens qu’elles voient sont les biens relationnels et les bien communs, et à partir de là elles voient aussi les biens économiques. Ce n’est certainement  pas par hasard  que l’Économie de Communion est née à partir du regard d’une femme (Chiara Lubich), que la première théoricienne  des biens communs a été Katherine Coman ( en 1911), et que Elinor Ostrom a reçu (la seule femme jusqu’à présent) le prix Nobel d’économie précisément en raison de ses travaux sur les biens communs. Et ce sont deux femmes, Martha Nussbaum et Carol Uhlaner, qui sont à l’origine de la théorie des biens relationnels. Lorsque manque le regard féminin sur l’économie, les seules relations prises en considérations sont celles qui sont utiles. Les relations entre personnes et avec la nature ne sont alors plus perçues comme  comme bonnes en soi, mais comme des moyens utilisés en vue de se procurer des biens.

Si le regard et le génie féminin de la oikos, maison, avaient été présents lors de la fondation théorique de l’économie moderne, nous aurions eu une économie plus attentive aux relations, à la redistribution des bénéfices, à l’environnement et peut-être à la communion. La communion est en effet une grande réalité qui peut passer de la famille à l’économie d’aujourd’hui. […] Aujourd’hui, tout discours sur la famille, pour être crédible, doit se calquer sur les enfants et l’économie, autrement dit sur le partage, l’accueil et la communion. Parce que les enfants, tout comme l’économie, ne sont autre chose que la vie ordinaire de tous et de chacun, le seul lieu où la “prophétie” se nourrit et grandit.

Source: http://www.avvenire.it  « Cosi lo sgaurdo femminile puo cambiare l’economia » (Ainsi le regard féminin peut changer l’économie »), 23 août 2018.

Règles(500)

 

Lire aussi