Mouvement des Focolari » Politique-Droit http://www.focolare.org/fr Official International Website Fri, 28 Aug 2015 20:45:23 +0000 fr-FR hourly 1 http://wordpress.org/?v=4.2.1 Argentine: le butin insolite d’un vol http://www.focolare.org/fr/news/2015/08/01/argentina-linsolito-bottino-di-una-rapina/ http://www.focolare.org/fr/news/2015/08/01/argentina-linsolito-bottino-di-una-rapina/#comments Sat, 01 Aug 2015 06:00:48 +0000 http://www.focolare.org/?p=126888 anita (300 x 300)En 2012, alors que j’étais invitée chez la famille d’un ami, trois hommes armés ont fait irruption. Après nous avoir frappés et allongés sur le sol, ils hurlaient sans arrêt en pointant leurs armes sur nous: « où est l’argent? » Le père de famille, s’adressant à l’un d’eux, a essayé de lui dire qu’il lui pardonnait, mais que ce n’était pas la bonne manière d’agir. Ces paroles l’ont encore plus énervé et nous avions tous peur qu’il fasse quelque chose de terrible. Au contraire, le voleur s’est, à notre grand étonnement, mis à pleurer et à demander pardon. Les deux autres, qui avaient entretemps rassemblé le butin, sont sortis pour s’enfuir avec la voiture de la famille. L’homme – qui semblait être le chef du groupe – a demandé, avant de les rejoindre, si parmi ce qu’ils avaient pris il y avait quelque chose d’important, parce que, dans ce cas, il le rapporterait. Le papa a dit de tout garder, que c’était bien ainsi, mais qu’il avait besoin de la voiture pour travailler. Le voleur a alors promis qui allait bientôt la restituer. Avant de s’enfuir, il a demandé pardon à chacun. Une demi-heure après, la voiture est apparue intacte, rapportée par la police.

Personnellement, même si cet homme avait demandé pardon, j’avais quelques difficultés à pardonner. Je n’arrivais pas à accepter qu’il existe des personnes qui puissent décider de mon sort ou de celui de mes proches. J’avais probablement besoin de temps. En même temps, je sentais que je devais faire quelque chose, du moins essayer de comprendre l’origine de toute cette violence. Avec quelques amis des Jeunes pour un Monde Uni (JPMU), j’ai commencé à fréquenter un refuge pour sans abri. Peut-être que partager la douleur et les difficultés de qui se trouve dans les périphéries du monde pouvait m’aider à ‘comprendre’. Nous allons tous les samedis dans ce refuge: nous faisons des jeux, nous jouons de la guitare, nous regardons un match de football (la Coupe du Monde était incroyable!), parfois nous dînons ensemble. Ainsi, nous connaissons leurs histoires, certaines vraiment hallucinantes. Ce sont des personnes qui ont besoin de beaucoup de force, tant pour pardonner à qui leur a fait du mal, que pour se pardonner à eux-mêmes. Mais, plus que tout, ce sont des personnes qui ont besoin de recommencer. Un groupe de spécialistes les aide dans le processus de récupération, alors que notre rôle est de grandir avec eux, sans jamais arrêter de leur montrer de l’affection. Qui désormais, nous l’expérimentons, est devenue réciproque.

En étant avec eux, je me suis rendu compte que pour beaucoup d’entre eux, qui ont depuis toujours été traités comme des personnes qui n’existent pas, voler est le dernier recours. Je me suis moi-même demandé: « Que ferais-je à leur place, si – comme cela leur arrive – personne ne me regarde, personne ne me répond, personne ne me considère? » C’est ainsi que j’ai réussi à pardonner aux trois voleurs de ce soir-là. Et je me suis rendu compte que ma réconciliation avec eux mettait une brique pour la construction de la paix de mon pays.

En décembre 2013, à cause d’une grève de la police, beaucoup de personnes en ont profité pour saccager des entreprises et des magasins. Ils ont même volé une ONG qui récolte et distribue de la nourriture aux pauvres. C’était une petite guerre entre les personnes, avec désordres et chaos. Le jour suivant, nous avons mobilisé avec les JPMU, sur les réseaux sociaux, nos amis pour nettoyer la ville et aussi pour récolter de la nourriture pour l’ONG. Nous sommes passés de 15 personnes au début, à plus de 100 (en plus de celles qui ont apporté de la nourriture). Le soir, les télévisions, qui avaient couvert l’initiative, ont expliqué qu’il y a aussi un autre côté du fait divers et que non seulement tout avait été nettoyé, mais aussi les enfants d’un quartier très pauvre avaient pu manger.

Depuis lors, pendant que nous continuons à nous rendre au refuge pour sans-abri, un autre groupe de JPMU a fait connaissance avec le refuge ‘Coin de lumière’ qui avait reçu les aliments que nous avions récoltés. Pour commencer, à l’approche de Noël, les JPMU ont cherché des cadeaux pour tous les enfants et organisé une crèche vivante. Ensuite, il fallait penser à améliorer l’infrastructure, précaire et insuffisante. Ils ont donc organisé une récolte de fonds auprès d’amis, collègues d’université et proches, ainsi que différentes activités et des ventes de gâteaux. Certains jeunes aident aussi dans les workshops d’hygiène buccale et d’horticulture, alors que le projet continue avec la construction des salles de bain et la réfection de l’installation électrique. Les JPMU se sont vraiment donné de la peine. Mais le refuge participe aussi, selon leurs dires: « Le refuge nous a donné la possibilité de rêver de grandes choses et de croire qu’autour de nous, il y a toutes les mains dont nous avons besoin pour poursuivre les projets. Il suffit de faire le premier pas ».

Source: United World Project

]]>
http://www.focolare.org/fr/news/2015/08/01/argentina-linsolito-bottino-di-una-rapina/feed/ 2
Roms, de l’évacuation à l’inclusion http://www.focolare.org/fr/news/2015/07/28/rom-dallo-sgombero-allinclusione/ http://www.focolare.org/fr/news/2015/07/28/rom-dallo-sgombero-allinclusione/#comments Tue, 28 Jul 2015 06:00:03 +0000 http://www.focolare.org/?p=126846 Depuis quelques années, le camp devait être évacué pour des raisons sanitaires et environnementales, mais ce n’était pas un travail simple, vu qu’une communauté de trente familles habitait là. Mario Bruno, maire d’Alghero, a décidé de le faire, en impliquant ces mêmes familles roms dans le choix de leur nouveau lieu d’habitation.

Alghero compte beaucoup de chômeurs et il y a aussi beaucoup de personnes sur la liste d’attente pour avoir un logement. Donc, comme le maire l’explique, il peut être difficile de faire comprendre aux citoyens « qu’il existe des financements ad hoc, que nous devons tous nous préoccuper de l’inclusion sociale et parfois prendre aussi des décisions qui sont impopulaires, qui ne sont pas toujours comprises ».

« Les 30 mineurs roms sont pour moi aussi importants que chaque Algherese, et je dois essayer de le montrer avec des faits concrets », continue le maire, « et aussi aider les Algheresi à faire ce pas en sachant très bien que je me préoccupe de tous les problèmes et pas seulement de ceux d’une partie de la population ».

Concrètement, trouver des solutions pour les Algheresi est une manière de démontrer cette même valeur pour les personnes. Et il l’a fait en annonçant un financement de 3 600 000 euros pour réaliser 28 logements pour des citoyens d’Alghero.

M.Bruno, comme homme politique, se retrouve aussi parfois dans des situations difficiles qu’il essaye d’aborder, explique-t-il, « avec bon sens, en entrant dans les mesures administratives avec attention, parce que vraiment nous devons défendre les biens qui sont à tous et ne sont pas à nous. Nous sommes seulement des administrateurs ».

Dans la fonction de maire, il y a « l’exigence de faire une synthèse face à la complexité du moment dans lequel nous vivons (…) où tu peux faire partie d’une réponse, et je crois que nous pouvons donner cette réponse individuellement, mais aussi collectivement. Donner une réponse collective signifie vivre pour un bien qui nous dépasse ». Des réponses inspirées, précise-t-il, par Chiara Lubich et par sa pensée politique.

Viséo en italien

]]>
http://www.focolare.org/fr/news/2015/07/28/rom-dallo-sgombero-allinclusione/feed/ 0
Pays Basques: un laboratoire pour apprendre la paix http://www.focolare.org/fr/news/2015/07/23/paesi-baschi-un-laboratorio-per-imparare-la-pace/ http://www.focolare.org/fr/news/2015/07/23/paesi-baschi-un-laboratorio-per-imparare-la-pace/#comments Thu, 23 Jul 2015 06:00:15 +0000 http://www.focolare.org/?p=126779 Rrelatoriépondre à la situation de violence vécue dans les Pays Basques résultant de la lutte armée de l’ETA. Objectif: chercher à panser les blessures encore ouvertes et tenter d’assurer un avenir de paix. C’est l’axe de parcours du Mouvement politique pour l’Unité en Espagne.

Il y a une dizaine d’années, des représentants du Mouvement Politique pour l’Unité (MppU), venus d’Italie, parlent de la fraternité comme catégorie politique à quelques membres du Conseil Provincial du Guipuscoa. Ceux-ci y trouvent une forte raison d’espérer : « C’est une utopie, mais c’est peut-être l’unique solution pour notre peuple ».Une perspective presque choquante en raison du climat que les activistes de l’ETA font régner dans les Pays Basques.

Voulant obtenir à tout prix l’indépendance du peuple basque, les groupes armés de l’ETA entretiennent continuellement une atmosphère de violence et de terreur. La tension est en effet très forte. A cette époque – nous sommes au début de l’année 2005 – un groupe d’engagés politiques appartenant non seulement à des partis, mais aussi à des courants de pensée différents, se réunit pour commencer à chercher ensemble la voie qui puisse redonner à la politique sa vraie dimension. Une voie fondée sur l’accueil réciproque entre les peuples, sans exclusion. S’ouvre alors un espace de débat, d’acceptation mutuellement consentie qui regroupe des engagés politiques de sensibilités diverses, des fonctionnaires, des syndicalistes, de simples citoyens… tous désireux de revenir à des relations normales et assoiffés d’une paix authentique.

Parmi les participants il y a ceux qui ont subi des menaces en raison de leur appartenance politique et qui arrivent escortés, ceux qui craignent de ne pas être compris au sein de leur propre parti, ou, même d’en être plateaexclus ; mais tous s’encouragent et, dépassant toute méfiance, veulent témoigner que la fraternité est possible, à commencer par eux.

Au fil du temps, l’occasion se présente d’échanger des expériences avec des élus d’autres territoires, d’autres communautés. C’est ainsi que quelques membres du groupe se rendent à Madrid. Ils participent à plusieurs rencontres où ils connaissent d’autres expériences et invitent tout le monde à se réunir à Euskadi avec le groupe de Guipuscoa. C’est un moment historique : quatre heures de dialogue, après avoir déjeuné ensemble, pour se connaître, s’écouter, se demander pardon.

Le besoin se fait alors sentir d’élaborer un document proposant une alternative à la crise : chacun le remettra à son propre parti pour l’étudier. Beaucoup éprouvent encore le besoin de partager son contenu et d’organiser des séminaires et des tables rondes dans d’autres communautés autonomes, en présentant aussi l’expérience d’une paix sociale basée précisément sur la fraternité.

Avec l’arrêt de la lutte armée de l’ETA (2011), commence un nouveau processus, porteur d’une grande espérance, même si tout n’est pas simple : de nombreuses personnes, des familles, des groupes, tout en partageant la même identité, demeurent divisés, vivent des conflits permanents et ont de sérieuses difficultés à dialoguer.

Le laboratoire politique – familièrement appelé « laboratoire pour apprendre la paix » – qui avait vu le jour aux moments les plus durs, poursuit son travail de réconciliation et de recherche de la paix en confrontant les divers points de vue concernant les faits historiques et en pansant les blessures encore ouvertes. Il rédige un texte intitulé « Pour un chemin vers la réconciliation de la société basque » (janvier 2013), qui fixe les bases sur lesquelles poursuivre l’avancée ; ce document est connu sous le nom de « La terre que nous foulons ».

Chaque fois que le dialogue semble compromis, on cherche à le rétablir : on s’aide à croire que chaque homme est un frère et que l’on peut construire quelque chose avec tous. Cela ne signifie pas ignorer les délits ni le grand nombre de personnes qui ont payé de leur vie. Au contraire, en acceptant le passé et en reconnaissant le caractère injuste et inacceptable de la violence subie, on s’efforce de regarder l’histoire comme un lent et pénible chemin vers la réconciliation, vers la paix, où chacun peut et doit donner sa propre contribution.

gruppoLe 13 mars dernier, précisément la veille du jour anniversaire de la mort de Chiara Lubich, où, dans le monde entier on approfondissait sa vision de la politique, ce groupe s’est réuni à “Las Juntas Generales de Gipuzkoa” (le Parlement provincial) à San Sébastian, en invitant divers experts, intellectuels et personnalités politiques. Le débat portait sur « Rapport entre le bien commun et les biens communs à l’ère de la globalisation ». Le document de travail pour cet échange, envoyé à l’avance et très apprécié de tous, avait été élaboré par le « laboratoire pour apprendre la paix ». Dans un climat d’accueil réciproque, des apports conséquents ont émergé et ont été intégrés au document final qui a été ensuite diffusé en vue de promouvoir à tous les niveaux la valeur de la fraternité.

 

 

]]>
http://www.focolare.org/fr/news/2015/07/23/paesi-baschi-un-laboratorio-per-imparare-la-pace/feed/ 0
UE, Bruxelles: “Vivre ensemble en acceptant nos différences” http://www.focolare.org/fr/news/2015/06/12/ue-bruxelles-vivere-insieme-e-accettare-le-diversita/ http://www.focolare.org/fr/news/2015/06/12/ue-bruxelles-vivere-insieme-e-accettare-le-diversita/#comments Fri, 12 Jun 2015 06:00:22 +0000 http://www.focolare.org/?p=125473 LEuropean_Commission_Religionsa rencontre avec les leaders religieux se déroulera le 16 juin prochain au palais Berlaymont de Bruxelles, siège de la Commission européenne. Concertations au sommet et débats à caractère opérationnel ont lieu régulièrement entre les instances de l’Union Européenne et les Eglises, les religions, les associations philosophiques et non confessionnelles, comme le prévoit l’article 17 du traité de Lisbonne.

Les conclusions des débats avec ces leaders religieux contribueront à la préparation du premier Congrès Annuel sur les Droits fondamentaux de l’Union Européenne, qui se tiendra à Bruxelles le 1er et le 2octobre 2015 et aura pour thème “Tolérance et respect: prévenir et combattre la haine antisémite et l’islamophobie en Europe”.

Le sujet de discussion retenu, “Vivre ensemble et accepter les diversités”, souligne – comme l’a déclaré le premier vice-président de la Commission, Franz Timmermans – que “dans nos sociétés européennes hétérogènes, le dialogue est essentiel afin de créer une communauté où chacun puisse se sentir chez lui. Vivre ensemble signifie réussir à accepter les différences même en cas de profond désaccord ».

Frans TimmermansParmi les invités – une quinzaine de leaders religieux – dont deux pour l’Eglise catholique : le cardinal Reinhard Marx, archevêque de Munich et président de la Commission des épiscopats de la Communauté Européenne (COMECE) et Maria Voce, présidente du Mouvement des Focolari.

Les autres invités sont le Rév. Christopher Hill, président de la Conference of European Churches (CEC), le métropolite Emmanuel du Patriarcat Œcuménique, l’archevêque Antje Jackelén, primat de l’Eglise luthérienne de Suède, le premier rabbin de Belgique Albert Guigui, l’imam Khalid Hajji, secrétaire général du Conseil Européen des Oulémas Marocains.
Le développement de l’esprit communautaire par le dialogue est l’un des objectifs de la Commission qui, dans le cadre du programme “Une Europe pour les citoyens” (2014-2020), a affecté 185.5 millions d’euros au cofinancement de projets destinés à promouvoir des valeurs comme la tolérance et le respect mutuel. Et à susciter une meilleure compréhension interculturelle et interreligieuse entre les citoyens.

Dans sa réponse à l’invitation la présidente des Focolari, Maria Voce, a précisé que l’engagement prioritaire du Mouvement qu’elle représente, et en collaboration avec d’autres Mouvements, est « de construire des ponts à travers un dialogue respectueux aux niveaux les plus divers, pour contribuer à ce que des personnes de convictions diverses et d’origines sociales et ethniques les plus variées, puissent vivre ensemble dans la paix et la fraternité ».

Communiqué de presse

]]>
http://www.focolare.org/fr/news/2015/06/12/ue-bruxelles-vivere-insieme-e-accettare-le-diversita/feed/ 0
Méditerranée: l’urgence d’initiatives politiques cohérentes http://www.focolare.org/fr/news/2015/04/25/mediterraneo-urgenti-politiche-iniziative-coerenti/ http://www.focolare.org/fr/news/2015/04/25/mediterraneo-urgenti-politiche-iniziative-coerenti/#comments Sat, 25 Apr 2015 09:20:51 +0000 http://www.focolare.org/?p=123172
Migrants_boat crossing
Photo: Francesco Pecoraro/AP

Le Mouvement politique pour l’unité (MPPU), expression du Mouvement des Focolari dans le domaine politique, fait entendre sa voix au sujet du drame des flux migratoires en direction de l’Europe, voix qui s’ajoute à celles des nombreuses associations et personnes sensibles à ce problème dans le monde entier.

“Le plan lancé par le sommet européen sur l’immigration – écrivent-ils – convoqué en urgence après la énième tragédie survenue dans le Canal de Sicile et son très lourd bilan de vies emportées, élargit l’aire d’intervention de Triton et de Poséidon, de façon à ce que les bateaux, en nombre plus important grâce à un financement triplé, puissent aller à plus de 30 miles au-delà des côtes des pays de l’Union Européenne. Mais cela reste des actions à l’intérieur de Frontex dont la logique est la défense les frontières européenne et non une politique affrontant l’ensemble du phénomène migratoire ».

Le MPPU dénonce une forte contradiction au cœur même de ce plan : « En effet, les Etats de l’Union n’ont absolument pas démontré la même disponibilité pour ce qui est de l’accueil des migrants, comme s’il ne devait plus en arriver. Et pourtant tout le monde sait que la destruction des péniches, si elle réussit (peut-être), en partie, à décourager les trafiquants d’êtres humains, ne permettra certainement pas de sauver toutes les victimes des immigrations illégales, ni à en arrêter les flux ». En effet on vient d’apprendre que récemment, en Macédoine, sur les itinéraires terrestres, un train a heurté et tué 14 migrants qui marchaient le long d’une voie de chemin de fer.

“Une politique sérieuse de l’Union Européenne (mais pas seulement) en matière de migration – continue l’appel – devrait avoir une tout autre perspective et distinguer trois secteurs différents d’initiative et d’action publique et politique. En premier lieu il faut donner un signal fort visant à mettre en œuvre toutes les ressources institutionnelles, infrastructurelles, humaines et financières disponibles dans les Pays d’accueil, afin d’engager une vaste mobilisation qui réponde à l’urgence de la situation, à l’aide de moyens adaptés et de manière concrète, immédiate et efficace. L’accueil temporaire des migrants et des réfugiés doit être également réparti sur le territoire, en tenant compte des structures d’accueil disponibles, de la composition des habitants du lieu, de leurs capacités et de la présence de réseaux locaux en mesure d’intervenir de façon solidaire, organisée et responsable ».

L’appel continue en citant des exemples d’accueil et de solidarité déjà en cours et affirme que « le Mouvement politique pour l’unité soutiendra pleinement, tant sur le plan humain que politique, tous les responsables de l’Administration appelés en ce moment à assumer des choix difficiles, souvent impopulaires (…) Il incombe à chaque administrateur public, tant au niveau local que national et international, de faire comprendre l’urgence des mesures prises pour accueillir ces personnes, mesures adoptées dans le plein respect des droits et des attentes des communautés civiles, sans toutefois se soustraire aux devoirs d’humanité pour répondre aux besoins immédiats et élémentaires d’autres êtres humains ».

« En second lieu – poursuit le texte du MPPU – il faut que l’Union Européenne clarifie l’équivoque fondamentale qui sape les fondements de toute politique sérieuse de gestion des flux migratoires. En effet on ne peut pas invoquer un rôle plus décisif des institutions de Bruxelles sans en même temps doter l’Union Européenne des compétences nécessaires et des ressources humaines et financières correspondantes pour assumer des charges que les Etats membres , y compris ceux de la Méditerranée, n’ont pas voulu partager dans une perspective commune de véritable intégration ».

« En troisième lieu – conclut l’appel – les phénomènes migratoires qui se manifestent en Méditerranée ont des causes géographiques et politiques plus amples liées aussi aux crises gouvernementales en Lybie, en Somalie, dans les grandes régions de l’Afrique subsaharienne. Sans parler du démembrement en cours des contextes régionaux du Moyen-Orient, en particulier de la Syrie et de l’Irak. L’étendue et la complexité des questions politiques, économiques, sociales et culturelles qui caractérisent ces régions exigerait une mobilisation de la communauté internationale, à commencer par les Nations Unies, pour mettre en œuvre un vaste plan d’interventions et de mesures d’urgence, en dépassant les oppositions et les veto qui s’entrecroisent ».

Appel du Mouvement  Politique pour l’Unité (texte intégral en italien)

www.mppu.org

]]>
http://www.focolare.org/fr/news/2015/04/25/mediterraneo-urgenti-politiche-iniziative-coerenti/feed/ 0
Regard sur le Mexique : la politique et les jeunes http://www.focolare.org/fr/news/2015/04/08/uno-sguardo-sul-messico-la-politica-e-i-giovani/ http://www.focolare.org/fr/news/2015/04/08/uno-sguardo-sul-messico-la-politica-e-i-giovani/#comments Wed, 08 Apr 2015 06:00:32 +0000 http://www.focolare.org/?p=122001 20150408-03Ciao, je m’appelle Abraham, je viens du Mexique : un peuple composé de personnes nobles qui a une grande foi, un peuple ouvert au monde ». Ainsi commence son récit devant un auditoire de 300 jeunes dans la salle du parlement italien, réunis en souvenir de Chiara Lubich et de sa vision prophétique sur la politique. Abraham porte avec lui le poids d’un pays déchiré par le trafic de drogue et par les seigneurs de la mort. Lui-même s’est retrouvé un pistolet de la police à la tempe : on l’avait pris pour un trafiquant. « En 2006 – poursuit-il – la lutte a commencé contre les trafiquants de drogue, une guerre qui en 8 ans a fait plus de victimes que la guerre du Vietnam, parmi lesquelles beaucoup d’innocents et de gens qui se battent au nom de leur engagement civil : des journalistes, des activistes… Souvent le peuple décide de manifester et le gouvernement perd de sa crédibilité dans une forte crise économique et sociale ». « J’habite la ville de Mexico où chaque jour un nouveau défi se présente ; malgré cela je crois en un monde uni et dans l’idéal de la fraternité universelle. Mais je sais que le changement doit commencer par moi-même, sans l’attendre des autres, même pas des autorités ».

“Si j’étais vous qui avez à cœur le bien commun au Mexique – affirme Luigino Bruni en s’adressant aux jeunes – j’essaierais de regarder les causes de cette maladie, et parmi celles-ci le capitalisme financier qui creuse le fossé de l’inégalité. Ce sont des formes de richesses qui ne marchent plus ». « Le premier pas à faire lorsqu’on veut changer un pays est de l’aimer », souligne encore l’économiste, poussé par le témoignage d’Abraham. « Chaque pays a une vocation vers la beauté, a son génie, son identité, avec ambivalence ». Et puis un conseil : étudiez davantage, apprenez un métier correctement ! « Vous êtes la minorité ? Peu importe. Il suffit d’être peu nombreux, mais bien motivés. Ce sont les minorités prophétiques qui changent le monde. Il ne faut jamais cesser de croire qu’un monde différent est possible. La première lutte à faire quand on est jeune est de ne pas perdre la foi dans l’idéal. Il faut croire en l’impossible pour obtenir quelque chose de bon possible ».

20150408-01“Bien des fois on m’a offert de la drogue, d’autres fois on m’a volé, continue Abraham. Il y a quelque temps alors que je rentrais à la maison après l’école, un garçon s’est approché de moi pour me demander une cigarette ; au même moment la police est arrivée pour nous prendre. Lui avait la drogue en poche et moi uniquement mes livres dans le sac à dos. Ils ont commencé à le frapper, l’autre a pointé son pistolet sur ma tempe me demandant où j’avais la drogue. Quand les policiers sont partis, j’ai aidé ce garçon à se relever, je lui ai donné le peu d’argent que j’avais. Il m’a embrassé et m’a dit : tu sais qu’avec cet argent ma famille va pouvoir manger aujourd’hui ? Je me suis rendu compte qu’avec un petit acte d’amour tu peux dégager une force très grande et nous ne savons pas jusqu’où elle peut arriver. Malgré mon impuissance, je voudrais essayer de voir mon voisin de palier et les personnes que je rencontre dans la rue avec des yeux neufs et, avec d’autres amis, je voudrais aider concrètement ».

Dans le désir d’un meilleur engagement pour le bien de notre pays, malgré les nombreuses difficultés et le découragement de la plupart, le 20 mars dernier des jeunes de diverses organisations se sont retrouvés au Sénat mexicain pour passer une journée avec les politiciens sur le dialogue, une démarche très importante dans un monde qui attend une réponse à ses plus grands défis ».

]]>
http://www.focolare.org/fr/news/2015/04/08/uno-sguardo-sul-messico-la-politica-e-i-giovani/feed/ 0
L’Argentine honore la mémoire de Chiara Lubich http://www.focolare.org/fr/news/2015/04/07/in-argentina-si-ricorda-chiara-lubich/ http://www.focolare.org/fr/news/2015/04/07/in-argentina-si-ricorda-chiara-lubich/#comments Tue, 07 Apr 2015 06:00:01 +0000 http://www.focolare.org/?p=122009

20150407-a“ Chiara Lubich a prodigué délicatesse et douceur, mais fondamentalement elle nous a transmis, à travers sa simplicité, un grand courant d’amour envers le prochain. Vivre ensemble, savoir partager, travailler au bien commun, et réussir à construire la fraternité même à travers la diversité des opinions politiques, tel est son message ». Ce sont les propos d’Alicia Monica Pregno, vice gouverneur de la Province de Cordoba (Argentine), dans le cadre de la reconnaissance, toutes nations confondues, de l’héritage que nous laissent la pensée et l’action de Chiara Lubich. Au cours de la session parlementaire du 25 mars 2015, la Chambre de cette Province a approuvé le décret de reconnaissance posthume de l’Œuvre de la fondatrice du Mouvement des Focolari.

La cérémonie s’est déroulée au Parlement, dans la même salle, en présence d’un public venu nombreux : des députés de divers courants politiques, des représentants du Comipaz (Comité Interreligieux pour la Paix), des jeunes participant aux Ecoles de formation du Mouvement Politique pour l’Unité, des universitaires, des membres d’organisations sociales etc.…

dsc0035es responsables des Focolari à Cordoba ont présenté le profil de Chiara Lubich et tout de suite après le Vice-gouverneur a invité les députés des diverses formations à accomplir un geste symbolique en leur remettant le décret accompagné de la plaque commémorative.

Alicia Monica Pregno a ensuite expliqué les motifs de cette reconnaissance: la contribution qu’offre la spiritualité de l’unité à la construction de la communauté et elle a ajouté que « le message de Chiara Lubich fait surgir des questions qui nous poussent à réfléchir sur la raison des conflits et de notre incapacité à penser ensemble. Je crois que le monde est appelé à cheminer vers un destin meilleur, dans la mesure où nous laissons de côté nos intérêts personnels et où nous sommes disposés à résoudre les problèmes avec un regard commun. Il s’agit d’un grand défi à une époque caractérisée par beaucoup d’individualisme ».

Ont suivi les interventions du Pasteur Raffa, représentant du Comipaz, qui a souligné la contribution du Charisme de Chiara Lubich « à la naissance de cette commission depuis ses débuts » et celle de Soher El Sucaría, aujourd’hui militant politique, qui a découvert, à travers l’expérience vécue dans le Comité Interreligieux pour la Paix – sa valeur de service.

dsc0043Il faut ajouter quelques expériences de citoyens qui ont raconté leur évolution personnelle et leur engagement au service du bien commun, que ce soit en se mettant d’accord entre voisins pour résoudre les problèmes de quartier ou à travers un engagement politique au niveau d’une province ou de la nation. Cette partie du programme s’est déroulée sous la forme de deux tables rondes. La première s’intitulait : « Fraternité, semence de transformation sociale », à laquelle ont participé Estela Daima, directrice de la Caritas dans le département du Rio III, où l’on gère une entreprise de production de pain qui emploie quarante femmes, Paola Chávez, secrétaire de l’association Fazenda de la Esperanza (avec le témoignage d’Augustine, une jeune sortie d’affaire grâce à la Fazenda) et Riccardo Galli, économiste et entrepreneur de l’Economie de Communion.

Lors de la table ronde intitulée “Contribution de la fraternité à la politique. Expériences et défis », Laura Blanco, militante socialiste, a présenté les Ecoles de formation à la Politique réalisées dans ce Parlement, une façon pour lui de s’engager à vivre la fraternité dans l’action politique. Sont ensuite intervenus Julio Bañuelos, maire de Mina Clavero et Guillermo Castillo, fonctionnaire militant dans la Démocratie Chrétienne.

Chez tous les participants une conviction s’est fait jour : la fraternité vécue comme “catégorie politique” peut donner des réponses aux défis actuels pour favoriser la construction de sociétés plus justes et plus fraternelles. En conclusion le Vice Gouverneur s’est félicité de ce que le Parlement de Cordoba soit le siège d’Ecoles de formation à la Politique pour les jeunes et il a souligné les efforts déjà en cours pour mettre en œuvre cette fraternité au sein même de ce Parlement.

]]>
http://www.focolare.org/fr/news/2015/04/07/in-argentina-si-ricorda-chiara-lubich/feed/ 1
Chiara Lubich et l’Amérique Latine: politique, identité et projet http://www.focolare.org/fr/news/2015/03/14/chiara-lubich-e-lamerica-latina-politica-identita-e-disegno/ http://www.focolare.org/fr/news/2015/03/14/chiara-lubich-e-lamerica-latina-politica-identita-e-disegno/#comments Sat, 14 Mar 2015 06:00:45 +0000 http://www.focolare.org/?p=120746 Margarita-Stolbizer
Margarita Stolbizer

L’Amérique Latine est faite d’unité et de diversité et ce qui la rend forte, c’est son parcours vers l’intégration. Cet objectif, qui n’est sans doute pas encore atteint, repose sur une unité de sentiments, d’émotions, de liens fraternels, relevant tous d’une histoire commune.

C’est la vision prophétique dont Chiara Lubich a eu l’intuition pour cette région du monde et c’est vers elle que nous nous acheminons tant bien que mal.

En Amérique Latine les démocraties, même si elles se sont peu à peu consolidées grâce à des processus de démocratisation post-dictatoriaux et d’intégration régionale, n’ont pas suivi, pour ce qui est de la qualité, une courbe de progression linéaire. L’Amérique Latine doit affronter un avenir incertain et complexe. La croissance économique des dernières années n’est pas parvenue à éradiquer complètement la pauvreté, ni à résoudre les problèmes d’inégalité sociale et d’insécurité.

Et c’est ici que vient en évidence le lien étroit qui existe entre la politique et l’idée de fraternité. L’idée de fraternité, dont Chiara Lubich a particulièrement témoigné et qu’elle a enseignée, est en rapport avec deux éléments essentiels de la politique. Le premier est l’idée d’une politique conçue comme un projet collectif de l’Amérique Latine qui aille au-delà de nos individualités, qui implique une démarche de communion, un acte de fraternité, parce que fondé sur la reconnaissance de l’autre, sur le respect de la diversité. Le dialogue est l’outil principal pour faire avancer un tel projet.

Le second élément est la perspective à moyen terme. L’idée de travailler à des actions dont on ne verra peut-être jamais les fruits est la plus noble attitude qui témoigne de la grandeur de la politique.

ChristinaCalvo
Cristina Calvo

Chiara Lubich a fait naître, non seulement en Amérique Latine mais dans le monde entier, de nombreuses initiatives dans quatre domaines : L’Etat, les organismes sociaux, le secteur privé et celui de la connaissance.

L’accès aux droits fondamentaux, à l’éducation et au travail, ont été et doivent à nouveau être les piliers de la construction d’une identité nationale.

Les institutions doivent être considérées non comme des monuments, mais comme des milieux où sont garantis les droits des personnes, où l’on rend opérationnel l’exercice de ces mêmes droits, afin qu’ils ne se réduisent pas à de belles déclarations de principe, mais puissent être réellement appliqués.

Chiara Lubich a aussi contribué à mettre en évidence la dimension éthique de la politique. L’éthique implique la transparence et elle est directement liée à l’idée de fraternité : elle permet de s’indigner autant de la corruption que de la pauvreté ou des inégalités.

Nous sommes certains que l’Amérique Latine, du point de vu politique, doit retrouver un modèle et un projet de développement économique productif basé sur l’intégration sociale, qui garantisse l’accès aux droits humains dans leur intégralité, qui promeuve et favorise des conditions de vie dignes.

Nous avons besoin de retrouver un leadership fiable, clairvoyant et exemplaire. Nous insistons particulièrement sur l’idée d’exemplarité qui ne se règle ni avec de l’argent, ni en achetant les consciences, mais au contraire par un choix de conduite. Une exemplarité qui ne peut être le fait des individus seulement, mais qui doit tout autant aussi se doter d’un leadership favorisant les dynamiques collectives et participatives.

Un projet de développement qui ne se donne pas comme priorité la résolution des problèmes des secteurs les plus vulnérables et les plus pauvres n’en n’est pas un.

Il faut aussi retrouver l’idée de fraternité comme valeur prioritaire au regard de la gestion du bien public. Il est impératif de retrouver une politique de convictions. Cela suppose d’accepter la diversité.

En Argentine et dans le reste de l’Amérique Latine nous avons besoin de retrouver confiance et tout particulièrement une culture des valeurs, des valeurs éthiques qui s’incarnent dans la pratique et dans la réflexion politique. Et nous rejoignons ici les principes et le témoignage de vie de Chiara Lubich dont nous célébrons aujourd’hui la mémoire. Pour l’Amérique Latine, Chiara conjugue charisme, savoir, leadership, action et destinée des peuples. Une destinée et un engagement qui nous mobilisent.

Margarita Stolbizer (1) et Cristina Calvo (2)

(1) Avocate argentine, députée nationale, présidente du Parti Génération pour la Rencontre Nationale – GEN et candidate du centre-gauche à l’élection présidentielle 2015 de la République Argentine.

(2) Economiste argentine, dirige la parti Génération pour la Rencontre Nationale – GEN

]]>
http://www.focolare.org/fr/news/2015/03/14/chiara-lubich-e-lamerica-latina-politica-identita-e-disegno/feed/ 1
L’Italie honore la mémoire de Chiara Lubich http://www.focolare.org/fr/news/2015/03/13/litalia-ricorda-chiara-lubich/ http://www.focolare.org/fr/news/2015/03/13/litalia-ricorda-chiara-lubich/#comments Fri, 13 Mar 2015 11:06:25 +0000 http://www.focolare.org/?p=120896

20150312_pom_2220-03Existe-t-il “une politique qui en vaille la peine”, à un moment de l’histoire qui la voit en pleine crise, souvent identifiée à un pouvoir corrompu ou à des intérêts particuliers ?

La question a été abordée le 12 mars après-midi, dans le cadre de l’un des nombreux événements mondiaux à l’occasion du 7ème anniversaire du décès de Chiara Lubich (1920-2008). « Sa foi simple et courageuse – affirme dans son message Sergio Mattarella, Président de la République italienne – , unie à une extraordinaire capacité de lire la modernité et d’en accepter les défis, inspire la vie de milliers de personnes dans le monde entier, en exhortant constamment les institutions nationales et internationales à promouvoir les valeurs de fraternité et de respect réciproque, en faveur du dialogue dans la famille, dans la communauté, entre les peuples ».

20150312_pom_2378-04Pour la fondatrice du mouvement des Focolari s’engager en politique signifiait répondre à une vocation, « L’amour des amours », c’était sa définition de la politique. Répondre à cet appel « est avant tout un acte de fraternité : on agit pour le bien public, pour la collectivité, en désirant le bien de chacun comme si c’était le sien propre ». Pour atteindre ce but, a affirmé la présidente des Focolari, Maria Voce, à l’ouverture du congrès « Chiara Lubich : l’unité et la politique », « il est indispensable de partir précisément de l’unité qui seule peut donner à la liberté et à l’égalité leur juste valeur ».

Que signifie vivre la fraternité universelle dans un milieu aussi sensible? Iole Mucciconi, qui joue un rôle important auprès de la Présidence du Conseil des Ministres, témoigne : « Chaque matin il est important de s’engager à bien accomplir jusqu’au bout son propre travail ; j’ai toujours à l’esprit les conseils de Chiara Lubich pour vivre la 20150312_pom_2523-05fraternité : mener une vie honnête, bien se conduire sur le plan moral, être détaché de l’argent et partager les joies et les peines de nos frères ».

Le problème de la corruption qui, hélas, gangrène l’Etat, est aussi très ressenti par Raffaele Scamardì, assesseur aux travaux publics du XIIème arrondissement de Rome, à un moment où les magistrats et les forces de l’ordre cherchent à démanteler les réseaux des malversations qui ont pris au piège la capitale. « Malgré tout, dit-il, une politique orientée au bien des autres est possible : en réparant une route endommagée, en écoutant les citoyens et leur besoin de légalité, en travaillant avec une 20150312_pom_2498-06transparence qui tienne éloignée la corruption ».

Dieudonné Upira Sumguma confirme la chose, lui qui fut ministre de la Fonction Publique de la République Démocratique du Congo et qui s’est trouvé, lors de son mandat, à devoir refuser des pots de vin.

Les jeunes des Focolari au Parlement. Le matin, dans la salle des parlementaires, pleins feux, avec Lara et George, sur la tragédie des réfugiés syriens au Liban et en Jordanie: une intervention vraie, simple, directe et confiante, à l’image de leurs vingt ans. La guerre qui déchire la Syrie a toutes les caractéristiques d’un drame. Abraham, quant à lui, aborde le problème du narcotrafic qui sévit dans son Pays, le Mexique. Cette célébration du 7ème anniversaire de Chiara Lubich est largement marquée par l’engagement et des actions conduites par les jeunes des Focolari dans les pays les plus éprouvés. Pour eux ces actions ont une dimension politique. Ils se sont donné rendez-vous à plus de 300 à Rome, pour donner visibilité à des actions de dialogue, de solidarité, de paix qui vont d’un bout à l’autre de la planète. La Présidente de la Chambre des députés, Laura Boldrini, interpellée sur le rôle de la politique pour résoudre les conflits et protéger les droits humains, les remercie pour avoir le courage de « raccourcir les distances entre les institutions et les citoyens » et leur demande « de ne pas céder à qui veut changer l’ADN de notre peuple fait d’accueil et de solidarité ». Elle encourage les jeunes à se mettre à « la disposition du bien commun avec générosité, pour influencer les décisions et les choix », à rendre service à leur Pays en ne s’aplatissant pas devant les oppositions et la logique de l’ennemi parce que « dans les valeurs de Chiara Lubich il y a une vision de la société qui relève du politique et invite à ne pas se mettre en dehors ».

Le dialogue se poursuit en abordant les blessures propres à notre époque: le rapport au monde musulman, la guerre et les épidémies africaines, les catastrophes naturelles du Sud-Est asiatique. Le politologue Pasquale Ferrara insiste en disant « que le dialogue n’est pas l’arme des faibles » et l’économiste Luigino Bruni rappelle, à propos des énormes inégalités sociales, que « le bonheur le plus important n’est pas le nôtre mais celui des autres et qu’il est donc utile de s’engager avec un esprit créatif pour résoudre les problèmes et se mettre ensemble pour réaliser des choses nouvelles ».

Le sens communautaire des projets mis en œuvre par les jeunes des Focolari et accompagnés par l’Observatoire de la Fraternité prévu par United world project explicite, selon Paolo Frizzi, la “perspective anthropologique et civile du charisme de l’unité capable de façonner une humanité nouvelle en mesure de partager des actions de vie à partir des différences et de construire des projets durables ayant pour horizon le monde”. En synthèse, « La fraternité en chemin », titre choisi pour cette manifestation, exige des pas concrets de la part des politiques et des citoyens.

]]>
http://www.focolare.org/fr/news/2015/03/13/litalia-ricorda-chiara-lubich/feed/ 0
Vidéo : « Chiara Lubich: l’unité et la politique ». http://www.focolare.org/fr/news/2015/03/12/video-politics-for-unity-making-a-world-of-difference/ http://www.focolare.org/fr/news/2015/03/12/video-politics-for-unity-making-a-world-of-difference/#comments Thu, 12 Mar 2015 08:00:47 +0000 http://www.focolare.org/?p=120645

]]>
http://www.focolare.org/fr/news/2015/03/12/video-politics-for-unity-making-a-world-of-difference/feed/ 0