Le Moyen-Orient continue de souffrir de la violence, des affrontements et des attaques terroristes. L’histoire de Joseph, un jeune Syrien membre des Focolari qui, avec d’autres jeunes, nourrit l’espoir de la paix sur une terre martyrisée.

Le cauchemar des massacres de masse est à nouveau effrayant. Le Moyen-Orient est toujours ravagé par les guerres, les attentats terroristes, les violences de toutes sortes qui ne font que des morts.
En Syrie, le 6 octobre, des drones chargés d’explosifs se sont abattus sur une académie militaire à Homs lors d’une cérémonie festive. Le bilan est d’une centaine de morts, dont une trentaine de femmes et d’enfants. Le lendemain, une autre attaque similaire a eu lieu lors de célébrations funéraires, heureusement neutralisée à temps.
La réponse syrienne n’a pas manqué avec une pluie de bombes à Idlib, dans une zone échappant au contrôle du gouvernement. Une escalade de la violence à laquelle l’envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, Geir O. Pedersen, a réagi en appelant à un cessez-le-feu immédiat, à la protection des civils et à l’ouverture de négociations de paix.
Dans ce contexte de guerre, alors que la violence continue de s’intensifier et qu’il ne semble pas y avoir d’espoir d’un avenir pacifique, quelques jeunes Syriens appartenant au mouvement des Focolari se sont retrouvés pour leur réunion annuelle.

Joseph Moawwad, 24 ans, a participé au congrès et nous a écrit pour nous faire part de son expérience personnelle. « Je vivais une période très difficile, un sentiment de tiédeur, sans enthousiasme ; également pour ce congrès, peut-être à cause des fortes tensions que je vis et que les jeunes Syriens vivent. Les conséquences de la guerre perdurent, depuis 13 ans déjà, et plus récemment, l’attentat d’ il y a quelques jours à Homs. Nous l’avons appris dès le début du congrès. Cependant, la grande surprise a été de rencontrer 90 jeunes du mouvement des Focolari venus de toutes les régions de Syrie. J’ai senti comme une tempête qui enlevait les cendres qui couvraient les braises de mon cœur, et ainsi le ‘feu’ en moi a repris. Les expériences de communion, de partage, de fraternité entre nous et cette tension de vivre l’amour mutuel pour avoir la présence de Jésus parmi nous (cf. « Là où deux ou plusieurs sont unis en mon nom, je suis au milieu d’eux », Mt 18, 15-20) ont effacé tout ce que je ressentais auparavant et ont rendu plus puissante cette flamme que j’ai sentie, se rallumer en moi.
À la fin de la journée, pendant la prière communautaire, j’ai compris que je prenais une décision : garder cette ‘flamme’ que j’ai sentie, se rallumer pour longtemps, la faire grandir, la donner aux personnes les plus faibles et les plus découragées. J’ai découvert que l’unité avec les autres jeunes des Focolari, l’amour réciproque qui nous lie, est la solution à toute cette haine et à tout ce mal que nous vivons. Et puis la présence de Jésus en nous et parmi nous : c’est lui qui nous donne la force et l’espoir d’un avenir meilleur ».
           

Lorenzo Russo

2 Comments

  • DIGO MÍ SÍ , CON TODOS Y CADA UNO DE LOS MIEMBROS, QUÉ PARTICIPAN ….EN ÉSTE ENCUENTRO  » SINODAL , CÓMO FRUTO , DEL TRABAJÓ, UNIDOS Y QUÉ ÉL ESPIRITU SANTO, NO FALTÉ EN NINGÚN MOMENTÓ.!!!!! 1️⃣

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *