Il y a plus de 10 ans, Walter Baier et Franz Kronreif ont entamé un voyage entre marxistes et catholiques à Vienne avec la perspective – audacieuse à l’époque et audacieuse aujourd’hui – d’élaborer une éthique sociale commune sur la base d’un projet de dialogue interpartis, appelé Dialop, lancé en 2014. Baier, homme politique, est actuellement président de la Gauche européenne, Kronreif est architecte et membre du mouvement des Focolari.

Quels ont été les résultats de la conférence de ces derniers jours dans le cadre du projet Dialop ?

Baier : “Il m’est difficile de donner une réponse car nous devons encore évaluer les choses entre nous. J’ai lu plusieurs fois le discours du Pape François et j’ai découvert de nouveaux aspects. Cela signifie que nous devons laisser ce discours s’imprégner et y réfléchir attentivement. Toutefois, il est certain que la rencontre avec le pape ouvre un nouveau chapitre entre la Gauche en Europe et l’Église catholique. Le Pape a parlé de choses qui nous touchent également, à savoir l’option préférentielle pour les pauvres, la défense de notre Mère Terre, les droits des migrants, le droit à la vie”.

Kronreif : “Ce qui m’a le plus impressionné, c’est que le Pape tenait vraiment à cette rencontre avec une représentation de Dialop. Dès le début, nous avons vu qu’il se sentait très à l’aise avec notre groupe, moitié catholique, moitié marxiste. Il a parlé très librement et a également établi des relations en accueillant les questions. Il nous a exhortés à poursuivre le dialogue, car le dialogue est fondamental aujourd’hui. Il a également insisté sur la lutte contre la corruption. Et puis il nous a invités à rêver d’un avenir meilleur, parce que c’est avec des rêves que l’on peut réussir à briser les schémas”.

Baier : “Ce qui s’est passé à l’Institut universitaire Sophia de Loppiano est également très important. Je pense qu’il s’agit d’une nouvelle étape dans le dialogue. Cela démontre combien les savoirs que nous réussissons à mobiliser sont riches.  La condition préalable est que nous ayons réussi à créer un espace dans lequel tous les participants ont pu s’exprimer. Du côté marxiste, toutes les contributions étaient peu orthodoxes. Si nous avions dit ces choses il y a des décennies dans nos partis socialistes ou communistes, nous aurions été évincés”.

Par exemple ?

Baier : “La manière dont nous avons agi en tant que marxistes avec les dirigeants de l’Église catholique est sans précédent. Ensuite, nous avons commencé à faire l’autocritique de nos contradictions. Cela n’est possible que dans ce type de dialogue que nous avons créé à Sophia. Et j’insiste sur le fait que dans cette expérience de dialogue, l’autre partie est capable d’activer la meilleure partie de nous-mêmes”.

Quelles perspectives s’ouvrent avec cette étape du début de l’année 2024 ?

Baier : “Pour moi, en tant qu’homme politique, il est important que nous réussissions à mobiliser la société et l’opinion publique sur les thèmes de la justice, de l’écologie intégrale et surtout de la paix. Mais il ne faut pas se faire d’illusions. Il ne s’agit pas tant de discours que de confrontation avec des puissances fortes. Cela nécessite des décisions démocratiques et nous avons besoin de majorités sur ces questions. Je pense que nous devons développer notre dialogue dans ce sens”.

Kronreif : “La perspective qui s’est dégagée, c’est que nous avons constaté que dans notre dialogue, nous parvenons à créer une expérience de vraie rencontre qui peut être étendue à d’autres dialogues ou intégrer d’autres sujets dans notre dialogue. Nous avons désormais une méthode et une expérience tellement enracinées et vécues que nous sommes plus ouverts à l’intégration d’autres éléments. Et cela peut être une méthode démocratique utile pour traiter et aborder certaines questions dans les parlements, la société et l’opinion publique, où l’on observe aujourd’hui un clivage très fort et une radicalisation vers des positions extrêmes”.                                                                                                                             

  Paolo Lòriga

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *