Le Dieu qui aime est un Dieu qui ne se tient pas à l’écart mais qui intervient concrètement dans l’histoire de chacun et qui nous pousse à nous rapporter à nos frères et sœurs avec une attitude inspirée par ce même amour tendre et téméraire qui nous rend nouveaux.

Ressusciter
Jésus ressuscité nous a ouvert un chemin, mais maintenant la Résurrection se produit chaque fois que je me ressaisis en dépassant mon égoïsme. Cette « prise de conscience », qui est la charité mise en œuvre, change peu à peu ma vie. Non seulement mon mari me le dit, mais mes enfants, mes amis le ressentent aussi. Poussée par le désir d’en savoir plus, je lis la vie des saints que j’avais jusqu’alors évitée et j’y ai trouvé la confirmation de ce secret qui est la clé d’une vraie vie. Un soir, notre fils est rentré à la maison, hébété, presque absent. Il ne répondait pas aux questions. Toute la nuit, il a été malade. Il était drogué. Comme c’était peut-être l’une des premières fois, la réaction a été forte. Les jours suivants, j’ai essayé de dépasser toutes les questions, la recherche des coupables, d’enquêter sur les amitiés. À un certain moment, cependant, j’étais « ressuscitée », pour n’être plus qu’amour pour lui. Un après-midi, je me suis assise à côté de lui sans rien dire. Dans ce silence total, il m’a dit : « Merci, maman, pour l’accueil que tu m’as réservé. Si un jour je suis papa, je veux être un parent comme toi, avec un cœur qui n’a pas d’horizons ».
(M.S. – Pays-Bas)
 

Là où il n’y a pas d’amour…
Dans le bureau de poste où j’ai l’habitude de me rendre pour retirer mon courrier ou pour d’autres raisons, j’ai souvent trouvé, jusqu’à récemment, des employés nerveux et grossiers à mon égard, et surtout le directeur, qui, un jour, s’est même mis à me crier dessus parce que j’étais en retard pour retirer une certaine somme. Cependant, me laissant guider par la phrase de saint Jean de la Croix : « Là où il n’y a pas d’amour, mets de l’amour et tu trouveras de l’amour », j’ai enduré, continuant à saluer tout le monde avec gentillesse. En agissant ainsi par amour pour Jésus, j’ai pu peu à peu établir des relations plus humaines dans ce bureau. J’en ai eu la preuve lorsque, ayant proposé à l’un des employés un billet pour une tombola caritative, les autres collègues, y compris la femme de ménage, s’y sont intéressés et en ont voulu un. Même le directeur est venu prendre un billet et, peu après, m’en a demandé un autre. Je lui ai répondu : « J’espère qu’au moins un prix ira à l’un d’entre vous ». Il m’a répondu : « Peu importe ! Même si nous ne gagnons pas, nous avons fait quelque chose de bien ensemble ».
M.F. – Italie)

Une occasion pour aimer
Il y a une quinzaine d’années, j’étais bénévole dans un centre d’écoute de la Caritas diocésaine. Un jour, une jeune femme est venue nous rendre visite et m’a demandé si je pouvais la mettre en contact avec une gynécologue parce qu’elle voulait avorter, n’ayant pas les moyens de payer les frais pour élever la nouvelle vie qu’elle portait en elle. À ce moment-là, j’ai ressenti un pincement au cœur, mais aussi la grande opportunité d’aimer cette jeune mère et son bébé. Je lui ai parlé du merveilleux cadeau qu’est la vie et je lui ai dit que les difficultés financières ne devaient pas être un obstacle et que nous étions là pour l’aider. La jeune femme était émue et m’a dit qu’elle souhaitait être aidée. Après un certain temps, la jeune mère est venue me saluer, avec un merveilleux nouveau-né dans les bras. Elle m’a dit avec un grand sourire : « C’est ma petite fille et je voulais que vous la rencontriez ! Merci de m’avoir écoutée et aidée ce jour-là. Merci aussi de sa part » ! J’étais profondément émue et reconnaissante envers Dieu pour cette rencontre si spéciale de m’avoir donné la possibilité d’aimer.
(M.M- Italie)

Aux soins de Maria Grazia Berretta

(tiré de Il Vangelo del Giorno, Città Nuova, anno X– n.1° maggio-giugno 2024)

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *