2024 marque le quarantième anniversaire de la naissance du Mouvement «Juniors  pour un Monde Uni», créé par Chiara Lubich pour les adolescents, garçons et les filles des Focolari. L’histoire d’une étape historique au cours de laquelle Chiara Lubich leur a confié la tâche d’impliquer tous leurs camarades du monde dans la construction de l’unité et de la fraternité. Nous avons demandé à trois des jeunes filles présentes ce jour-là ce que cela avait signifié pour elles.

«Nous avions été heureuses parce que nous avions enfin compris, et Chiara Lubich nous l’avait confirmé, que les juniors n’étaient pas faits pour rester entre eux, mais que nous étions appelés à sortir dans le monde et à aller à la rencontre de tous les adolescents de la terre».

Un vrai mandat, celui dont parle Maria Chiara Biagioni, aujourd’hui journaliste, reçu directement de la fondatrice des Focolari il y a 40 ans ; la naissance d’une réalité, celle des Juniors pour l’Unité, qui a changé sa vie et celle de tant d’adolescents.

C’était en 1984 et, à l’approche de Pâques, près de Rome, dans les Castelli Romani, se tenaient pour la première fois les écoles de formation pour les adolescents du Mouvement, les Gen 3. Ils étaient environ quatre-vingts, venus de diverses régions d’Italie, avec quelques représentants d’autres pays (Allemagne, Espagne, Portugal, Hollande, Belgique et Philippines). Aucun d’entre eux n’avait imaginé qu’il assisterait au début d’une «nouvelle ère».

Chiara Lubich les avait invités à se rendre au centre des Focolari de Rocca di Papa (Rome) à 17 heures, juste le jour de Pâques. Mais qu’est-ce qui les attendait là?

Pour les accueillir, Chiara leur avait offert un gigantesque œuf de Pâques contenant, comme une poupée matriochka, plusieurs enveloppes et, à la fin, la surprise des surprises : un message de sa part annonçant la fondation du Mouvement des Juniors pour un Monde Uni.

«En 1984, cela avait été très important pour moi de vivre ce moment (…) – raconte Federica Vivian – Chiara Lubich nous avait envoyé ce cadeau, une longue lettre, et j’avais senti qu’elle correspondait parfaitement à ce que nous étions en train de vivre avec nos amis et avec tant d’autres. Nous faisions tant de choses pour dire à tous que nous croyions en la fraternité (…) et cette graine a porté ses fruits en moi dans le désir de ne jamais mettre de limites, de construire des ponts avec tout le monde».

Dans son message, Chiara Lubich avait encouragé les juniors à vivre concrètement l’Évangile et à porter à beaucoup d’autres, l’idéal qu’ils avaient dans le cœur, avec un grand objectif : vivre pour un monde uni. Les réponses ne s’étaient pas fait attendre. Les ‘Oui’ à cette mission avaient résonné dans la salle et, peu après, de nombreuses autres réponses positives étaient arrivées de différentes villes du monde.

«J’avais 12 ans, raconte Fiammetta Megli, enseignante, et lorsque ce gros œuf de Pâques avait été ouvert, j’avais ressenti une joie immense, mais je n’ai même pas réalisé ce qui se passait réellement. J’ai senti que j’appartenais à une grande famille, une famille plus grande que la mienne. Tout ce que j’ai vécu au cours de ces années-là, en tant que junior, est non seulement resté, mais est à la base de tout ce que je fais aujourd’hui, également pour le travail que j’exerce avec les enfants à l’école».

Aujourd’hui, 40 ans plus tard, les Juniors pour un Monde Uni, les adolescents du mouvement des Focolari, sont présents dans 182 pays du monde, ils parlent différentes langues, appartiennent à différentes religions et certains ne se reconnaissent pas dans un credo religieux, mais ce qui les unit, c’est toujours cet objectif commun : travailler à la réalisation de la fraternité universelle. Sous toutes les latitudes, ils mènent les actions les plus diverses pour faire tomber les barrières et les divisions, afin qu’un monde uni et pacifique devienne bientôt une réalité pour tous les peuples de la terre.

Depuis ce jour-là, poursuit Maria Chiara Biagioni, «il n’y a plus eu de place dans mon cœur pour l’indifférence. Tout ce que je voyais autour de moi, tout ce qui se passait dans le monde, m’appartenait, me concernait en quelque sorte, et je m’engageais à répondre aux besoins, aux problèmes, aux défis qui apparaissaient peu à peu dans ma vie. La deuxième chose était de croire (…) que le bien est plus fort que le mal. Croire malgré tout, malgré les larmes des gens, malgré les bombes qui continuent à tomber dans tant de pays du monde, malgré les nombreux maux qui nous entourent (…) que la lumière est plus forte que les ténèbres, toujours».

Maria Grazia Berretta

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *