La Parole de Dieu

L’Évangile. L’aventure de l’unité commencée par Chiara Lubich ne connaissait qu’un seul « texte », la Bible, l’Évangile, la Parole de Dieu. Pour elles, seules les pages de l’Évangile contenaient la vie qui conduisait à Dieu. Durant cette période – et ce n’est pas un hasard – commença une pratique dont Chiara avait déjà eu l’intuition lorsqu’elle était encore institutrice, et qui se généralisera ensuite dans le monde des Focolari et au-delà : la « Parole de vie ». Elles mettaient en pratique une phrase de l’Évangile, et – ce qui était une nouveauté pour l’époque – Chiara et ses premières compagnes, pour s’encourager mutuellement et pour progresser ensemble, se racontaient les fruits que la Parole, vécue, avait produit dans leur vie.

Chiara raconte : « Nous sommes toujours en temps de guerre. Chaque fois que la sirène sonne l’alerte aérienne, dans l’abri nous ne pouvons emporter qu’un petit livre : l’Évangile. Nous l’ouvrons, et ces paroles, que nous connaissons pourtant par cœur, deviennent lumineuses sous l’effet du nouveau charisme, comme si une lumière les éclairait de l’intérieur. Elles enflamment nos cœurs et nous poussent à les mettre aussitôt en pratique. Elles nous attirent toutes, et nous nous efforçons de les vivre une par une. Par exemple, je lis à voix haute, pour mes compagnes : “Tu aimeras ton prochain comme toi-même” (Mt 19,19). Ton prochain. Où était notre prochain ? Il était là, tout près de nous, dans toutes ces personnes que la guerre frappait, qui étaient blessés, qui n’avaient plus ni vêtements ni maison et qui souffraient de la faim et de la soif. Alors, aussitôt, nous leur portions secours par tous les moyens.

« L’Évangile nous l’assure : “Demandez, on vous donnera” (Mt 7,7). Nous demandons, pour les pauvres, et – chose extraordinaire en ces temps de guerre – chaque fois, Dieu nous comble de toutes sortes de biens ! Un jour, c’est un des premiers épisodes et nous le racontons souvent, un pauvre m’a demandé une paire de chaussures pointure 42. Sachant que Jésus s’était identifié aux pauvres, je suis allée à l’église Sainte-Claire et j’ai adressé au Seigneur cette prière : “Donne-moi une paire de chaussures pointure 42, pour toi dans ce pauvre”. À peine sortie, je rencontre une jeune fille qui me tend un paquet. Je l’ouvre : il contenait une paire de chaussures pointure 42.

« Nous lisons dans l’Évangile : “Donnez et on vous donnera” (Lc 6,38). Nous donnons, nous donnons et chaque fois nous recevons en retour. Ce jour-là, il ne nous reste qu’une seule pomme à la maison. Nous la donnons à un pauvre qui vient demander. Dans la matinée, nous voyons arriver une douzaine de pommes, peut-être d’une parente de l’une d’entre nous. Ces pommes-là aussi, nous les donnons à d’autres personnes qui frappent à la porte et, dans la soirée, c’est une valise pleine de pommes qui arrive. C’est toujours la même expérience qui se répète.

« Autant d’épisodes qui, l’un après l’autre, nous étonnent et nous émerveillent. Notre joie est immense et contagieuse. Jésus avait promis et, aujourd’hui encore, il tient sa promesse. Jésus n’est donc pas une figure du passé ; il appartient au présent. Et l’Évangile est vrai. Cette constatation nous donne des ailes sur le chemin que nous venons d’entreprendre. Et quand les gens nous interrogent sur les raisons de notre joie en ces temps de si grande tristesse, nous leur disons ce que nous sommes en train de vivre. Ce qu’ils retiennent, ce n’est pas leur rencontre avec un petit groupe de jeunes filles ou un mouvement naissant, mais plutôt le sentiment d’avoir rencontré Jésus vivant ».