Religions traditionnelles

La première rencontre du mouvement des Focolari avec un groupe culturel lié aux religions traditionnelles, s’est passé lorsqu’un groupe de focolarini médecins se rend au Cameroun dans les années 1960.

En 1966, quelques médecins et infirmières des Focolari entre en contact avec le peuple Bangwa de Fontem, un village au cœur de la forêt occidentale du Cameroun. Le but est humanitaire : soulager une population touchée par la malaria et autres maladies tropicales, dont la mortalité infantile s’élevait à 90%. Avec l’aide de nombreuses personnes et avec les Bangwa, un hôpital est construit, une école, une église, beaucoup de maisons… et naît la première cité pilote des Focolari en Afrique.

Chiara Lubich visite Fontem en 1966. Des années plus tard elle rappellera ce voyage devant 8.000 membres du mouvement réunis à Buenos Aires en 1998 : »Je me trouvais à Fontem, quand la cité-pilote n’existait pas encore, alors qu’elle est grande maintenant. Il y a, je ne sais plus combien de maisons… À l’époque il n’y avait encore rien, juste une forêt où vivait une tribu. Alors, dans une clairière la tribu a organisé une grande fête en mon honneur (…). naturellement une fête avec les caractéristiques du pays ; il y avait toutes les femmes du Fon, du roi, qui dansaient, etc. Et dans cette vallée en forme de cirque, au milieu de ce peuple venu me remercier de leur avoir envoyé les premiers focolarini médecins, j’ai eu la sensation que Dieu prenait cette foule dans une unique étreinte, même s’ils n’étaient pas chrétiens ; en effet la majeure partie était animiste. je me suis dit : “Ici, Dieu prend dans une unique étreinte tout le monde. “C’est un peu comme à Cova da Iria, au Portugal, où cette fois-là le soleil, qui semblait se précipiter sur la terre, enveloppait tous les témoins. Ici c’est Dieu qui enveloppe tout le monde ».

De retour de ce premier voyage, Chiara répond ainsi aux jeunes focolarini de l’école de formation à Loppiano (Italie) : « Nous, Occidentaux, nous avons des idées absolument arriérées qui ne sont plus adaptées à notre temps si nous ne nous libérons pas de la mentalité occidentale car elle est la moitié, le tiers, le quart de la mentalité par rapport au monde. Il existe par exemple en Afrique, une culture sans pareil, splendide, d’une grande profondeur ! Il faudrait parvenir à une rencontre de cultures. Nous ne sommes pas complets si « nous ne sommes pas humanité ». Nous sommes humanité si « nous avons en nous » toutes les cultures ».

À l’occasion d’un autre voyage en Afrique en 1992, en se référant à l’inculturation, Chiara affirme : « Avant tout, l’arme puissante est celle de « se faire un ». Cela signifie aborder l’autre en étant complètement vide de nous-mêmes pour entrer dans sa culture, le comprendre et le laisser s’exprimer jusqu’à le comprendre en toi. Lorsque tu l’as compris, c’est alors qu’un dialogue avec lui pourra commencer et tu pourras lui transmettre le message évangélique, à travers les richesses qu’il possède déjà. « Se faire un », que l’inculturation demande, consiste à entrer dans l’âme, dans la culture, dans la mentalité, dans la tradition, dans les coutumes [de l’autre, ndr], le comprendre et faire émerger les semences du Verbe ».

Un autre moment marque une étape importante pour le mouvement dans la marche vers le dialogue avec les autres croyances. Lorsqu’en 1977 on remet à Chiara le « Prix Templeton, pour le progrès de la religion ». Elle le raconte, toujours en 1998, à Buenos Aires : « Nous étions à Londres, à la Guildhall… et on m’avait demandé de tenir un discours dans cette grande salle ; il y avait là des gens de toutes les religions… Et là un phénomène du même genre s’est produit : j’ai eu l’impression que Dieu enveloppait, prenait dans une unique étreinte tout ce monde… ».

En 2000 Chiara visite Fontem pour la dernière fois. Elle est intronisée “Mafua Ndem” (Reine au nom de Dieu) par les Fon au nom du peuple. C’est première fois qu’une femme étrangère et « blanche » fait partie du peuple Bangwa. A sa mort (2008), on célèbrera ses funérailles en tant que reine. Pendant l’école des religions traditionnelles organisée par le premier focolarino bangwa qui précède les funérailles, les focolarini sont introduits dans la « forêt sacrée » (lefem). C’est un signe fort d’appartenance à ce peuple. Ces jours-là, Maria Voce (actuelle présidente des Focolari), est reconnue « successeur du trône ».

En Afrique les « écoles d’inculturation » surgissent pour approfondir la connaissance des diverses cultures.

Mais aussi en Asie (aux Philippines), et en d’autres points de la planète se développent les contacts avec d’autres peuples liés aux religions traditionnelle : comme en Amérique Latine, où se déroulent les mariapolis avec des personnes du peuple Aymara (Bolivie et Pérou); et en Nouvelle Zélande avec les aborigènes maori.

Une spiritualité en somme, qui vise non seulement à l’unité des chrétiens mais, par le dialogue, à celle de la famille humaine.

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *