Discours de Margaret Karram, Présidente du Mouvement des Focolari au Conseil Œcuménique des Églises. Genève, 28 novembre 2022

Révérend Ioan Sauca,
Révérend Jerry Pillay,
Chers collaborateurs et amis de cette prestigieuse Institution inspirée par l’Esprit Saint,

Je voudrais tout d’abord vous adresser mes plus chaleureuses salutations et exprimer ma grande joie d'être ici aujourd'hui. Merci de m'avoir invitée, j’en suis très honorée.

J'ai une profonde admiration pour le travail que le Conseil Œcuménique des Églises accomplit depuis 80 ans pour faire en sorte que la communion entre tous les chrétiens grandisse jour après jour et pour porter dans le monde l'esprit de réconciliation et d'unité. La récente Assemblée Générale du Conseil Œcuménique des Églises à Karlsruhe a mis en lumière l’engagement fervent qui est le vôtre !

Il y a vingt ans, Chiara Lubich, fondatrice du Mouvement des Focolari, est venue ici à l'invitation du Secrétaire général de l'époque, le Dr Konrad Raiser, et du Professeur Ioan Sauca.

Je suis très reconnaissante d'être parmi vous aujourd'hui, pour célébrer cet anniversaire ! Je rends grâce à Dieu parce que je suis consciente de marcher sur une terre que je considère comme sacrée, en raison de l'expérience de fraternité que le Conseil offre à la chrétienté et au monde.

Je suis venue vous assurer de la volonté et de la disponibilité du Mouvement des Focolari de continuer à « cheminer ensemble » avec le Conseil Œcuménique des Églises, comme Chiara Lubich et Konrad Raiser l'ont exprimé il y a vingt ans dans leur déclaration commune, après une forte expérience d'espérance et d'unité.

Pour ceux qui ne connaissent pas le Mouvement des Focolari, je vais en donner un bref aperçu.

Fondé en 1943 par Chiara Lubich, il se propose de contribuer à la réalisation de la prière de Jésus au Père, telle qu'elle est magnifiquement décrite en Jean 17 à la lumière du mystère de la Sainte Trinité, promouvant la fraternité entre les personnes, les cultures et les religions, afin de rejoindre l'objectif d'un monde uni.

Notre expérience œcuménique, qui remonte à 1961, rassemble des chrétiens, des laïcs, des ministres ordonnés et des leaders de plus de 350 Églises.

En outre, depuis 1999, une relation de communion et de coopération avec différents Mouvements et Communautés ecclésiales a débuté dans le cadre de l'initiative œcuménique « Ensemble pour l'Europe ». Elle jette des ponts entre les Églises et s’efforce de promouvoir un témoignage commun dans la sphère sociale, un défi particulièrement urgent tant dans le contexte multiculturel et multireligieux actuel que face aux crises actuelles de la justice et de la paix.

Nous sommes des chrétiens de différentes Églises, totalement fidèles à nos communautés, et nous faisons partie du Mouvement des Focolari à différents niveaux.

En vivant le même idéal d'unité, nous faisons l'expérience d'une profonde communion en Christ et d'un échange mutuel de dons entre nos Églises respectives. Ainsi, à la suite du Christ, à l'écoute de l'Esprit et en pratiquant l'amour réciproque, nous vivons déjà, en un certain un sens, comme un seul peuple qui donne un témoignage commun de notre vie en Christ. De différentes manières, nous nous efforçons de renouveler la société humaine à la lumière de l'Évangile.

La spiritualité de l'unité est centrée sur la vie de la Parole de Dieu, mise en pratique dans la vie quotidienne comme réponse à son Amour (cf. Mt 7, 21-27) ; elle nous invite à faire nôtre le Commandement Nouveau de Jésus (cf. Jn 13, 34). Cela nous aide non seulement à aimer l'autre comme nous-mêmes, mais aussi l'Église de l'autre comme la nôtre ; cela s'enracine en Jésus crucifié et abandonné (cf. Mc 15, 34 ; Mt 27, 21), clé d'un style de vie et source de l'Esprit qui ouvre la voie à l'unité. C'est une spiritualité qui nous permet de vivre l'expérience de la présence du Christ parmi ceux qui sont unis en son nom (cf. Mt 18, 20) et qui nous permet de voir que l'unité est possible dans le respect de la pluralité et de la diversité, reflétant le mystère de la Sainte Trinité.

Ce que le Révérend Konrad Raiser et Chiara Lubich ont affirmé en 2002 - à savoir que pour les Églises qui souhaitent rendre visible l'unité qu'elles recherchent sincèrement, il est nécessaire de changer leur comportement vis-à-vis de Dieu et entre elles - semble se vérifier aujourd'hui.

Ils ont affirmé que les Églises « sont appelées à la métanoïa et à la kénose, dans lesquelles nous trouvons la voie pour pratiquer la pénitence la plus sincère et vivre l'humilité la plus authentique ».

Et d’ajouter : « Si nous nous détachons des fausses sécurités, si nous trouvons en Dieu notre vraie et unique identité, si nous avons le courage d'être ouverts et vulnérables les uns envers les autres, alors nous commencerons à vivre comme des pèlerins en voyage. Nous découvrirons le Dieu des surprises qui nous conduira sur des chemins jamais parcourus, et nous nous découvrirons réciproquement comme de véritables compagnons de voyage. »

En fait réalité, des pas ont été faits !

Comment a progressé l'engagement œcuménique dans le Mouvement des Focolari ?

  • Les rencontres internationales et locales se sont poursuivies.
  • Le réseau entre évêques et modérateurs de différentes Églises s'est développé. Les cité-pilotes du Mouvement en Allemagne, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne sont des points de référence, avec leurs centres et communautés œcuméniques.
  • À l'Institut universitaire Sophia, en décembre 2017, à notre grande joie, la chaire œcuménique conjointe « Patriarche Athénagoras-Chiara » a été créée. Elle a organisé des cours universitaires et des séminaires d'experts en collaboration avec le Patriarcat de Constantinople, dont le plus récent en juin dernier : le cinquième sommet de Halki, sur le thème crucial de la protection de l'environnement.
  • Nous ne pouvons pas non plus oublier que, dans le monde entier, de nombreuses personnes prient pour l'unité et soutiennent des initiatives œcuméniques en collaborant avec les Églises et les groupes locaux. Elles restent en contact grâce à l'aide de notre Bureau œcuménique international, que vous connaissez bien, le "Centre Un".

La collaboration avec le Conseil Œcuménique des Églises est toujours restée constante, il suffit de penser aux nombreuses relations construites au fil du temps et aux occasions d'échanges qui se sont succédé au cours des années.

Cela a été confirmé par l'accueil cordial que nous avons reçu aujourd'hui de la part de l'ensemble de l’équipe et par les conversations profondes que nous avons eues avec les deux Secrétaires généraux.

Permettez-moi de remercier tout particulièrement le Révérend Ioan Sauca pour l’ensemble de son mandat. Nous nous souvenons avec affection de sa visite très appréciée au Centre international de Rocca di Papa en janvier dernier, et je suis heureuse de pouvoir lui rendre la pareille.

Le dialogue a une place privilégiée dans mon cœur, je peux même dire qu'il est à la base de ma vocation : sur les pas de Chiara, donner ma vie à Dieu pour l'unité.

J'en ai vu les fruits dans mon pays. Aidée par l'exemple de mes parents, puis soutenue par le charisme de l'unité, en Terre Sainte, et ensuite dans ma vie communautaire au sein des Focolari dans d'autres contextes culturels et géographiques, j'ai fait l'expérience de l'importance du dialogue, qui fait tomber les préjugés, nourrit la connaissance réciproque, l'écoute authentique de l'autre, et instaure des relations avec les personnes qui pensent différemment de nous ou avec celles qui vont jusqu'à provoquer et infliger des souffrances.

J'ai vu s'effondrer des murs de suspicion et d'indifférence, naître des relations et des groupes de dialogue qui sont encore vivants et actifs.

C'est donc une priorité personnelle pour moi de poursuivre l'expérience d'amitié sincère entre le Mouvement des Focolari et le COE, car c'est une source d'inspiration mutuelle pour développer toujours plus la culture du dialogue, afin qu'elle devienne un style de vie universel.

Je confirme de tout cœur que nous voulons renouveler l’engagement pris il y a 20 ans par le Révérend Konrad Raiser et Chiara Lubich. Je cite : « Promouvoir toujours plus un dialogue entre les personnes. Un dialogue qui ne soit pas en contradiction avec le dialogue théologique, ni avec les autres formes de dialogue traditionnel entre les différentes Églises, mais qui au contraire favorise et accélère l'accomplissement du Testament de Jésus : ‘’Que tous soient un afin que le monde croie’’ » (Jn 17,21).

Mes vœux les meilleurs au Révérend Jerry Pillay ! Que l’Esprit Saint nous donne un élan toujours nouveau pour travailler ensemble et recueillir les fruits d’une communion plus profonde pour enrichir l’Unité que nous voulons témoigner au monde.

Margaret Karram

 

Le parcours œcuménique du Mouvement des Focolari

3 Comments

  • grazie Margaret, ho rivisto nel tuo discorso tutti i punti luminosi della storia di questo dialogo vissuto con Chiara, donati con grande semplicità, e chiarezza. una scia luminosa per continuare il cammino dell’unità.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *