juillet 2022

En route vers Jérusalem, Jésus s’arrête dans un village, chez Marthe et Marie, où l'évangéliste Luc décrit son accueil par les deux sœurs. En qualité de maîtresse de maison, Marthe « s’affairait à un service compliqué », tandis que Marie, « assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole ». L'attention de Marie s’oppose à l'agitation de Marthe ? À son grief de se retrouver seule pour assurer le service, Jésus répond : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. C’est bien Marie qui a choisi la meilleure part ; elle ne lui sera pas enlevée ». Ce passage se situe entre la parabole du bon Samaritain, peut-être la page la plus élevée sur l’amour du prochain, et celle où Jésus enseigne aux disciples comment prier, certainement la page la plus élevée sur la relation avec Dieu Père, constituant presque l’équilibre entre l'amour du frère et l'amour de Dieu.

«Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire »

Les protagonistes de ce passage de l'Évangile sont deux femmes. Le dialogue entre Jésus et Marthe montre leur relation d'amitié et permet à cette dernière de se plaindre au Maître. Or quel service Jésus désire-t-il ? Il voudrait que Marthe ne s'inquiète pas, qu'elle quitte le rôle traditionnel assigné aux femmes et se mette elle aussi à l’écoute de la parole de Jésus comme Marie, qui endosse un nouveau rôle, celui d’une disciple. Le message de ce texte a souvent été réduit à une opposition entre vie active et vie contemplative, presque comme s'il s'agissait de deux approches religieuses alternatives. Cependant Marthe et Marie aiment toutes deux Jésus et veulent le servir. Dans l'Évangile, en effet, il n'est pas dit que la prière et l'écoute de la Parole sont plus importantes que la charité, mais plutôt qu'il faut trouver le moyen de lier ces deux amours de manière indissoluble. Deux amours, l'amour de Dieu et l'amour du prochain, qui ne sont pas opposés l'un à l'autre mais complémentaires, car l'Amour est un.

«Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire »

Il reste alors à bien comprendre quelle est cette seule chose nécessaire. Le début de la phrase peut nous y aider : « Marthe, Marthe... » La répétition du nom ressemble presque à une réprimande, mais c’est aussi un appel. Jésus semble appeler Marthe à une relation nouvelle avec lui : un lien qui ne soit pas celui de serviteur mais d’ami pour entrer dans une relation profonde avec lui. Chiara Lubich écrivait : « Jésus a profité de cette circonstance pour expliquer ce qui est le plus nécessaire dans la vie [...] : écouter la Parole de Jésus. Et pour Luc, qui écrit ce passage, écouter la parole signifie aussi la vivre. [...] C'est à cela que tu es invité toi aussi : accueillir sa parole, la laisser opérer une transformation en toi. Ce n’est pas tout. Il faut que tu sois fidèle à cette parole, que tu la gardes dans ton cœur pour qu'elle façonne ta vie, comme la terre garde la graine dans son sein afin qu'elle germe et porte du fruit. Il te faut donc porter des fruits de vie nouvelle, effets de la parole[1]. »

«Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire »

Qui sait combien d'occasions nous avons, nous aussi, d'accueillir le Maître dans l'intimité de notre maison, comme Marthe et Marie. Nous aussi, nous pouvons nous mettre à son écoute en véritables disciples. Souvent les soucis, les maladies, les engagements, de même que les joies et les satisfactions nous dispersent dans le tourbillon des choses à faire et ne nous laissent pas le temps de nous arrêter pour reconnaître le Seigneur et l'écouter.

Cette Parole est une occasion précieuse pour nous exercer à choisir la meilleure part : écouter sa parole. Ainsi pourrons-nous acquérir la liberté intérieure qui nous permettra d'agir  en conséquence dans notre vie quotidienne. Cette action sera le fruit d'une relation d'amour et donnera un sens à notre service et à notre écoute.

Letizia Magri et la Commission Parole de vie

[1] Cf. Parole de vie de juillet 1980, Parole di Vita, éd. Fabio Ciardi, Città Nuova, Rome 2017, p. 176-177.

FichierAction
Parola di Vita_2022_07.pdfTélécharger
Parola di Vita-bambini_2022-07.pdfTélécharger
Word of Life_2022_07.pdfTélécharger
Word of Life-children_2022-07.pdfTélécharger
Palabra de Vida_2022_07.pdfTélécharger
Palabla de Vida-niños_2022-07.pdfTélécharger
Parole de Vie_2022_07.pdfTélécharger
Parole de Vie_enfants-2022_07.pdfTélécharger
Palavra de Vida_2022_07.pdfTélécharger
Palavra de Vida-crianças_2022-07.pdfTélécharger
« Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire » (Luc 10,42)

4 Comments

  • Gracias por el servicio de la palabra y dejo mi corazón abierto para recibirla y dejarla moldeada al modo de Jesús!!!!!

  • Tra ascolto e lamentele, c’è tutto il filo della giornata dove mi ritrovo spesso. Il buon proposito preso la mattina alla sorgente della Parola va ripescato tante volte, « mille volte », in fondo del cuore e della mente per accompagnare il mio « da fare veloce, urgente, efficacio » che il dovere di stato mi chiede. Il « per Te, Dio » detto altretanto veloce mi riporta al presente con una nuova qualità di presenza, magari nuova qualità di ascolto presso il prossimo che mi passa accanto o nella lettura di una mail. Grazie per il commento della parola del mese.

  • Pur essendo oberato da mille cose da fare e sotto il peso di svariate preoccupazioni, stranamente mi sono sentito come calamitato dal messaggio ricevuto, al punto che l’ho letto subito. Bellissimo, tutto vero, io per primo spesso mi dimentico il giusto ordine delle cose, dimentico che al primo posto ci dovrebbe essere sempre Lui, l’unico vero bene per il quale vale la pena vivere ed anche morire. Contemplare il Signore non è mai sbagliato, anche se la frenesia della vita di ogni giorno cerca di farci dimenticare di Lui, che per altro è l’unico che con il suo braccio forte può tirarci fuori dal vortice dei problemi di ogni giorno.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.