Diffuser une mentalité solidaire, valoriser les ressources

 Dans l’une des régions les plus pauvres du Nordeste brésilien, touché par une grande sécheresse, a été donné le départ d’un projet de développement qui prévoit la construction d’infrastructures, des interventions d’éducation à la santé, des informations sur différentes sortes de cultures, sur la mise en valeur des ressources et de l’irrigation.

L’aspect le plus innovateur est illustré par le Pr Luigino Bruni, un des responsables du projet : « Les agriculteurs doivent découvrir leurs ressources propres et leurs talents : ils apprennent à mettre en commun leurs découvertes, leur savoir-faire, leurs progrès, et ils mettent aussi en commun les bénéfices que ce parcours leur procure. Si la communion ne devient pas une culture, il n’y a pas d’espoir que le problème social puisse un jour être résolu. »

Le projet gouvernemental « Sertao vivo » a comme objectif de rejoindre 4 millions d’agriculteurs de 180 communes de cette région semi désertique. Il a été inauguré officiellement en juillet 2005, fruit de la collaboration entre le gouvernement du Cearà, la communauté Shalom et l’expérience de l’Economie de communion, née justement au Brésil il y a 15 ans, à l’initiative de Chiara Lubich. L’Etat du Cearà se trouve juste en dessous de l’Equateur et compte 7 millions d’habitants. Le revenu par habitant est de très loin inférieur au revenu national, avec un taux de chômage très élevé, une forte mortalité infantile et une grosse proportion d’analphabétisme.

Développements futurs. Après le premier cours d’Economie humaine et réciprocité, et l’ouverture en juin 2005, d’un centre d’animation culturelle géré par trois organismes, il est prévu pour l’avenir de réaliser deux cours d’Economie par an, qui s’adresseraient aux formateurs, et des études sur le territoire grâce à la collaboration des universités et l’octroi de bourses d’études.

La direction scientifique du projet est confiée à Emmir Nogueira, co-fondatrice de Shalom, et à Luigino Bruni, enseignant en économie à l’université de Milan et responsable de la Commission internationale de l’Economie de communion.

(Article publié dans « Il Regno » n° 2/2006)

Comments are disabled.