Canada, une journée mémorable

Comme dans les quelques pays du monde les plus étendus, les distances ici au Canada se mesurent en heures de vol. Par exemple, entre Vancouver et Toronto il y a cinq heures de vol, le même temps qu’entre Rome et la Mecque. La journée du dimanche 20 mars restera donc inoubliable, lorsque s’est retrouvée une délégation des communautés des Focolari venant de tout le pays, tant des grandes métropoles que des villes comme Whitehorse, au nord, dans des territoires peu habités aux confins des glaces de l’Alaska.

Voici pourquoi dans la salle de la Michel Power High School régnait dès le début une effervescence diffuse. Pour la première fois, la délégation de la communauté de Vancouver, à l’extrême ouest, rencontrait les personnes de Toronto ou Montréal, à l’extrême est. C’était la première fois pour tous depuis que le Mouvement est présent au Canada. Un événement historique motivé par la présence de la présidente Maria Voce.

Un panorama de la vie dans les diverses villes a montré les fruits mûris par une présence de plusieurs dizaines d’années et a fait prendre aux six cents personnes présentes une plus grande conscience de l’enracinement du Mouvement dans le territoire. Un Mouvement qui rapproche, qui réunit – nous l’avons vu dans la fête musicale de l’après-midi – des personnes provenant de contextes les plus divers et engagées dans de nombreux domaines.

Nombreux sont les immigrés – des personnes courageuses qui ont su repartir à zéro – qui ont découvert une famille plus grande, la famille spirituelle des Focolari. Les liens de solidarité tissés avec Haïti suscitent l’admiration. Dans cette île lointaine des Caraïbes, peut-être le pays le plus pauvre au monde, nombreuses sont les actions sociales développées (en raison de leur langue française commune) par les diverses communautés canadiennes.

Au cœur de la journée : rencontre avec Maria Voce et Giancarlo Faletti. Quatre-vingts minutes de questions-réponses, dans lesquelles ont été abordés de nombreux thèmes, du dialogue interreligieux au rapport avec les jeunes, de « l’après fondatrice » à la communion des biens. Tout cela dans l’optique d’une société désormais profondément marquée par la sécularisation et la laïcisation.

« Le Mouvement est né dans un contexte de forte tradition religieuse, mais il a été envoyé par l’Esprit-Saint – a assuré le co-président G. Faletti – justement pour notre époque. La sécularisation est en train de nous enlever nos sécurités, mais elle nous invite à être la réponse à ce phénomène, à devenir d’habiles annonciateurs de l’Evangile, porteurs d’une nouveauté révolutionnaire ».

Pour le troisième anniversaire du départ de Chiara Lubich, la messe présidée par Mgr William McGrattan, a été le point culminant du rendez-vous. « Dans cette célébration pour Chiara – a souligné Maria Voce – fêtons avec elle le pas que nous faisons ici aujourd’hui au Canada vers le monde uni ».

De notre envoyé Paolo Loriga

[nggallery id=21]

Comments are disabled.