« Terre di Loppiano » : 200 produits, 1000 saveurs

Le site est réussi, le graphisme est captivant, mais c’est surtout le goût qui ne trahit jamais : trois ingrédients qui ont fait la fortune de Terre di Loppiano, une entreprise née pour promouvoir et commercialiser, aussi à travers un magasin en ligne (www.terrediloppiano.com), le travail de certaines entreprises qui œuvrent dans le secteur agroalimentaire. 200 produits qualifiés, certifiés, traçables, garantis et testés, qui proviennent de différentes parties du monde. L’entrepreneur Giorgio Balduzzi est le créateur et l’un des fondateurs de l’entreprise. Ensemble, nous échangeons quelques impressions sur ce projet.

Terre di Loppiano… pourquoi ce nom ?

« Le label Terre di Loppiano n’exprime pas autant un lien territorial que la valeur de la « terre » qui, si respectée, sait donner des fruits de très haute qualité ; « Loppiano » est la référence de notre action qui puise ses racines dans l’humus de la spiritualité de l’unité dont la cité-pilote est témoignage. »

Les entreprises qui font partie de Terre di Loppiano adhèrent-elles au projet de l’Économie de Communion (ÉdeC) ?

« Des 15 entreprises qui en font partie, seules quelques-unes adhèrent à l’ÉdeC, alors que d’autres ont été choisies pour des caractéristiques professionnelles et étiques similaires aux nôtres. Ces entreprises aussi ont maintenant demandé de faire partie du projet ÉdeC. »

Quelle valeur ajoutée le rapport avec ces entreprises a apporté à votre travail ?

« Du rapport avec certaines de ces entreprises est née l’idée de promouvoir certains de leurs projets destinés au social. Il est important de faire connaître cette possibilité et, surtout, de les mettre « en réseau », non seulement pour dépasser les possibles rapports de concurrence, mais surtout pour mettre les expériences de chaque entreprise au service du bien commun. »

Synergies, rapports, faire un réseau, monter une équipe : votre mission semble unique…

« Oui. Nous avons expérimenté qu’avec l’aide et la recherche du bien commun entre les mêmes entreprises, il est même possible de sortir de la crise. En 2010, par exemple, Terre di Loppiano est tombée sur une entreprise productrice de miel au bord de la fermeture. La rencontre avec nous a été une bouffée d’oxygène : nous avons acquis auprès de cette entreprise une partie du miel annuel. Grâce à ce « réseau », nous l’avons diffusé sur le marché, évitant la faillite de l’entreprise. »

Êtes-vous déjà présents à l’étranger ?

« Nous avons ouvert huit magasins de notre label en Corée, grâce au contact fortuit avec un importateur coréen qui a épousé le même défi que nous. Maintenant, nous mettons tout en œuvre pour faire connaître cette action économique en Corée. »

Un grand engagement et une grande responsabilité sont donc requis…

« C’est vrai, les choses sont bien faites et, si elles sont aussi faites par amour de celui qui est proche, qui vit peut-être une situation difficile, les résultats ne manquent pas. Les expériences sont continuelles : un magasin agroalimentaire qui revend certains de nos produits a affirmé avoir compris l’esprit de ce type d’entreprises en regardant le rapport entre nous ; certains de nos fournisseurs demandent maintenant de suivre le parcours formatif de cette nouvelle culture économique. Nous essayons de changer les habitudes et de faire notre part, ensuite, si la semence est bonne, la récolte sera abondante. »

Par Paolo Balduzzi

Comments are disabled.