La garderie Arcoiris, “faire le bien” dans une banlieue vénézuelienne

A Colinas de Guacamaya, quartier dégradé de Valencia, importante ville industrielle du Vénézuela, de nombreux parents ne savent où laisser leurs enfants quand ils travaillent, comme cela arrive aussi dans de nombreux endroits.

Il y a déjà plusieurs années, Ofelia, une volontaire du Mouvement des Focolari, a créé une garderie, Arcoiris, en construisant le siège dans le jardin de sa maison. Là, les enfants reçoivent une attention spécifique et les notions fondamentales pour pouvoir fréquenter l’école élémentaire de façon profitable leur sont enseignées.

Actuellement, 40 enfants viennent à la garderie, de quatre ans à… 14 ans. En fait, étant donné que de nombreux enfants ne vont pas à l’école officielle, pour diverses raisons indépendantes de leur volonté, il a été décidé de leur offrir la possibilité de continuer, d’une certaine façon, leur instruction dans les structures de la crèche.

Il y a quelque temps, une fusillade a éclaté, entre la police et la pègre organisée qui contrôle le quartier. Ce n’était pas la première fois, 6 personnes sont déjà mortes. Mais cette fois-ci, cela s’est passé tout près de la crèche.

Ofelia raconte: « Pour éviter que les enfants ne s’effrayent, nous les avons fait chanter. Ensuite, quand les mamans affolées sont arrivées pour récupérer leurs enfants, j’ai parlé avec chacune, en essayant de les calmer, et en leur expliquant que nous devions nous contrôler pour le bien des enfants. Je les ai invitées à prier ensemble afin que cesse la violence. ».

Ofelia continue : « Le lendemain, nous avons lancé le ‘dé de l’Amour’ avec les enfants, et, quand ‘aimer tous’ est sorti, ils nous ont demandé : ‘Mais, même les bandits ?’, puis : ‘Même les policiers ?’. Nous, enseignants, leur avons répondu : ‘Oui ! Et savez-vous comment on peut faire ? Nous pouvons prier pour eux’. Alors, nous avons demandé aux enfants de prier spontanément, et ces prières spontanées furent très belles, dans leur innocence. Une fillette de 4 ans a demandé que tous les pistolets disparaissent de la terre, et un autre garçonnet a demandé que Dieu l’aide à aimer encore plus et qu’il change le coeur des bandits.”

Un autre front sur lequel travaille la garderie Arcoiris est la relation avec les parents. C’est très important, car les enfants ne restent à la garderie que quelques années. L’expérience qu’ils font, bien que belle et riche de valeurs, est temporaire. Alors qu’ils resteront avec leurs parents tout le temps nécessaire à leur formation en tant que personnes.

Le thème que nous avons abordé cette année était “Comment communiquer avec nos enfants”. Les nombreuses activités prévues dans les ateliers étaient dirigées par les maîtres eux-mêmes. Ceux-ci avaient généreusement accepté de passer un dimanche entier dédié aux parents, conscients de faire un investissement véritable et juste pour l’avenir de leurs petits élèves.

Garderie Arcoiris: une petite semence d’espoir dans une violente banlieue vénézuelienne.

4 Comments

  • Bellísimo Ofelia. Cuanto bien le hacen a los niños y a sus familias, sobre todo reconocer que Dios les ama inmensamente, en medio de esta realidad. Dios les bendiga!

  • Thank you Ofelia for keeping the children’s focus on communicating love and peace in the midst of the said turmoil. Keep your faith alive. God bless you, « Arcoiris » and the children.

      • Ofelia: Tu vocación de educadora se ve proyectada en esta obra. El CD lo dice todo. Arriba y adelante. Con todo cariño tu hermano adoptivo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *