Novembre 2013

Voilà un programme de vie concret et essentiel. À lui seul il suffirait à créer une société différente, plus fraternelle, plus solidaire. Il s’insère dans un vaste projet proposé aux chrétiens d’Asie Mineure. Dans ces communautés chrétiennes, entre Juifs et Gentils – deux peuples symboles de l’humanité jusque-là divisée – la « paix » s’est désormais établie.

Le don du Christ, l’unité, doit sans cesse être ravivé et traduit en comportements sociaux concrets, entièrement inspirés par l’amour réciproque. D’où ces indications sur la manière de vivre ensemble :

« Soyez bons les uns pour les autres, ayez du cœur ; pardonnez-vous mutuellement, comme Dieu vous a pardonné en Christ »

Être bons, c’est vouloir le bien de l’autre. C’est se « faire un » avec lui, l’approcher en étant complètement vides de nous-mêmes, de nos intérêts, de nos idées, des préjugés qui faussent notre regard, afin de prendre sur nous ses difficultés, ses besoins, ses souffrances et aussi de partager ses joies.

C’est entrer dans le cœur de l’autre pour comprendre sa mentalité, sa culture, ses traditions et en quelque sorte les faire nôtres. C’est aussi bien comprendre ce dont il a besoin et savoir reconnaître les valeurs que Dieu a semées dans le cœur de tout être humain. En un mot, c’est vivre pour celui qui est à nos côtés.

Avoir du cœur, (être miséricordieux) c’est accueillir l’autre tel qu’il est et non comme nous aimerions qu’il soit, sans vouloir qu’il change de caractère, ni qu’il partage nos idées politiques ou nos convictions religieuses. Sans chercher à lui enlever tels défauts ou telles manières de faire qui nous heurtent. Non, il nous faut dilater notre cœur et le rendre capable d’accueillir chacun dans sa diversité, ses limites et ses misères.

Pardonner, c’est voir l’autre avec un regard toujours neuf. Même là où l’ambiance est bonne et sereine, en famille, à l’école, au travail, il ne manque jamais de moments de désaccords, d’affrontements. Cela peut aller jusqu’à ne plus se parler, éviter de se rencontrer, voire même à laisser grandir en nous des sentiments de haine envers ceux qui ne partagent pas nos idées. Il faut un dur effort, un effort exigeant, pour regarder chaque jour nos frères et nos sœurs comme s’ils étaient nouveaux, complètement nouveaux, sans nous souvenir des offenses reçues, en couvrant tout avec amour et par une amnistie complète, à l’image de Dieu qui pardonne et oublie.

La paix véritable et l’unité s’obtiennent quand bonté, miséricorde et pardon sont vécus,  non seulement individuellement, mais ensemble, dans la réciprocité.

Pensons au feu dans la cheminée : il faut de temps en temps remuer la braise pour que les cendres ne l’étouffent pas. Il en est de même pour nous. Raviver de temps en temps sérieusement notre amour réciproque protège nos relations de la cendre de l’indifférence, de l’apathie et de l’égoïsme.

« Soyez bons les uns pour les autres, ayez du cœur ; pardonnez-vous mutuellement, comme Dieu vous a pardonné en Christ »

Cette attitude intérieure demande à être traduite en faits, en actes concrets.

Jésus lui-même a montré ce qu’est l’amour quand il a guéri les malades, nourri les foules, ressuscité les morts, lavé les pieds des disciples. Des faits, des actes : voilà ce qu’est l’amour.

Je me souviens de l’histoire d’une mère de famille africaine dont la fille, Rosangela, avait perdu un œil, victime de l’agression d’un petit garçon qui l’avait blessée avec une canne et continuait à l’importuner. Les parents du garçon ne s’étaient même pas excusés. Ce silence, ce manque de rapports avec cette famille la peinaient. Rosangela, qui avait pardonné, consolait sa mère : « J’ai de la chance, disait-elle, je peux voir de l’autre œil ! »

« Un matin, raconte la maman de Rosangela, quelqu’un vient me chercher de la part de la mère de ce petit garçon qui ne se sent pas bien. Ma première réaction est indignée : “Après ce que son fils nous a fait, c’est justement moi qu’elle envoie chercher, alors qu’elle a des tas d’autres voisins !” Mais bien vite il me revient à l’esprit que l’amour n’a pas de bornes. J’accours chez elle. Elle m’ouvre la porte et s’évanouit dans mes bras. Je l’accompagne à l’hôpital et je reste auprès d’elle jusqu’à ce qu’elle soit prise en charge par les médecins. Une semaine plus tard, à sa sortie d’hôpital, elle vient chez moi me remercier. Je l’accueille de tout mon cœur. J’ai réussi à lui pardonner. Désormais, un beau rapport s’est établi entre nous sur des bases toutes nouvelles ».

Nous pouvons, nous aussi, remplir notre journée de services concrets, humbles et ingénieux, expression de notre amour. Nous verrons grandir autour de nous la fraternité et la paix.

Chiara Lubich

* Parole de Vie publiée en 2006

17 Comments

  • Este mes no a sido fácil aplicar esta palabra. Más cuando quien hiere tu corazón es alguien muy cercano. Solo el Amor me ayudo a psar el umbral y creer en la fuerza de Dios depositandome en él y perdonar.

  • È vero che quando benevolenza,misericordia e perdono vengono vissuti si raggiunge una vera pace ma a volte è difficile perché non si riesce a dimenticare!Dobbiamo impegnarci di più! Amare di più!

  • CIAO!Sono una gen3 e vorrei stampare la parola di vita Gen3 Junior ma il computer mi dice che attualmente non è disponibile. Aspetto ma intanto cerco di viverla già da subito.
    Approfitto di quest’occasione per dire che trovo molto carino il libretto TEENS! Crazie! Credo che in questo giornalino i miei compagni possano trovare delle risposte e dei ragazzi in gamba da poter imitare!!!
    Grazie ancora e buona giornata.
    Elisa Bianchi

  • I’ve just started with focolare.org at the suggestion of a friend. I feel a bit excited about the future of my journey with focolare.

    Forgiveness; I never really knew the meaning of forgiveness until our son, Joe was killed in Iraq seven years ago leaving a wife and three little children. I started with confusion, then to hate and eventually forgave whoever blew up our son. My hate wore heavily on my life and spirit until one day I said to myself I forgive whoever was involved.

  • Mi colpisce il fatto che Gesù è la Vita e la Vita è gioia, è amore, è relazione, è vivere come in cielo, così in terra. Questo chiedo a Dio, di essere capace di amare così per portare l’amore nel mondo.

  • Sembra scritta per me, oggi come ieri. Semplice, diretta, propone un vero progetto sociale, relazioni « sconvolgenti » che sono l’anima di una convivenza pacificata, solidale e fraterna.

  • It’s amazing how Roseangela who lost the eye was able to forgive easily her enemy and witness to her mom forgiveness which helped her do an act of love for her enemy. Love and forgiveness contaminates and heals.
    Marga(Texas)

  • It’s a gospel truth that it hurts to forgive but experience has shown me that it hurts more when we refuse to forgive the others. We die a bit anytime we see someone we have not forgiven.
    So, forgiving could pain at the spot but it cures a lot of our internal wounds.
    Alison (Nigeria)

  • salut à tous et toute, cette parole de vie me donne l’idée de quelque chose; en ce qui concerne le pardon, nous devons pardonné nos ennemies et prié beaucoup pour eux car ils sont l’instruments de Diable et ayez du bon coeur avec tout le monde et surtout nous le congolais et congolaise de la Rdc n’est pas le règlement de compte pour nos voisins le rwanda et l’ouganda aimons l’eux comme le Christ nous à aimer. Bonne méditation à tous et toute

  • Gostei muito ha muito tempo não lia a palavra de vida, Participava do movimento focolares mais ultimamente não participo de nada. gostaria de receber mensalmente.

    • Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *