Instruments de Son amour

Nouvelle musique entre nous

« Lorsque j’ai connu l’Évangile, j’ai compris que je devais aimer. Par qui commencer? Par ma professeure de musique, que je ne supportais pas. En classe, j’avais dit à plusieurs reprises ce que je pensais d’elle et, pour cette raison, elle avait convoqué ma mère plusieurs fois et s’était plainte de moi. Un jour, après le cours, j’ai demandé à lui parler. Croyant que je voulais contester la note qu’elle m’avait donnée, elle ne voulait pas me recevoir. Je lui ai répondu que je souhaitais seulement lui demander pardon et que j’avais compris que, dans la vie, nous pouvons essayer d’aimer tout le monde. Même si au début elle m’a mal comprise, j’ai continué à lui parler de moi, de mon nouveau rapport avec Dieu, même en sachant qu’elle n’est pas croyante. Notre entretien s’est poursuivi et j’étais vraiment heureuse. Depuis, nous avons établi un bon rapport, et je découvre en elle beaucoup de choses positives que je n’imaginais pas auparavant. » (Veronica, République Tchèque)

La beauté d’aller à contre-courant

« Je travaille dans un salon de beauté, avec d’autres coiffeuses et esthéticiennes. Le salon est toujours plein de clientes. Il y a beaucoup de bavardages, parfois il arrive même d’entendre des plaintes ou des disputes. J’essaye de vivre ici aussi ce que j’ai appris de l’Évangile. J’aide une collègue qui fait seule un travail difficile, je tends le sèche-cheveux à une autre. Lorsqu’il fait trop chaud, je prépare quelque chose à boire pour tout le personnel. Il arrive parfois que des femmes riches entrent, accompagnées d’une domestique, et la laissent dehors, malgré la chaleur. Alors je les fais entrer au frais et leur offre à boire. Quelques fois, certaines me regardent avec curiosité, dans le salon il n’est pas habituel de faire cela. Mais l’Évangile me donne le courage d’aller à contre-courant. Et puis je vois que personne ne m’a fait de remarques. L’amour silencieux ne dérange pas. » (Razia, Pakistan)

Social Ice Cream

« Une glace pour se connaître: l’année dernière, la formule avait plu! Les habitants de notre rue s’étaient réunis autour d’une glace. Cette année, nous avons dit: pourquoi ne pas élargir l’initiative à toutes les familles du quartier? Des familles provenant de différents pays y vivent. Nous sommes tous très occupés et toujours pressés. Pourtant, il suffit de peu pour se connaître, échanger quelques mots, instaurer de nouveaux rapports de voisinage.

Alors que nous invitions personnellement chaque famille en faisant du porte à porte, on ressentait la curiosité et l’envie de se connaître. Plus de soixante personnes de tous âges sont venues à la soirée, qui s’est tenue dehors dans notre rue. En plus de la glace, chacun a voulu apporter quelque chose à partager, dans un climat d’amitié, souligné par une musique de fond, un choix de mélodies des différentes ethnies des participants.

Depuis lors, dans la rue ou dans les magasins, nous nous saluons chaleureusement et avec complicité. Nous avons quelque chose en commun. Nous nous connaissons mieux, nous partageons les nouvelles, bonnes ou mauvaises. Un de nos voisins, lorsqu’il a appris que quelques familles avaient besoin de meubles, a offert sa salle à manger, encore en excellent état. Il a suffi d’une glace pour créer une petite communauté. » (Vince et Maria, Canada)

De “Una Buona Notizia,”, Città Nuova Editrice, Roma 2012,

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *