La Fazenda da Esperança et le « charisme » de l’unité

Maria Voce et Nelson Giovannelli

« Fazenda da Esperança » : une histoire longue de 30 ans, depuis qu’un jeune, Nelson Giovannelli, mû par les paroles de l’apôtre Paul « Je me suis fait faible avec les faibles… » a approché un groupe de jeunes drogués de son quartier, avec le désir de faire quelque chose pour eux. Le Père Hans Stapel (Frei Hans) l’a assisté dès les premiers pas dans son action et lui a donné le courage nécessaire par son propre témoignage. Aujourd’hui, les « Fazendas » se sont multipliées dans plusieurs pays et assurent une importante action de récupération de la rue et de renaissance à partir de l’enseignement de l’Evangile, à un tel point qu’un évêque brésilien les a définies « un sanctuaire de la Nouvelle évangélisation ! ».

Le 15 avril, à l’occasion du voyage de Maria Voce et Giancarlo Faletti au Brésil, un moment de profond partage s’est vécu entre les jeunes de la Fazenda (en plus des 600 jeunes présents, également d’autres reliés par internet des 70 Fazendas dans le monde) et les représentants des Focolari. Frei Hans a lui-même introduit la rencontre en confiant sa récente hospitalisation comme une « expérience de Dieu ». Ensuite, musique puis quelques passages de l’histoire des débuts de la Fazenda, des expériences et un dialogue soutenu. Emotion due aux témoignages poignants de ceux qui sont passés par l’enfer de la drogue. Il y a aussi ceux qui, comme Mario, sont arrivés à la donation à Dieu et à la fondation de nouvelles communautés dans d’autres pays d’Amérique Latine.

Par le dialogue avec Maria Voce et Giancarlo Faletti, les jeunes ont découvert la spiritualité qui est à la source de leur expérience de récupération, le charisme de l’unité, qui anime la vie même de leurs fondateurs. C’est un dialogue à travers lequel les jeunes confient leurs questions les plus profondes : à propos des cicatrices que laisse l’expérience passée, à propos de la sexualité et de la chasteté et aussi sur la signification du charisme- entendu comme don à travers une ou plusieurs personnes, pour toute l’humanité- de la Fazenda en lien avec l’expérience de Chiara Lubich.

C’est ici qu’émerge la nouveauté  de ce qui a caractérisé la rencontre : « Un charisme, fruit du charisme de l’unité – affirme Giancarlo Faletti- montre la dynamique de la vie de Dieu en acte, sa présence dans l’histoire de l’humanité. En venant ici aujourd’hui, nous sommes en train de faire avec vous une grande expérience de la « productivité » de Dieu ! ». Et Maria Voce d’ajouter : « En pensant au charisme de l’unité- également après avoir rencontré ici au Brésil d’autres charismes qui en sont le fruit- je le voyais comme la racine d’un arbre ayant plusieurs branches et chaque branche ayant beaucoup de fruits, chaque fruit m’apparaissant comme un agrandissement d’un aspect  particulier ».

« Si je pense à la Fazenda, continue-t-elle, je pense au problème de la dépendance de la drogue et je dis : c’est Jésus qui a assumé le drame de la drogue, qui crie l’Abandon (du Père). Cette œuvre a fait sien seulement cet aspect particulier, mais c’est une grande particularité, et elle l’a fait devenir une œuvre merveilleuse. Une autre œuvre assume l’aspect du manque d’instruction des enfants- l’ignorance est aussi assumée par Jésus dans l’Abandon- et du charisme de l’unité naît une œuvre qui pratique une nouvelle pédagogie. Même si la racine est cachée et que l’on ne voit que les branches et les fruits, la racine s’en réjouit. Et les fruits sont reconnaissants vis-à-vis de la racine ». Frei Hans l’évoque en souhaitant une collaboration réciproque plus intense et exprime l’exigence que les formateurs soient alimentés, comme c’est déjà le cas dans quelques Fazendas, par la spiritualité de l’unité.

« Il me semble, conclut Maria Voce, que tous les charismes que nous sommes en train de connaître ainsi que beaucoup d’autres que nous ne connaissons pas et qui naîtront, se retrouvent dans le charisme de l’unité, étant liés par l’amour réciproque qui fait voir comme l’aspect particulier de l’un et de l’autre est grand et ensemble, qu’ils contribuent à accomplir la prière de Jésus » que tous soient un ». Je vous dis donc : « Viva la Fazenda da Esperança ! ».

Suivez le voyage sur le Notiziario Mariapoli  Espace réservé

Website: www.focolares.org.br/sitenacional

 

 

 

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *