20140618-02Un autre pas en avant pour Slot Mob (nom qui évoque la flashmob et les machines à sous, slot en anglais), campagne contre les jeux de hasard soutenue par de nombreuses associations et médias, aussi grâce aux jeunes: elle est arrivée à Catane (Italie), où la commune se mobilise contre les machines à sous, approuvant un amendement à l’interne de la délibération sur l’impôt unique communal sur les ordures, qui réduit de 50% la taxe sur les ordures pour les commerçants qui enlèvent les machines à sous de leur établissement. Il s’agit d’une réduction pendant deux ans, avec l’engagement de ne pas installer d’autre machine de jeux de hasard pendant 10 ans.

La manifestation pour promouvoir les établissements publics qui n’ont pas de machines à sous et de poker vidéo est arrivée à Catane le 22 février dernier. À cette occasion, les Juniors pour un Monde Uni, dans leur revue Grafoteens – bulletin d’information des Juniors de Sicile, Calabre et Malte – s’étaient interrogés sur « une étique qui manque au monde des jeux de hasard en général, qui touche toujours plus les classes pauvres de la ville » – mineurs compris, malgré les interdictions – et, au contraire, sur « une étique qui émerge forte dans l’utilisation des biens confisqués à la mafia, et que la ‘ndrangheta continue à attaquer en Calabre ». De là, on comprend le sens du chapeau de l’article, « Mais de quel côté est l’État? » Une demande précise donc aux institutions de prendre une décision, pour soutenir cette étique qui, malgré tout, est vivante. Et la réponse est arrivée en juin, avec la délibération de la commune.

Compréhensible est la « grande satisfaction » non seulement du comité « Mettiamoci in gioco » (Mettons-nous en jeu) qui avait promu Slot Mob, mais aussi les Juniors pour un Monde Uni mêmes, qui s’étaient à leur tour engagés à poursuivre le mouvement. « C’est un signe d’indifférence des logiques de clientèle et des lobbys très forts des gérants des machines à sous – écrit Giancarlo Morello dans l’éditorial du numéro de juin de Grafoteens. Enfin, nous apprécions l’engagement et le maintien de la promesse que quelques conseillers communaux avaient faite durant la réalisation du Slot Mob, qui se sont engagés dans la logique de récompenser qui enlèverait ces machines. Un premier signe pour réaliser l’objectif du comité « Mettiamoci in Gioco » et aussi celui de Grafoteens, d’une « Ville sans machines à sous ». La ville de Catane travaille, en outre, sur un règlement communal pour empêcher la propagation des jeux de hasard pathologiques.

Comme Catane, les communes sont nombreuses où la lutte contre le jeu de hasard, avec la mobilisation civile, a pris des formes différentes à travers la campagne Slot Mob. L’initiative est soutenue, entre autres, par la revue Città Nuova et par Économie de Communion.

Pour en savoir plus ou pour organiser un Slot Mob dans ta ville:

http://www.nexteconomia.org/le-attivita/slot-mob

http://www.edc-online.org/it/home-it/slotmob.html

1 Comment

  • as a student this campaign slot mob gambling is also helpful to our society especially in our young people so that they will not lead astray.. and also by conducting this organization their are unity for the teen who are willing to join the campaign…to avoid misleading action.
    🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.