Evangile vécu, se mettre au service.

imagesJeu de hasard
« Chaque fois que mon mari allait aux jeux de hasard, c’était toujours une occasion de dispute à la maison. Grâce aux relations construites au centre social, où je m’arrêtais de temps en temps pour faire du ménage, je rentrais chez moi avec une force nouvelle pour affronter les problèmes. Un jour, dans un petit groupe, on lisait l’Evangile et on parlait de l’amour des ennemis. En pensant à mon mari avec lequel je me disputais toujours, j’ai essayé d’être plus attentive à lui. Au cours des mois qui suivirent quelque chose a changé aussi chez lui. Un jour il s’est trouvé impliqué dans une  histoire à cause du jeu. Il allait tuer son adversaire quand le changement qui s’opérait timidement en lui l’en a empêché. Pour mettre fin à sa double vie, il s’est arrêté définitivement de jouer » A.R. Philippines

En attendant la retraite
« 
En attendant de recevoir ma lettre de mise à la retraite, je transmets petit à petit les  consignes à mes collègues. J’ai presque fini, mais la lettre n’arrive pas et aucune tâche particulière ne m’est confiée. Que faire ? Presque chaque jour je dois  m’inventer un nouveau travail : il s’agit tantôt de vieux papiers que je n’avais jamais eu le temps d’examiner à fond, tantôt de dossiers en attente nécessitant la consultation de personnes travaillant dans divers services… et puis il y a ma collègue remplaçante qui a dû rester chez elle à cause de ses enfants malades : à son retour je lui propose mes services pour régler les affaires restées  en suspens. Tout compte fait le travail ne me manque pas et ce temps d’attente n’est pas un temps mort, au contraire, chaque instant ainsi vécu est précieux. Me revient à l’esprit l’époque où, peu de temps après avoir commencé à travailler, je découvrais que les phrases de l’Evangile pouvaient être non seulement lues et étudiées, mais vécues, ce qui donnait du sens à chaque geste. Je sens que cette même passion peut m’accompagner en ce moment » E.P. – Italie

Gratuité
« Chez nous l’argent est en train de prendre la première place dans les familles, détruisant ainsi le sens des valeurs. Mais chez ceux qui croient en l’Evangile et s’efforcent de le vivre, naissent des initiatives auxquelles on n’aurait jamais pensé. Par exemple quand on a demandé à notre groupe de familles un service bénévole pour aider à la création d’un centre de rééducation pour handicapés physiques, la proposition a été accueillie par tous avec enthousiasme. Nous avons commencé par déraciner les plantes et couper l’herbe pour préparer le terrain. Les gens des alentours ont été surpris de nous voir travailler avec entrain, et de plus gratuitement, précisément parce que dans notre milieu le sens de la gratuité a presque disparu du fait qu’on est toujours habitués à recevoir » A.C. – Rép. Démocratique du Congo.

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *