7 décembre : un “Oui” depuis 1943 jusqu’aujourd’hui

Elle t’a demandé (la question est posée en espagnol): «« Peux-tu me raconter ce que tu as compris dans ton cœur quand tu es allée chercher le »

«Ciao, Chiara ! Je m’appelle Daniele et je viens de Turin. « Que t’a dit Jésus quand tu es allée acheter le lait pour ta maman ? »Cette question t’est posée par Pedro du Brésil».

Chiara : Oui. Ils me demandent donc de raconter ce qui s’est passé quand je suis allée chercher le lait. Cela s’est passé ainsi. Nous étions à la maison, avec mes deux petites sœurs et ma maman. C’était l’hiver et il faisait froid.

Alors, maman a dit à mes petites sœurs parce que je devais étudier : « Allez chercher le lait ». Une de mes sœurs a répondu : « Non » car elle était fatiguée et l’autre a dit : « Non » car elle était fatiguée elle aussi.

Alors, même si je devais étudier, j’ai eu envie de faire un acte d’amour et j’ai dit : « Maman, je vais chercher la bouteille de lait ». J’y suis donc allée.

Quand j’étais à mi-chemin, justement près d’un endroit qui s’appelle « la Vierge Blanche » – c’est écrit ici mais je ne sais pas si vous le voyez tous -, j’ai entendu dans mon cœur – pas avec mes oreilles mais dans mon cœur – comme si Jésus me disait : « Donne-toi toute à moi ; sois toute à moi ; donne-toi toute à moi ». Je lui ai répondu : « Oui ». Et j’ai éprouvé une très, très grande joie.

Puis, j’ai compris que lorsque nous faisons des actes d’amour, de belles choses se produisent. Parce que j’ai fait un acte d’amour en allant chercher une bouteille de lait, Jésus m’a appelée. Il m’a appelée à le suivre pour toujours. C’est l’autre réponse.

«Ciao Chiara ! Je m’appelle Stefano. « Comment t’es-tu donnée à Dieu ? » Cette question t’est posée par Mario de la Colombie».

«Chiara: Oui. « Quand tu as épousé Jésus, qu’as-tu éprouvé dans ton cœur ? » C’est Mariela du Paraguay qui te pose cette question »»

Chiara : Je dois donc vous expliquer ce qui s’est passé quand je me suis donnée à Dieu et quand je l’ai épousé. Cela s’est passé ainsi. Ce matin-là aussi, il faisait froid et une tempête que vous ne pouvez imaginer faisait rage ! J’avais ouvert mon parapluie mais je devais marcher contre le vent, contre la tempête, contre tout.

Il semblait que le diable ne voulait pas que je me consacre à Dieu parce qu’il savait que tout ce Mouvement naîtrait. J’avais donc l’impression qu’il m’empêchait de faire l’acte que je voulais faire. Mais j’ai continué à avancer avec courage.

Quand je suis arrivée ensuite à la porte de l’église où je devais me donner toute à Dieu durant la messe, celle-ci s’est ouverte toute grande et j’ai eu comme l’impression que Dieu m’embrassait, que le Seigneur m’ouvrait son cœur pour que j’entre.

Au pied de l’autel, un prie-Dieu avait été préparé pour moi. Je m’y suis agenouillée, j’ai assisté à la messe et, au moment de la communion, j’ai dit à Jésus : « Je suis toute à toi ».

Qu’est-ce que j’ai éprouvé à ce moment-là ? Un très grand bonheur car j’étais consciente que j’avais épousé Dieu et je pensais : « Si j’ai épousé Dieu, que se passera-t-il ? Dieu est tout-puissant, Dieu est grand, Dieu est infini. Que se passera-t-il ? ». Je ne savais pas qu’un Mouvement naîtrait dans le monde entier. Mais Dieu me faisait déjà comprendre que quelque chose de grand se produirait.

Puis, je suis rentrée à la maison. Ma mère ne savait rien, ni mon père ni mes sœurs ni mon frère. En chemin, j’ai rencontré sur une place une personne qui vendait des fleurs. J’avais très peu d’argent, presque rien : quelques pièces de monnaie.

Alors je les ai prses, j’ai acheté trois œillets rouges et de retour à la maison je les ai mis devant le crucifix. Rien de plus. C’est à ce moment-là qu’a commencé le Mouvement car après moi sont venues beaucoup, beaucoup de personnes et vous êtes venus vous aussi.

Chiara Lubich

Texte

Vidéo en italien et en anglais

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *