Février 2015


Avant de se rendre à Rome – et de là continuer pour l’Espagne – l’apôtre Paul annonce sa visite par une lettre aux communautés chrétiennes de la ville. Bientôt, celles-ci témoigneront par de nombreux martyrs leur profonde adhésion à l’Évangile. Elles connaissent cependant, comme ailleurs, tensions, incompréhensions et même rivalités, provenant d’origines sociales, culturelles et religieuses des plus variées.

Les chrétiens de Rome viennent, en effet, du judaïsme ou du monde grec, de l’antique religion romaine et parfois même du stoïcisme ou d’autres courants philosophiques. Ils portent en eux leurs propres traditions de pensée et de convictions éthiques. Certains sont définis « faibles » en raison de leurs coutumes alimentaires particulières : nourriture végétarienne par exemple ou jours de jeûne prévus sur un calendrier. D’autres, libres de ces conditionnements, sont dits « forts » car exempts de tabous alimentaires ou de rites particuliers. À tous, Paul adresse un appel pressant :

« Accueillez-vous donc les uns les autres, comme le Christ vous a accueillis pour la gloire de Dieu ».

Au début de cette lettre, Paul avait abordé le sujet en s’adressant d’abord aux « forts », les invitant à accueillir les « faibles » sans discuter leurs opinions ; puis aux « faibles » pour qu’ils accueillent à leur tour les « forts » sans les juger, puisqu’eux aussi ont été « accueillis » par Dieu.

Paul est en effet convaincu que chacun, malgré la diversité des opinions et des coutumes, agit par amour du Seigneur. Il n’y a donc aucune raison de mal juger celui qui pense différemment, encore moins de le scandaliser par un comportement arrogant et supérieur. Il faut, au contraire, viser le bien de tous, l’« édification mutuelle », c’est-à-dire la construction de la communauté, son unité (cf. Romains 14,1-23)

Dans ce cas aussi, il s’agit d’appliquer la norme de la vie chrétienne, rappelée au début de la lettre de Paul : « L’amour est (…) le plein accomplissement de la Loi » (Romains 13,10). En ne se comportant plus « selon l’amour » (Romains 14,15), les chrétiens de Rome avaient laissé s’affaiblir l’esprit de fraternité qui doit animer les membres de toute communauté.

L’apôtre propose comme modèle d’accueil réciproque celui de Jésus quand, à sa mort, il prit sur lui nos faiblesses (Romains 15,1-3). Du haut de la croix, il attira tous les hommes à lui, et aussi bien le juif Jean que le centurion romain, Marie-Madeleine ou le malfaiteur crucifié avec lui.

« Accueillez-vous donc les uns les autres, comme le Christ vous a accueillis pour la gloire de Dieu ».

Dans nos communautés chrétiennes aussi, tout en étant tous « bien-aimés de Dieu (…) et saints par l’appel de Dieu » (Romains 1,7), comme dans celles de Rome, les désaccords ne manquent pas, les oppositions entre des façons de voir différentes et des cultures souvent éloignées les unes des autres.

Souvent s’opposent traditionalistes et innovateurs – pour utiliser un langage peut-être un peu simpliste, mais tout de suite compréhensible – des personnes plus ouvertes et d’autres plus fermées, certaines s’intéressant à un christianisme plus social ou plus spirituel. Les différences sont alimentées par des convictions politiques et par des origines sociales différentes. Le phénomène d’immigration actuel ajoute à nos assemblées liturgiques et aux groupes ecclésiaux variés des composantes nouvelles de diversification culturelle et de provenance géographique.

Les mêmes dynamiques peuvent éclater dans les relations entre chrétiens d’Églises diverses mais également en famille, dans les milieux de travail et en politique.

Alors s’insinue la tentation de juger celui qui ne pense pas comme nous et de se considérer supérieurs, dans un affrontement stérile et avec parfois des réactions d’exclusion réciproque.

Le modèle proposé par Paul n’est pas l’uniformité qui nivelle, mais la communion entre diversités qui enrichit. Ce n’est pas par hasard qu’il parle dans la même lettre, deux chapitres avant, de l’unité du corps et de la diversité des membres, ainsi que de la variété des charismes qui enrichissent et animent la communauté (Romains 12,3-13).

Si nous prenons une image donnée par le Pape François, « Le modèle n’est pas la sphère, qui n’est pas supérieure aux parties, où chaque point est équidistant du centre et où il n’y a pas de différence entre un point et un autre. Le modèle est le polyèdre, qui reflète la confluence de tous les éléments partiels qui, en lui, conservent leur originalité. (…) Même les personnes qui peuvent être critiquées pour leurs erreurs ont quelque chose à apporter qui ne doit pas être perdu. C’est la conjonction des peuples qui, dans l’ordre universel, conservent leur propre particularité ; c’est la totalité des personnes, dans une société qui cherche un bien commun, qui les incorpore toutes en vérité ».

« Accueillez-vous donc les uns les autres, comme le Christ vous a accueillis pour la gloire de Dieu ».

Cette parole de vie est une invitation pressante à reconnaître le positif qui existe dans l’autre, au moins par le fait que Christ a donné sa vie aussi pour cette personne que l’on serait porté à mal juger. C’est une invitation à écouter en laissant tomber les mécanismes de défense, à rester ouvert au changement, prêt à accueillir les différences avec respect et amour, afin d’arriver à former une communauté à la fois pluraliste et unie.

Cette parole a été choisie par l’Église protestante d’Allemagne pour être vécue par ses membres et devenir pour eux une lumière tout au long de l’année 2015. La partager au moins durant ce mois-ci entre membres de différentes Églises veut être déjà un signe d’accueil réciproque.

Nous pourrons ainsi rendre gloire à Dieu d’un même cœur et d’une seule voix (Romains 15,6) car, ainsi que l’a dit Chiara Lubich dans la cathédrale protestante de St Pierre à Genève : « Le temps présent (…) exige de chacun de nous amour, unité, communion, solidarité. Il appelle aussi les Églises à recomposer l’unité brisée depuis des siècles. C’est cela la réforme par excellence que le Ciel nous demande. C’est le premier pas, indispensable, vers la fraternité universelle avec tous les hommes et les femmes du monde. En effet, le monde croira si nous sommes unis » .

Fabio Ciardi

15 Comments

  • Grazie . Un appunto riguardo all’alusione ai « vegetariani »: forse questo termine non è paragonabile a situazione alcuna esistente all’epoca di Paolo, poiché allora le ragioni per mangare oppure no certi cibi non si assimilavano a quelle che motivano oggi ai cosidetti « vegetariani ». E meno per annoverarli come esempio dei « deboli » . Nella lettera si punta poi su ragioni piuttosto religiose che fanno posto a giudizi, e non « alimentarie » al modo che oggi s’intende nell’ambito della salute.

  • Eu moro em Palmas (capital do Tocantins). Nos dias de carvanal deste ano, pude vivenciar esta P.V. Aqui aconteceu algo inédito . Na avenida principal , onde sempre era feito os desfiles dos carnavais houve um mega evento . A Av. foi fechada, tinham dois grandes palcos onde foram realizados vários shows musicais: católicos, evangélicos, cantores gospel . Cerca de 40 mil pessoas no último dia. Católicos e Evangélicos juntos cantando e louvando a Deus. Era um grande sinal de Unidade .

  • Essa palavra de vida nos enche de motivação para lutarmos contra corrente ajudando não apenas a acolher o próximo dando lhe uma nova chance mas a si mesmo, pois muitas vezes nos deparamos com nossos próprios erros e não temos uma certa facilidade de motivar a sair do erro. Falta garra, falta tudo. Essa palavra nos motiva, nos convoca, e nos fortalece ajudando nos a perdoar a si mesmo e em um todo geral fortalecendo a unidade  » a força que mudará o rumo dos séculos » .

  • Hoy, recibimos un correo en el cuál nos comunicaban cómo habían llegado Claribel y Cecilio a Bolivia y supimos como viven. Cuándo acogemos, somos acogidos….. y juntos caminamos. Supe que necesito convertirme cada día, en la medida de la necesidad de mis hermanos ….. y se amplia el corazón . Ellos son un don con su pobreza, que permiten no me entrampe en necesidades que son solos ilusiones y asumir la responsabilidad de las necesarias , para dar los recursos que les pertenecen .

  • Palavras que faz florescer dentro de nós a importância e a urgência de uma união sincera em primeiro lugar em nossas famílias depois nas comunidades. » por isso, acolhei uns aos outros. »Sabias palavras.

  • Thank you F. Fabio for this Word of Life! It’s easy to follow and to understand. I like also the explanation of the historical part and the context around it. Your stile is definitely different from Chiara’s but it doesn’t disturb me. It’s equally possible to « live it ». I’m sharing it each month with my colleagues at work. The January-word was rather hard to understand, especially the part about the Prayer Week for Christian Unity, but this one is more closer to them. Thank you once again!

  • Gostei muito do comentário detalhado sobre a comunidade de Roma à qual a carta de Paulo se dirigia. É bom conhecer as dificuldades que já naquela altura eram muito reais e peculiares porque estamos habituados a espiritualizar e idealizar aquelas primeiras comunidades como absolutamente perfeitas e assim é como desfolhar um album de fotrografias dos nossos antepassados, da nossa família , que ajuda a conhecer e aumentar o amor por esta grande família que construimos, que é a Igreja

  • Condivido l’impressione di Nieves e Fernando. La Parola di Vita nuova di Fabio Ciardi ha un taglio un po’ troppo esegetico e teologico. Capisco che non si possa essere all’altezza di Chiara ma lei era più semplice, più vicino alla vita quotidiana. Era più facile trovare il modo di viverla.
    Grazie comunque del tentativo. Se non va anche io direi di tornare a Chiara, magari con dei pensieri suoi che si legano ad una certa frase del Vangelo . Ce ne sono talmente tanti di scritti .

  • Il commento è bello, ma come Fernando, credo che non tanto « per tutti « come quelli di Chiara. Questo commento suona europeo: ci sono paesi dove non ci sono tanti « immigranti », ma « emmigranti », ci sono regioni dove la diversità religiosa è assai più difficile da vivere che in Germania… Chiara era universale e laica, e suoi commenti non suonavano mai come predica. Forse sarebbe bello se i commenti fossero scritti grupalmente in unità tra persone diversi…o tornare a rileggere Chiara?

  • As pessoas que recebem, mensalmente,a Palavra de Vida, têm uma diversidade muito grande de formação escolar.
    Quanto ao comentário a esta Palavra de Vida, gostaria de fazer as seguintes observações:
    1 – A sua abordagem está muito teológica, o que dificulta o seu entendimento;
    2 – A linguagem utilizada está, ao meu ver, muito rebuscada, o que também dificulta seu entendimento.
    Informo isto, levando em consideração as comunidades com as quais nos reunimos, onde muitos não sabem ler.

  • Deseo recibir la palabra del mes y la diaria, es para lerla y difundirla en nuestras reuniones, soy papa de un hijo adicto en recuperacion que paso por las Fazendas.Gracias

  • Credo fermamente che, ogni cosa buona che porta beneficio a tutti, si conquisti solo con un continuo allenamento a educare alla carità e la rinuncia a ciò che ci piace per il bene comune. La vera carità è un continuo allenamento del nostro cuore all’amore verso il nostro prossimo, iniziando da chi è più prossimo nella famiglia e sopratutto imparando a perdonare e a scusare gli altri e se stessi. Credo che spesso bisogna rinunciare ai nostri pensieri che ci allontanano dalla carità.

  • La Parola di vita mensile è il respiro della mia vita spirituale e anche umana. Senza di essa la vita su questa terra non avrebbe significato, sarebbe un’assurdità.

    • Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *