Migrants_boat crossing

Photo: Francesco Pecoraro/AP

Le Mouvement politique pour l’unité (MPPU), expression du Mouvement des Focolari dans le domaine politique, fait entendre sa voix au sujet du drame des flux migratoires en direction de l’Europe, voix qui s’ajoute à celles des nombreuses associations et personnes sensibles à ce problème dans le monde entier.

“Le plan lancé par le sommet européen sur l’immigration – écrivent-ils – convoqué en urgence après la énième tragédie survenue dans le Canal de Sicile et son très lourd bilan de vies emportées, élargit l’aire d’intervention de Triton et de Poséidon, de façon à ce que les bateaux, en nombre plus important grâce à un financement triplé, puissent aller à plus de 30 miles au-delà des côtes des pays de l’Union Européenne. Mais cela reste des actions à l’intérieur de Frontex dont la logique est la défense les frontières européenne et non une politique affrontant l’ensemble du phénomène migratoire ».

Le MPPU dénonce une forte contradiction au cœur même de ce plan : « En effet, les Etats de l’Union n’ont absolument pas démontré la même disponibilité pour ce qui est de l’accueil des migrants, comme s’il ne devait plus en arriver. Et pourtant tout le monde sait que la destruction des péniches, si elle réussit (peut-être), en partie, à décourager les trafiquants d’êtres humains, ne permettra certainement pas de sauver toutes les victimes des immigrations illégales, ni à en arrêter les flux ». En effet on vient d’apprendre que récemment, en Macédoine, sur les itinéraires terrestres, un train a heurté et tué 14 migrants qui marchaient le long d’une voie de chemin de fer.

“Une politique sérieuse de l’Union Européenne (mais pas seulement) en matière de migration – continue l’appel – devrait avoir une tout autre perspective et distinguer trois secteurs différents d’initiative et d’action publique et politique. En premier lieu il faut donner un signal fort visant à mettre en œuvre toutes les ressources institutionnelles, infrastructurelles, humaines et financières disponibles dans les Pays d’accueil, afin d’engager une vaste mobilisation qui réponde à l’urgence de la situation, à l’aide de moyens adaptés et de manière concrète, immédiate et efficace. L’accueil temporaire des migrants et des réfugiés doit être également réparti sur le territoire, en tenant compte des structures d’accueil disponibles, de la composition des habitants du lieu, de leurs capacités et de la présence de réseaux locaux en mesure d’intervenir de façon solidaire, organisée et responsable ».

L’appel continue en citant des exemples d’accueil et de solidarité déjà en cours et affirme que « le Mouvement politique pour l’unité soutiendra pleinement, tant sur le plan humain que politique, tous les responsables de l’Administration appelés en ce moment à assumer des choix difficiles, souvent impopulaires (…) Il incombe à chaque administrateur public, tant au niveau local que national et international, de faire comprendre l’urgence des mesures prises pour accueillir ces personnes, mesures adoptées dans le plein respect des droits et des attentes des communautés civiles, sans toutefois se soustraire aux devoirs d’humanité pour répondre aux besoins immédiats et élémentaires d’autres êtres humains ».

« En second lieu – poursuit le texte du MPPU – il faut que l’Union Européenne clarifie l’équivoque fondamentale qui sape les fondements de toute politique sérieuse de gestion des flux migratoires. En effet on ne peut pas invoquer un rôle plus décisif des institutions de Bruxelles sans en même temps doter l’Union Européenne des compétences nécessaires et des ressources humaines et financières correspondantes pour assumer des charges que les Etats membres , y compris ceux de la Méditerranée, n’ont pas voulu partager dans une perspective commune de véritable intégration ».

« En troisième lieu – conclut l’appel – les phénomènes migratoires qui se manifestent en Méditerranée ont des causes géographiques et politiques plus amples liées aussi aux crises gouvernementales en Lybie, en Somalie, dans les grandes régions de l’Afrique subsaharienne. Sans parler du démembrement en cours des contextes régionaux du Moyen-Orient, en particulier de la Syrie et de l’Irak. L’étendue et la complexité des questions politiques, économiques, sociales et culturelles qui caractérisent ces régions exigerait une mobilisation de la communauté internationale, à commencer par les Nations Unies, pour mettre en œuvre un vaste plan d’interventions et de mesures d’urgence, en dépassant les oppositions et les veto qui s’entrecroisent ».

Appel du Mouvement  Politique pour l’Unité (texte intégral en italien)

www.mppu.org

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *