Marie, transparence de Dieu


A.Cerquetti Mater Christi

Ave Cerquetti, ‘Mater Christi’ – Roma, 1971

Entre toutes les paroles
prononcées par le Père
dans Sa Création,
il en fut une, tout à fait singulière.
Celle-ci ne pouvait pas tant être objet de
l’intelligence
que de l’intuition.

Non pas splendeur du soleil divin,
mais ombre suave et douce.
Léger nuage blanc qui, dans sa course,
vient adoucir la lumière du soleil
trop vive pour nos yeux.
C’était dans les plans de la Providence
que le Verbe se fît chair.

Une parole, la Parole,
devait s’écrire ici-bas en chair et en sang,
et cette Parole avait besoin d’une toile de fond.
Les harmonies célestes
désiraient ardemment, par amour pour nous,
transporter leur concert unique
sous nos tentes.

Il leur fallait un silence sur lequel retentir.
Celui qui allait conduire l’humanité,
donner sens aux siècles passés,
éclairer et entraîner à Sa suite les siècles à venir,
devait apparaître sur la scène du monde.
Mais il Lui fallait un écran immaculé
où Il pût resplendir.

Le plus grand des projets que l’Amour-Dieu
pouvait imaginer
devait se tracer en lignes majestueuses et divines.
Toute la palette des vertus
devait se trouver réunie dans un cœur humain
disposé à Le servir.

Cette ombre admirable,
qui porte en elle le soleil,
lui cède la place et en lui se retrouve ;
cette toile immaculée,
cet abîme insondable,
qui contient la Parole, le Christ,
et en Lui se perd,
lumière dans la Lumière ;
ce sublime silence
qui ne se tait plus
puisque chantent en lui
les divines harmonies du Verbe
et qui devient, en Lui,
la note entre toutes les notes,
le « la » du chant éternel s’élevant du Paradis ;
ce décor majestueux et splendide
comme la nature,
où se concentre la beauté répandue à profusion dans l’univers par le
Créateur ;
cet univers réservé au Fils de Dieu,
qui s’oublie lui-même,
n’ayant d’autre part et d’autre intérêt
qu’en Celui qui devait venir et qui est venu,
en Celui qui devait accomplir Son œuvre
et l’a accomplie ;
cet arc-en-ciel de vertus
qui dit « paix » au monde entier,
ayant donné au monde la Paix ;
cette créature, que la Trinité,
dans son mystère insondable,
a inventée
et nous a donnée :
c’est Marie.

On ne saurait parler d’elle :
on la chante.
Difficile de raisonner à son sujet :
on l’aime et on l’invoque.
Elle est objet non de spéculations de l’esprit,
mais de poésie.
Les plus grands génies de l’univers
ont mis leurs pinceaux et leurs plumes
à son service.

Si Jésus incarne le Verbe,
le Logos,
la Lumière,
la Raison,
elle personnifie l’Art,
la Beauté,
l’Amour.

Marie,
chef-d’œuvre du Créateur,
est celle en qui l’Esprit Saint
a donné libre cours à Son génie,
celle en qui il a déversé le flot de Ses inspirations.

Comme elle est belle, Marie !
Jamais on ne pourra assez la chanter.

(In Marie transparence de Dieu, 2003, Nouvelle Cité, Paris, p.11 à 14)

Source: Chiara Lubich Centre

1 Comment

  • For some of us Mary has been more than a blessing. So many times she has intervenes in our situations of our life. She is really a mother. Try Her

    • Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *