Évangile vécu : fragments de fraternité


20160229-01 »Reinhard, un autrichien de 55 ans, nous raconte son expérience :  »Il y a quelques années – pendant une tournée du travail à la poste – je suis frappé de coups de couteau par un jeune souffrant de problèmes psychiques : il me blesse avec 27 coups de couteau. Le jeune a arrêté seulement lorsqu’en le regardant dans les yeux, certain désormais que j’allais mourir, je lui ai dit : »Je te pardonne ». Seulement à ce moment – là, le jeune a laissé tomber le couteau qu’il avait entre les mains. Les psychologues affirment que je n’ai subi aucun traumatisme. Ils ont dû m’opérer, j’ai perdu un poumon et je marche grâce aux béquilles, mais je suis miraculeusement vivant. Beaucoup de gens m’invitent maintenant à raconter ce qui s’est passé et la raison pour laquelle j’ai pardonné : des enseignants, des prêtres, des jeunes, des chrétiens, des musulmans et des athées. J’ai jusqu’à présent rencontré environ 2000 personnes. Et chaque fois, je ne peux pas ne pas parler de l’art d’Aimer, car depuis des années, y compris ce jour fatidique, je lance le dé de l’amour. Beaucoup de jeunes, après les rencontres, me demandent d’approfondir cette manière de vivre. Chaque fois qu’ils m’invitent, c’est une merveilleuse occasion de diffuser l’idéal de la fraternité, la Règle d’or, dans la région du Vorarlberg où je vis. Un jeune athée, m’a dit il y a quelques temps, : »Tu sais, la religion, moi, ça ne m’intéresse pas. Mais ta façon de vivre, elle, m’intéresse énormément ! ». (Feldkirch, Autriche)

Un soir, nous avons entendu Lina au téléphone, une de nos amies qui habite à Damas (Syrie).

Elle nous racontait la difficulté de vivre dans un contexte de guerre : les risques causés par les fréquents tirs de mortier; les difficultés dues au manque de nourriture, d’eau et de vêtements ; le continuel manque de gaz, électricité, chauffage…mais elle ne nous demandait rien. En écoutant ses paroles, nous sentions dans le cœur que ce cri de douleur ne pouvait pas en rester là…même s’ils étaient fort éloignés de nous, nous devions faire quelque chose! Nous avons tout de suite partagé cette idée avec d’autres amis…Très rapidement, on a été surpris par la quantité de contributions apportées….chacun contribuait comme il le pouvait ! Familles, jeunes couples, adolescents, enfants, communautés, paroisses, autres associations…Sans s’en rendre compte, une compétition d’amour avait été engagée. Par exemple, une dame a vendu quelques bijoux en or et a partagé l’équivalent en argent ; un jeune garçon a fêté son anniversaire et à la place des cadeaux, il a demandé une contribution pour ses frères syriens ; une famille a partagé l’épargne d’une vie en disant qu’elle la gardait pour  »une occasion spéciale ! Aider quelqu’un, en voilà une ! »…En somme, en peu de temps, nous avons récolté 20.000€ ! Grâce à ce montant, nous avons pu aider plusieurs familles syriennes en difficulté, en leur apportant de la nourriture, des vêtements, des biens de première nécessité…mais surtout, nous leur avons apporté de la tendresse grande comme le monde, en leur faisant sentir qu’ils n’étaient pas abandonnés à eux-mêmes, mais qu’ils font partie d’une grande famille ! ». (Rossana et Emanuele, Italie)

Source : United World Project

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *