Congo : la famille et la paix


20160403-02« Lorsque la famille souffre c’est la société qui souffre », affirme l’un des participants, touchant le cœur du message du thème choisi « la famille et la Paix. Les instruments pour la paix en famille : 5 secrets ». Dans la République Démocratique du Congo et du Congo Brazzaville, le 13 mars dernier 8 villes ont donné lieu à une participation massive de la population.

1.000 Personnes à Kinshasa, 500 à Goma, 600à Lubumbashi, 1.500 à Kikwit, nous informent les organisateurs. Et encore 110 à Bukavu, 83 à Uvira, sans compter les messes célébrées dans d’autres localités et 14 au Congo Brazzaville. A Lolo 170 adultes avec 40 enfants avaient « fêté » le week end précédent – au Congo comme en d’autres pays d’Afrique la célébration devient fête – ‘Maman Chiara’, comme on appelle affectueusement la fondatrice des Focolari.

Le mouvement des Focolari, en offrant la spiritualité d’unité, a voulu créer une synergie en lançant une initiative d’échanges et de partages avec les structures de l’Eglise locale qui travaillent pour la famille », écrit Martine de Kinshasa. « Des amis de l’Eglise du Christ au Congo et de la communauté musulmane y ont aussi participé. L’initiative a suscité enthousiasme et joie et nous nous sommes rencontrés plusieurs fois pour la préparer ensemble : certains avec des témoignages de vie, d’autres avec des chants, des danses… chaque groupe a voulu apporter sa propre pierre pour construire la journée. »

Accueil 3Même les médias ont parlé de l’événement, qui a été diffusé à la télévision et dans les journaux : L’Observateur, Le Phare, Le Potentiel, Le Congolais, pour n’en citer que quelques-uns. « A Kikwit même la radio musulmane n’a pas voulu manquer le rendez-vous ! », écrivent-ils.

Les « 5 secrets » ne sont autres que quelques-uns des aspects du charisme de l’unité appliqués à la vie familiale : le « Pacte de miséricorde », c’est-à-dire le pardon entre les conjoints et les enfants ; la communion des expériences de la Parole de Dieu vécue ; et en complément, le partage spirituel et la correction fraternelle. Enfin, la communion avec des personnes préparées qui peuvent aider dans le parcours de la vie familiale, au cas où elle serait en difficulté. « Ces « secrets » – disent-ils – à peine ont-ils été révélés, ont immédiatement aidé diverses familles à retrouver la paix et l’harmonie en leur sein ».

Dans son discours de remerciement, Abdourahamane Diallo, représentant de l’UNESCO en R.D. Congo, présent à Kinshasa, a dit : « Je voudrais féliciter les organisateurs pour cette journée en faveur de la paix en famille. Nous aussi à l’UNESCO pensons que la paix doit être davantage défendue à travers l’éducation, le dialogue, la tolérance et la culture. Je rends hommage à la famille parce que c’est là que commence l’éducation. Je vous remercie pour ce travail ».

20160403-04jpg« Durant cette rencontre j’ai découvert une réalité de Dieu que nous sommes appelés à vivre ensemble, et faisons le maximum pour que cela continue », a déclaré l’Imam de Kikwit. « Nous n’avons tous qu’un seul Dieu, Celui qui a envoyé l’ange à Marie pour lui annoncer la bonne nouvelle ». Et le responsable de la communauté Vie Nouvelle : « Je suis heureux de découvrir les 5 secrets pour construire la paix en famille. Ce soir j’ai appelé mon fils, qui a des problèmes en famille, afin de partager ces points avec lui. J’ai besoin de ce thème ! ».

“Cette expérience vécue avec l’Eglise locale – conclut Martine – et avec nos amis protestants et musulmans, avec lesquels nous continuons à tisser des relations, représente un pas en avant vers le rêve d’unité de notre « Maman Chiara » ’’.

 

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *