Migrants : un accueil relayé par une action en réseau


20160712ArrivoMigranti“Une vague d’espoir et de rêve entoure l’idée de ce projet », raconte Flavia Cerino, avocate, coordinatrice des activités en Sicile. Plongée dans la réalité complexe des flux migratoires, elle a affronté un des problèmes les plus urgents : celui des étrangers mineurs non accompagnés (MSNA) qui débarquent sur les côtes italiennes, épuisés par de longs voyages mais encore pleins d’espoir pour leur avenir.

Parmi les migrants qui rejoignent l’Europe, les mineurs non accompagnés sont assurément ceux qui ont le plus besoin d’être soutenus. Au cours des 5 premiers mois de l’année 2016 l’UNICEF enregistre 7000 nouveaux arrivés, soit le double du chiffre de l’an dernier sur la même période. Pour pouvoir rester légalement en Italie, ajoute Flavia, ces jeunes gens doivent s’insérer le plus rapidement possible dans le monde du travail. S’ils n’y parviennent pas et ne régularisent pas leurs papiers, une fois majeurs, ils deviennent des clandestins aux yeux de la loi, et courent concrètement le risque d’entrer dans des circuits peu recommandables ».

Logo-Fare-Sistema“Ensemble nous avons conduit une longue réflexion sur leur situation et sur les actions possibles, ajoute Francesco Tortorella de AMU – Azione per un Mondo Unito , un des promoteurs du projet. Nous avons aussi échangé avec des professionnels qui connaissent le problème dans les moindres détails. La Cooperativa Fo.Co., qui soutient ce projet, travaille depuis des années avec de jeunes migrants et les accompagne dans leurs parcours de vie. Par ailleurs, dès le début, la contribution de AFN – Azione per Famiglie Nuove    a été fondamentale : ces jeunes ont avant tout besoin d’une famille, au sens le plus large et le plus profond du terme ».

La première phase du projet Fare Sistema oltre l’Accoglienza  (un accueil relayé par une action en réseau) a débuté officiellement le 6 juin dernier, à Catane et à Raguse, avec la mise en route de la formation professionnelle. 43 jeunes ont été sélectionnés, dont 11 italiens qui, se trouvant diversement confrontés à la précarité sociale, vivent dans des structures d’accueil. La présence de jeunes italiens est aussi un point fort du projet dont l’objectif est de s’occuper de jeunes en situation de vulnérabilité, indépendamment de leur nationalité.

La formation, y compris les premiers stages en entreprise, durera jusqu’au mois d’octobre ; la seconde phase du projet, peut-être la plus innovante, prévoit de mobiliser dans toutes les régions d’Italie soit des entreprises susceptibles de proposer à ces jeunes une expérience de travail, soit des familles auprès desquelles ils pourront trouver un noyau de relations stables indispensable pour leur intégration sociale. Des connexions territoriales se sont mises en place dans toute l’Italie : un véritable réseau interactif de capable de garantir l’action conjuguée de familles et d’entreprises pour la formation humaine et professionnelle de ces jeunes.

Les entreprises qui adhèrent à l’Economia di Comunione et l’AIPEC  auront un rôle important : c’est à partir de ces réseaux que l’on envisage de pouvoir offrir l’occasion d’une insertion dans le monde du travail aux jeunes qui participent au projet.

20160712AccoglienzaFamigliePar ailleurs, de son côté, AFN onlus a depuis plusieurs mois sensibilisé son réseau de familles à l’accueil de ces jeunes : une expérience déjà testée au cours des dernières périodes de vacances. « Fin 2015, écrit Paola Iacovone, 7 garçons qui vivent en communauté ont pu faire une expérience en famille qui a été très positive pour tous, y compris pour ceux qui les accueillaient. Ils venaient d’Egypte, du Mali et du Sénégal, des chrétiens coptes orthodoxes et des musulmans, et ont été accueillis par des familles de Rome, Lanciano, Ancone et Cosenza ».

Bref, cette aventure a à peine commencé ! Le projet a reçu un très bon accueil de la part des institutions ; si cette première expérience s’avère concluante, elle pourra certainement être proposée et réalisée à plus grande échelle, comme tous le souhaitent.

Sur sito del progetto vous trouverez toutes les précisions et informations pour adhérer et participer à cette action.

 

2 Comments

  • condivido il contenuto del commento precedente sarebbe utile e doveroso seguire il consiglio dato , quello di proporre questa esperienza/sistema alla UE ma farne anche proposta al ns governo e alle regioni

  • Molto bella e incoraggiante sia l’impostazione del progetto, sia la dimensione « collettiva » con cui diverse agenzie del Movimento dei Focolari cercano di unire le diverse competenze ed esperienze per raggiungere un obiettivo comune per dare una risposta « globale » al problema.
    Sulla base dei risultati che il progetto si prefigge di ottenere, lo si potrebbe proporre all’Unione Europea come esempio concreto da seguire e da sostenere anche in altri paesi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *