3ème Summerjob en Slovénie, contre la pauvreté


20161019-01Le 17 octobre est la Journée Mondiale contre la Pauvreté, instituée sur initiative du père Wresinski, qui en 1987, organisa une grande manifestation pour les droits humains à Paris. La pauvreté assume différents visages, incarne des situations, des lieux, des populations entières. On ne pourra jamais s’habituer au fait que les êtres humains ne puissent pas jouir d’une vie digne d’être vécue.

Les Jeunes pour un Monde Uni de la Slovénie, pendant l’hiver, se dédient – parmi leurs nombreuses activités – à l’organisation du « Summerjob », un camp de travail d’été : pour rechercher le lieu, les différents contacts avec les maires, les évêques, les curés et les personnes d’une localité particulière, afin de comprendre comment offrir pendant l’été leur soutien en faveur des personnes dans le besoin. Cette année la collaboration avec la Caritas locale a permis de trouver des personnes et des familles qui ont besoin d’une aide très concrète.

20161019-02Ils se sont donné rendez-vous à la fin de l’été, du 15 au 20 août dernier, à Vrbje, un petit village proche de Celje. A l’occasion de cette troisième édition neuf chantiers ont été ouverts. Environ 40 personnes se sont engagées, sept heures par jour, dans ces nombreuses activités :  travail agricole,  restructuration de l’espace extérieur d’une maison, construction d’un poulailler, restructuration de la maison d’une femme invalide, préparation des aides pour les populations de Macédoine frappées par les inondations, peinture de l’intérieur d’une femme qui vit dans des conditions misérables.

Il s’agissait en particulier de mettre concrètement en pratique la fraternité, en tissant des liens profonds avec les gens du lieu, et en redonnant à beaucoup d’entre eux cette dignité qu’ils ont souvent perdue. Partager certaines situations en essayant d’être un soutien pour ceux qui vivent en marge de la société est un choix qui engage, qui requiert énergie et temps, mais c’est surtout le choix de se donner qui a mis en place l’initiative.

20161019-05Quelques-uns des jeunes participants nous écrivent ce qu’il y a de plus significatif : « Justement les travaux les plus exigeants nous ont fait comprendre qu’à la base de l’indigence il existe souvent des problèmes de relation. Par exemple avec une dame, bien que notre travail ait été défini bien à l’avance, nous avons passé quelques heures le premier jour uniquement pour faire connaissance, pour qu’elle puisse avoir confiance en nous. Après seulement, elle nous a permis de toucher à quelque chose dans son appartement qui avait besoin de tout ».

Pas mal de temps pour écouter, parler avec les gens et partager nos expériences, nos préoccupations, les projets futurs. Le tout vécu dans un climat où tout le monde s’aidait, la disponibilité est au top niveau et en conséquence la joie est vraiment grande.

Mais le Summerjob ne se résume pas au travail : le soir on partage ce qui s’est vécu pendant la journée et ce sont des moments solennels, qui te prennent, qui lient et unissent toujours plus les participants.

Ils ajoutent : « Le dernier jour nous nous sommes salués avec les « employeurs » en prenant un café autour des photos du camp d’été. Il était très difficile d’exprimer ce que nous avions réussi à construire en seulement quatre jours. Ce fut un moment très fort ! ».

A la fin, au fond, celui qui reçoit est toujours celui qui donne avec joie.

Voir la page facebook du Summerjob Slovénie 2016

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *