La Parole vécue: une humanité nouvelle


holding-hands-752878_960_720Délégué de classe

Depuis que j’ai entend parler de façon nouvelle de Dieu Amour, je ne peux plus déranger ma classe ni griffonner sur mon bureau. Le professeur s’est rendu compte de mon changement et m’a nommée déléguée de la classe. Mais depuis il m’est difficile de signaler  les camarades qui se comportent mal parce que je cherche à voir Jésus en eux et que je ne désire pas qu’ils soient punis. Un jour, vu que je ne l’avais pas fait, un autre est allé dénoncer trois d’entre nous. Pour leur éviter d’être punis, j’ai convaincu le professeur de leur faire nettoyer la salle de classe et, le cours une fois terminé, je suis allée moi aussi les aider. Depuis, petit à petit, le climat de la classe s’améliore. (Victoria – Ouganda)

Récolte de fonds

Ayant appris que le père d’une famille nombreuse et pauvre avait un besoin d’une opération urgente mais n’avait pas de quoi la payer, j’ai senti que Jésus me demandait de faire quelque chose. Avec quelques amies je me suis engagée à récolter des fonds en mobilisant aussi des collègues de travail. Une fois obtenue la somme nécessaire,  j’ai accompagné le malade à l’hôpital en avançant le montant des soins. L’intervention s’est bien déroulée. Je ne sais pas si la joie de cette famille était plus grande que la nôtre. Je pense que de petits gestes comme celui-ci  contribuent à construire la paix. (N.Y. – Jordanie)

A l’aéroport

Au contrôle des bagages il y avait devant moi un passager contrarié parce qu’il devait se dessaisir de pots de confiture. « Mais  de grâce ne les jetez pas car elles sont spéciales ! » Lorsqu’à mon tour j’ai passé le contrôle, cette même personne m’a raconté que c’était sa mère qui les avait préparés pour ses petits-enfants. « Dans ces pots il y a tout son amour », ajouta-t-elle. Puis après un moment de silence : « Pourquoi le monde doit-il être régi par la peur ? Oui, je comprends, avec tout ce qui se passe… mais les structures sociales nous inculquent la méfiance, le soupçon. Où donc  est passée la beauté de la vie ? ».  Je n’avais pas de réponse, j’avais les mêmes questions… tandis que passait devant nous une petite fille souriante en fauteuil roulant. Nous l’avons regardée et ce visage heureux d’une enfant toute jeune bloquée par son état de santé nous laissa  bouche bée. Il suffit d’un sourire pour que l’aéroport s’illumine lui aussi ». (C.M. – Autriche)

Prier ensemble

J’étais hospitalisé dans un service d’oncologie pour des soins et des examens de contrôle. Une occasion pour aimer les autres à travers de petits gestes concrets et le partage des souffrances. Mon voisin de lit, un paysan grand et fort, à l’apparence rude, se préparait à subir une chimiothérapie, quand son médecin et la sœur infirmière lui ont appris le décès subit de son fils et le report de ses soins  pour lui permettre de rentrer chez lui. Je l’ai vu se plier en deux à l’annonce de cette terrible nouvelle. Nous sommes restés seuls. Tandis qu’il préparait ses affaires en pleurant, j’ai pris mon courage à deux mains et je lui ai demandé avec délicatesse et respect s’il lui arrivait de prier. Il m’a dit que oui et je l’ai invité à réciter ensemble un Notre Père pour son fils. J’ai remercié Dieu pour avoir osé lui demander de prier ensemble. (Pablo – Philippines)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *