Angola : le courage de pardonner


Angola-a«Mon frère était né le 12 mars 1995 dans la ville de Bié, au sud de l’Angola. C’était un enfant joyeux, il aimait la nature, monter dans les arbres, cueillir les fruits et les apporter aux autres. Il était vif et actif et avait commencé très jeune à travailler. A l’âge de 15 ans, il a commencé à atteindre ses objectifs. Ne voulant pas peser sur ses parents, il a commencé à travailler comme aide maçon. Puis à 16 ans, comme mécanicien de moto et de vélo.  Il rêvait de devenir médecin pour pouvoir aider les gens, comme notre père. Oui, parce que je suis en train de vous raconter la vie de mon frère.

Il y a deux ans, avec trois de ses amis, ils sont allés à la mer. Alors qu’ils rentraient à la maison, ils ont été surpris par les policiers. A cette époque-là, il y avait beaucoup de tensions en ville, beaucoup de violence. Afin de la contrôler, la police avait décrété un couvre-feu : tous ceux qui étaient dans les rues après 18 heures devaient être arrêtés. C’était une façon de faire peur aux délinquants et de tranquilliser la population. La plupart des personnes cependant, n’avaient pas été encore averties de cette décision qui n’en était qu’à son premier jour d’application. Parmi celles-ci, mon frère et ses amis qui se sont tout simplement trouvés au mauvais endroit au mauvais moment. Mon frère, pris pour un délinquant, a été arrêté.

Le temps passait et il ne rentrait pas à la maison. Angoissés, nous avons été le chercher partout : dans la famille, dans les hôpitaux, en prison, à la plage où il était allé. Mais aucune trace de mon frère.

A la fin, un oncle nous a proposé de le chercher dans le dernier endroit où nous aurions voulu aller : la morgue. Son corps était là. Il avait seulement 20 ans et tout le futur devant lui.

Cela a été un moment très dur, une très grande souffrance pour notre famille. Vues les traces sur son corps, on comprenait que les policiers avaient été très cruels avec lui et qu’il avait souffert terriblement avant de mourir. Cette tragédie a provoqué une profonde crise, en particulier chez mon père. Lui qui avait choisi de travailler pour sauver des vies humaines, se trouvait maintenant devant le drame d’un fils qu’il n’avait pas pu aider…

Je connaissais la spiritualité du Mouvement des Focolari depuis longtemps, et j’essayais de mettre l’Évangile concrètement en pratique. Dans le fait de me donner aux autres, j’avais trouvé une plénitude de vie. Mais avec la mort de mon frère, est né en moi un sentiment de haine envers les policiers qui avaient commis cette atrocité. La douleur creusait en moi un vide impossible à combler. J’ai été longtemps tourmentée intérieurement : dans mon for intérieur, je sentais cependant  qu’un processus de pardon se mettait peu à peu en route.

Mais cela n’a pas été facile. Seulement Dieu pouvait remplir ce vide et rendre mon cœur capable de miséricorde. Au cours de ce processus, l’amour de la communauté des Focolari dans ma ville a été fondamental. Je me suis sentie aimée, écoutée et aidée par tous. J’ai ainsi trouvé en moi la force de pouvoir faire ce choix. J’ai redécouvert le don de la paix en la reconstruisant tout d’abord en moi-même. Jusqu’à arriver à regarder chaque policier avec, dans les yeux et le cœur, plein de miséricorde.»

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *