Évangile vécu: »La source de la vie »


20180201-01Une réponse immédiate

Au début de l’été nous achetions toujours du bois et du fuel pour l’hiver, mais on était déjà en automne et nous n’avions pas encore l’argent cela. Un jour, nous en avons parlé en famille et nous nous sommes dit : « Dieu, qui est Père, connaît nos besoins et l’important est d’avoir confiance en Lui ». Nous n’avions même pas fini ce que nous disions qu’un de nos amis est arrivé avec une enveloppe contenant de l’argent, fruit d’une collecte. Il ne nous était jamais arrivé d’avoir une réponse aussi rapide de Dieu qui pourvoit à ses enfants !

I.S. – Serbie

 Chez la dentiste

Un garçon de notre communauté avait les dents très abimées, mais, comme il était d’une famille pauvre, il ne pouvait pas se faire soigner. Un jour nous l’avons accompagné chez une dentiste, mais en arrivant dans la clinique où elle travaille, nous nous sommes rendu compte qu’elle était fréquentée par des riches. Confiants dans la providence, nous sommes entrés quand même. Après la consultation, la doctoresse nous a demandé si nous pouvions payer un travail aussi coûteux. Nous lui avons expliqué que nous allions organiser avec des amis une vente d’objets et de vêtements usagés pour couvrir les frais. Manifestement intéressée, elle a voulu en savoir plus. « Vous me paierez avec ce que vous avez » a-t-elle conclu. Alors que nous sortions, elle nous a ajouté : « Vous savez, j’ai beaucoup de problèmes et il m’est venu à l’esprit que je pourrais réaliser ces soins gratuitement si en échange vous pouviez prier pour moi ». C’est ce que nous avons fait. Quelque temps après elle nous a dit que notre présence avait apporté une note de joie et de sérénité à son travail.

G.B. Philippines

 

Rencontres en prison

Sachant qu’il existe tant de personnes seules qui ont besoin que quelqu’un soit à leur chevet, nous avons pensé aller visiter les malades d’un hôpital, les prisonniers et les enfants d’un orphelinat. Aux enfants, nous avons apporté des jouets, des objets et des vêtements. Puis nous nous sommes dit: pourquoi ne pas utiliser les moyens de communication pour atteindre le plus de gens possible? Nous avons obtenu une demi-heure de programme sur la radio locale, uniquement pour nous. Un grand nombre de personnes a suivi notre transmission. Lorsque nous sommes retournés à la prison, ils nous ont accueillis en nous disant qu’après avoir entendu notre émission, ils nous attendaient. D’habitude il n’est pas permis aux garçons de notre âge d’entrer à la prison, mais pour nous ils ont fait une exception. Avec nos chants et nos expériences d’Évangile, nous avons parlé à une centaine de détenus, hommes et femmes, et une dizaine de gardiens. Ils nous ont demandé de revenir. Même le journal local a relaté la nouvelle de ces rencontres dans la prison.

Un groupe d’amis – Ouganda

 

La maladie

Lorsque j’ai su que Monique avait été frappée par le Sla, même si nous ne nous voyions plus depuis deux ans, je suis retourné la voir pour me mettre à sa disposition. Nous nous étions vraiment aimés, mais pour différents motifs nous nous étions éloignés. La foi simple de Monique se heurtait à mon agnosticisme. À côté d’elle, qui acceptait sereinement sa nouvelle situation, j’ai vécu un véritable bouleversement intérieur. Les chrétiens le qualifieraient de ”conversion”. Lorsque sa maladie est arrivée au stade terminal, j’étais complètement transformé. Je ne dis pas que j’avais trouvé la foi, mais le respect pour Monique avait créé en moi un nouvel espace.

J.M. – France

 

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *