Moi aussi j’étais au Genfest 90


Chiara Favotti

Chiara Favotti

Celui de 1990 a été pour tous le ‘’Genfest du mur’’. Ou plutôt de l’écroulement du mur. Quelques mois seulement auparavant, un fait d’une portée historique avait commencé à changer le visage de l’Europe et du monde. Durant une nuit inoubliable, après des semaines de désordre public, et les premiers signes d’ouverture entre l’Allemagne de l’Est et celle de l’Ouest, beaucoup de citoyens de Berlin Est avaient grimpé sur le mur qui, depuis 28 ans, les séparait de l’Ouest et avaient commencé à ouvrir des brèches à coups de pioche. Ce mur était seulement  une partie de la ligne de démarcation, longue de 6500 kilomètres, entre l’Est et l’Ouest. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, elle séparait le continent en deux blocs, à partir de la Finlande, sur la mer Baltique, jusqu’à Trieste, sur l’Adriatique. C’était un Mur non seulement matériel, avec ses miradors, ses barrières de fils barbelés, ses chiens policiers, ses radars infrarouges,  mais aussi un mur psychologique, économique et culturel.

Je suis née à Trieste, une ville au Nord-Est de l’Italie, où tout parle de ‘’frontière’’, de cohabitation avec la limite: limite très nette entre la terre et la mer dès qu’on y arrive, émerveillé par avec le spectacle de la côte rocheuse qui plonge dans la mer en la surplombant. La beauté de cette ville se révèle à l’improviste, après un virage. Peu de kilomètres séparent la limite ‘’géographique’’ de la  frontière ‘’politique’’, sur le haut plateau qui l’entoure. De chez moi je suis à cinq minutes en voiture de la Slovénie: la frontière est aujourd’hui toujours ouverte. Jusqu’en 2007, date d’entrée  de la Slovénie dans l’espace Schengen, c’était un barrage défendu par des militaires à l’intérieur d’une guérite. A Gorizia, la ville  voisine, un mur en béton, semblable à celui de Berlin, mais plus petit, coupait la ville en deux.

J’ai grandi avec cette idée de ‘’séparation’’ : les italiens d’un côté, de l’autre les slovènes et les croates (en minorité aussi à Trieste). Je me souviens d’îlots culturels, d’écoles et de théâtres rigoureusement italiens ou slovènes, comme des sortes d’archipels qui entraient rarement en communication. Je me souviens de la langue incompréhensible parlée par d’autres étudiants dans les autobus quand j’allais à l‘école. Je revois ces cars, immatriculés en Slovénie ou en Croatie, qui entraient dans la ville et se dirigeaient vers les magasins proches de la gare pour faire le plein de tous les produits qui n’arrivaient pas ‘’de l’autre côté »… les femmes qui endossaient plusieurs couches de jupes et de pantalons, quitte à  paraître énormes, pour emporter le plus de marchandises possibles. Je me souviens de leur impulsivité en voulant tout acheter et le manque d’éducation avec lequel elles étaient traitées, avec un adjectif impossible à répéter. Nous les italiens, nous franchissions la frontière en montrant un ‘’laissez-passer’’ réservé aux frontaliers pour acheter de l’essence et de la viande à un meilleur prix. En voiture, nous nous taisions, un peu craintifs. Papa nous ordonnait de ‘’ne rien dire’’, car ce que nous déclarions au militaire pouvait être mal interprété. A peine avions-nous dépassé le moment de suspens, une fois entrés en Slovénie, notre joie habituelle reprenait le dessus. Pendant mon adolescence, la fréquentation des Gen et des Jeunes pour un Monde Uni, ainsi que les nombreuses expériences vécues ensemble, m’ont ouvert le cœur bien au-delà des murs que je connaissais: je voyais les choses « en grand » et je rêvais à un monde réellement uni. Ce n’était pas une utopie, mais une mentalité nouvelle, un objectif vers lequel se diriger à petits pas, mais animé de fraternité authentique.

Genfest1990J’ai participé avec eux au Genfest’90. Inoubliable. Pour la première fois, dans une explosion de joie, jeunes de l’Est et de l’Ouest se regardaient dans les yeux, se serraient les mains, pendant qu’une retransmission satellite en direct transportait des millions de spectateurs dans l’enceinte du Palaeur. Un message fut adressé à tous : apporter l’amour dans le monde. « L’amitié ou la bienveillance, ce n’est pas suffisant – nous dit Chiara Lubich – la philanthropie, la solidarité ou la non-violence ne suffisent pas. Il s’agit de nous transformer, de sortir de notre état d’hommes centrés sur leurs propres intérêts, pour devenir de petits héros quotidiens, au service de leurs frères ».

L’année suivante, je partis pour Moscou. Le rideau de fer qui séparait l’Est et l’Ouest était tombé, mais au prix fort, désagrégeant des idéaux et réduisant en poussière un système social. Il n’y avait ni vainqueurs ni vaincus, seulement des désillusions, des souffrances, et une pauvreté diffuse. Pour moi ce fut clair : il ne suffisait pas d’abattre un mur pour créer une société libre et juste. Et ces paroles entendues au Genfest : ’’C’est seulement dans la concorde et dans le pardon que l’on peut construire un avenir’’, demeurent pour moi, l’unique voie possible.

2 Comments

    • Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *