Summer campus dans les périphéries

6829508592_f6b791a569-dscf1319_o

Depuis plusieurs années, après à un travail de requalification, la Cartiera, ancienne usine à la périphérie de Turin (Italie du Nord), n’a plus l’aspect d’une structure abandonnée. Avec le Summer Campus de Turin, organisé par les jeunes pour un monde uni, du 28 juillet au 6 août, un souffle d’air frais et de vie est passé par là. C’est leur première expérience dans le genre, en vue de mettre la périphérie au centre. Alternance de temps de formation et d’action. Le point fort a été la participation des enfants du quartier, de nationalité et cultures différentes: avec les jeunes du Campus, ils ont réalisé, avec simplicité et dans la bonne humeur, un récital, fruit de l’engagement et de la collaboration vécus au cours des ateliers artistiques (peinture, musique, théâtre, danse, chant). Une richesse de talents qui a mis en valeur les diversités culturelles de ce quartier, considérées non pas comme un motif de discrimination sociale, mais de dialogue et de discussion.

Les thèmes abordés durant les moments de formation ont suscité une réflexion qui a invité les jeunes à devenir des citoyens actifs, en ouvrant des débats sur le dialogue interculturel, sur la fin de vie, sur « techniques et écologie ».

A Rome le Summer Campus 2018 s’est déroulé sous le signe de l’engagement et de la détente. Les activités proposées dans le quartier du Corviale – une bâtisse longue d’environ un kilomètre, connue sous le nom de « Serpentone » – n’ont pas manqué d’être variées: ateliers de musique, peintures murales et travail de l’argile pour les enfants ainsi que des débats sur des questions d’actualité, avec la participation d’experts, pour réfléchir sur les événements et les défis de notre quotidien: les périphéries, la légalité organisée à partir de la « base », l’accueil des migrants vu sous l’angle social et juridique, la participation à la vie politique, l’inutilité de la guerre et la manipulation médiatique, origine et cause de nouveaux conflits.

En plus des diverses associations du quartier, quelques unes des 8000 familles qui habitent le « Serpentone » ont ouvert leurs portes et partagé leurs expériences douloureuses et leurs espoirs. Ce qui, à première vue, ressemble à un grande et imposante construction, dont on n’arrive pas à voir l’extrémité à l’œil nu, avec des rangées d’appartements et de fenêtres toutes égales, ne fait plus peur lorsqu’on y entre: c’est ce qu’ont expérimenté les jeunes du Campus en rencontrant les personnes, leurs visages et leurs histoires… ce qui leur a permis d’aller au-delà des frontières et des préjugés, et surtout au-delà du mur de ciment que chacun porte en soi. Jeunes du Campus, enfants et familles du Corviale ont travaillé ensemble pour la réalisation de la fête finale dans la paroisse du quartier. Une occasion d’exposer les productions des ateliers, mais aussi de tisser des liens entre les réalités, souvent distantes, du territoire et redécouvrir le sens de la communauté et de la famille.

Le parcours de ce Campus s’est achevé les 11 et 12 août, d’abord au Cirque Massimo de Rome, où le Pape François a rencontré 70 000 jeunes pèlerins venus de toute l’Italie et ensuite Place Saint Pierre avec la célébration de l’Eucharistie suivie de l’Angélus. Le Pape a invité chacun à ne pas rester sur son canapé, à ne pas aspirer à la tranquillité, mais à risquer courageusement la réalisation de ses propres rêves. Les expériences vécues dans les périphéries de Turin et de Rome ont incité chaque participant à faire ses premiers pas sur la route, engageante mais nécessaire, qui conduit à la réalisation de ses propres rêves.

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *