Une fleur au “quartier de l’Évêché”


“Regarder autour de soi, reconnaître le positif  et le répercuter, grâce à l’amour réciproque envers tous, en particulier vers les périphéries, en allant à la rencontre des plus pauvres. Tel était le désir de la communauté des focolari de cette ville. Des pauvres, nous en avons vu et écouté beaucoup. Le premier jour cinquante enfants, réunis par le prêtre, Frère Michele Floriano, nous attendaient à la Paroisse St Joseph. Une  joyeuse bande que nous avons affrontée en nous abandonnant avec confiance aux plans de Dieu”. Nocera Inferiore est une ville antique, frappée, au cours des années 1970, par la criminalité et par le développement incontrôlé de l’habitat. En 1980 un violent tremblement de terre a secoué toute la province, détruisant des villages entiers et  provoquant ici aussi des victimes et des effondrements. Dans ce quartier, depuis presque quarante an,s des familles entières vivent dans des maisons préfabriquées et malsaines et attendent toujours un logement plus digne:  une promesse sans cesse reportée.

Le chantier “Hombre mundo” a eu lieu pendant trois jours, du 21 au 23 juin dernier: tout comme ceux du même genre, engagés dans de nombreux Pays, il doit son nom au travail de personnes qui aspirent à un monde plus juste et plus uni. Les bénévoles (des jeunes et des adultes) qui se sont mobilisés, ont vécu une authentique expérience  de l’Église qui s’ouvre, comme nous y invite le Pape François. Sans oublier toutes les personnes actives dans les coulisses ou  en train de préparer chez elles les repas de midi et du soir.

“Le quartier Calenda, tout près de celui du Vescovado, rattaché à la même paroisse – nous écrivent Felice et Romilda de Angri, la ville voisine – a mobilisé son propre “Cercle d’amis ”. De plus diverses associations se sont impliquées dans le chantier, en offrant chacune leur propre contribution.  “Hombre mundo” a donc été le fruit d’une action en réseau qui a eu un grand impact. Dans ces secteurs, la marginalisation  risque de faire oublier jusqu’à sa propre identité. Nous l’avons compris lorsque nos avons demandé à une petite fille: “Où habites-tu?” et qu’elle a répondu “Lotissement 3”.   “Le quartier Vescovado pire que Scampia”: c’est l’écriteau  affiché en lettres majuscules sur un triste préfabriqué, évoquant une non moins triste compétition avec ce quartier de Naples malheureusement connu pour la délinquance et le trafic de drogue. Devant l’édifice un grand espace couvert où sont organisés des jeux pour les enfants. “Les mamans, et aussi parfois les grands-mères et les arrière-grands-mères descendaient pour surveiller et s’entretenaient avec nous, une façon de se décharger de leurs angoisses”.

“Le matin, après un moment de prière et de méditation et une fois lancé le “dé de l’amour”,  les enfants pouvaient aller sur la cour, derrière la paroisse. Les jeunes, au contraire, accompagnés par des experts, étaient engagés dans des ateliers artistiques, musicaux, dans des activités à caractère écologique et dans des visites du service psychiatrique de l’hôpital voisin. A plusieurs reprises nous avons touché du doigt l’intervention ponctuelle de Dieu qui nous soutenait, en nous faisant rencontrer au bon moment des personnes en mesure de nous aider. Par exemple, le troisième jour nous avions des difficultés pour organiser les jeux, lorsqu’un coup de fil est arrivé: c’était une personne spécialisée dans l’accompagnement des enfants et qui se mettait tout de suite à notre service. Tout le monde a offert ses talents, y compris les juniors qui se sont occupés des plus petits, ont débarrassé le quartier des mauvaises herbes et ont planté des fleurs, pour donner une touche de beauté et d’amour à cet environnement dégradé. Les jeunes ont été très frappés par le témoignage de Roberto, âgé de 49 ans, contraint de rester à l’hôpital à cause d’une longue et douloureuse déficience, vécue comme une expérience de douleur transformée en amour”. “Hombre Mundo” s’est terminé au Rione Calenda, où le Cercle a préparé a préparé pour tous un repas en plein air, sous le signe de la fraternité et de l’amitié, avec un dernier spectacle donné par ceux qui avaient participé à l’atelier musical.

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *