Fuyant la faim


D’après les dernières estimations, ils seraient plus de 440 mille, des plus de 2 millions et 300 mille personnes enfuies du Venezuela, de 2014 à aujourd’hui, les gens qui ont passé la frontière avec le Pérou. Ils y arrivent après un voyage exténuant, avec beaucoup d’inconnues sur le futur et au milieu de mille dangers, parmi lesquels aussi dernièrement, celui de la nécessité de traverser un fleuve à la frontière. « Si l’eau est trop haute et qu’ils n’y arrivent pas, ils sont chargés sur les épaules d’un homme, en payant naturellement ». Une fois de plus, c’est Silvano, de la communauté des focolari de Lima qui écrit : « Dès le début de cet exode d’ ‘’arrivées forcées’’ nous avons commencé à nous occuper de l’accompagnement d’un nombre toujours plus élevé de personnes. Jusqu’à présent, elles sont une soixantaine, les personnes avec lesquelles on a un contact personnel. Dans le sens spirituel, humain et professionnel ». La situation de celui qui arrive est extrêmement difficile : « Ils ne possèdent que les habits qu’ils ont sur eux. Et ils ont froid, car malgré le fait que le printemps soit commencé, les températures sont encore froides. Nous avons vu l’émotion dans leurs yeux, lorsqu’ils ont trouvé les vêtements mis à leur disposition à travers une communion des biens ».

Les centres opérationnels d’accueil sont au nombre de deux : le focolare de Lima et le ‘’Centre Fiore’’ à Magdalena del Mar, dans la province de la capitale. « Ici sont accueillis trois noyaux familiaux parmi lesquels celui d’Ofelia, que de nombreux vénézuéliens enfuis au Pérou appellent désormais ‘’la mère’’. Pendant le premier quadrimestre de cette année – raconte Silvano – nous avons été en contact avec une psychologue, Irene, qui elle aussi a débarqué depuis quelques mois. Invitée dans notre siège opérationnel, qui est en fait le focolare, elle avait porté avec elle ses parents et quelques amis. A cette occasion, elle avait connu l’esprit qui anime le focolare, et en connaissant les nécessités de nombreux de ses concitoyens, à traiter le traumatisme subi, elle s’est offerte de proposer gratuitement son service en tant que psychologue à ceux qui en ont fait la demande. Un petit projet a tout de suite été mis sur pied, comme réponse immédiate à la promesse évangélique ‘’Donnez et il vous sera donné’’ ».

Après une conférence sur le thème des émotions, tenue par Irene le mois de juillet dernier, suivie quelques semaines après par un second workshop, nous avons ouvert un cabinet de consultation dans un local du ‘’Centre Fiore’’ de Magdalena del Mar. « Le ‘’Projet de développement psycho-émotionnel pour des populations vulnérables’’ est né ainsi, afin de répondre à la massive réalité migratoire que nous sommes en train d’affronter. Dans la présentation du projet, qui s’adresse d’une manière particulière aux catégories les plus fragiles, comme les femmes, les enfants, les jeunes et les personnes âgées – explique Silvano – on comprend que ‘’fournir les instruments pour faire face à la situation et permettre de s’intégrer’’ avec la communauté péruvienne, ‘’est un impératif’’. Pour cela, le projet, comme c’est écrit, rentre dans les objectifs des focolari, afin de ‘’collaborer à la construction d’un monde plus uni, guidé par la prière de Jésus au Père (Que tous soient Un, Jn, 17,21), dans le respect et l’appréciation de la diversité en privilégiant le dialogue comme méthode et l’engagement constant à construire des ponts et des relations de fraternité entre individus, peuples et domaines culturels’’. Les cas les plus communs sur lesquels on a pu intervenir sont les formes de dépression développées dans des situations de précarité, ou d’anxiété générée par les préoccupations pour survivre, des mauvais traitements subis, ou encore des troubles dans le développement. Le projet offre un support une information, une éducation, avec des parcours individuels ou de groupe, des conférences sur les thèmes du contrôle émotionnel, de la violence de genre, de l’estime de soi, de l’amour pour soi-même et pour les autres, sur les stratégies de coaching ».

Quelques-unes des personnes suivies ont trouvé du travail, d’autres en cherche encore un, d’autres encore ont le projet de rentrer dans leur pays d’origine ou de chercher une autre destination. « Jusqu’à présent, au total, ont été réalisées 35 sessions d’attention et de soins psychologiques. Grâce à l’aide d’amis, de parents, et de toute la communauté, nous comptons continuer à offrir ce service gratuit aux migrants vénézuéliens en difficulté ».

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *