A Londres, rencontre entre des juristes de différentes Églises


“L’Évangile a aussi de profondes implications dans le monde du droit et la Lawyers’Christian Fellowship (LCF, association de juristes chrétiens) veut apporter la Bonne Nouvelle de Jésus dans ce milieu”.

C’est ce que l’on peut lire sur la page web de cette organisation britannique  qui depuis 1852 réunit des juristes, des avocats et des étudiants en droit de différentes dénominations chrétiennes. Au cours de ces 150 ans son action s’est développée autour de trois axes: vivre selon les “lois” évangéliques dans le travail quotidien; former les jeunes juristes et agir au niveau international.

C’est ce dernier point que reprend la conférence intitulée: “ Un juriste selon le coeur de Dieu: l’enseignement du Psaume 119”,  à laquelle a été invité à participer Communion et Droit (CeD), le réseau international qui réunit des juristes, des avocats et des étudiants animés par la spiritualité des Focolari”. Nous avons posé quelque questions à Elisabeth Scomazzon et à Pasquale De Rosa, conseillers en Droit canonique, qui y ont participé au nom de CeD.

 Quel est le point de convergence des ces rencontres entre juristes appartenant à diverses Eglises?

Elisabeth Scomazzzon – Avant même notre notre profession, c’est la foi qui est le point central,  le lien le plus fort qui nous unit. Ces rencontres sont particulièrement significatives parce que l’on passe d’une unité affective à la recherche de voies possibles au plan juridique, par exemple à travers un engagement manifeste et sans équivoque  en faveur des personnes les plus fragiles de la société. Ce sont là des choix où le droit peut contribuer à bâtir des relations plus fraternelles, susceptibles de faire naître des comportements positifs.

  Quels sont les points communs et ceux sur lesquels il faut encore travailler, sur le plan juridique, que vous avez traités?

Pasquale De Rosa – Nous partageons ensemble un engagement commun à témoigner de la vie chrétienne dans notre profession, par exemple dans la relation avocat-client et dans les divers milieux où un juriste travaille : être des témoins authentiques, porteurs de la nouveauté dont le christianisme est dépositaire.

Notre travail s’effectue en lien avec le chemin de nos Églises respectives et il s’agit pour nous de travailler ensemble, à commencer par ce que Chiara Lubich appelait le dialogue de la vie, en partageant nos expériences en tant que juristes, par exemple autour d’une question brûlante comme celle des droits humains  et leur mise en œuvre face aux nombreux défis actuels.

De quelle manière des hommes et des femmes évoluant dans le monde du Droit et appartenant à des Églises différentes, peuvent-ils contribuer à la paix et à l’harmonie de leurs sociétés respectives, dans un climat comme celui d’aujourd’hui, traversé par des idées et des manières d’agir qui divisent?

Elisabeth Scomazzon – En présence de la complexité et des défis d’aujourd’hui, l’engagement à travailler unis peut être une contribution significative pour construire de la paix.

Au fond, chaque peuple et chaque nation se donne des règles, possède une organisation et le Droit peut aussi être un instrument de communion qui aide à trouver des réponses aux questions urgentes de notre planète et au cri des populations victimes d’injustices, d’exploitations et de guerres.

Chrétiens d’Églises différentes, trouver ensemble des solutions dans le domaine juridique n’est pas  une utopie, mais une grande chance et une occasion de faire espérer que l’unité est possible.

                                                                                                                                                    Pour la Rédaction

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *