Un pas après l’autre « Faim Zéro »


Voir grand et commencer en petit, porter le regard sur le monde en oartant de son propre quartier

Partout dans le monde, les Juniors pour un monde uni commencent à remplir d’idées et de vie le projet « Faim Zéro », soutenu par la FAO, qui encourage en particulier les jeunes et les juniors à s’engager personnellement pour le réaliser.

A Mumbai, en Inde, le point de départ était de réfléchir à qui étaient les pauvres de la ville. Pauvres non  seulement en biens, mais aussi en santé, en amitié. Après avoir rencontré environ quatre-vingts de enfants atteints du SIDA qui vivent dans la pauvreté, les Juniors ont écrit une lettre à 600 familles de différentes religions qui vivent dans les immenses immeubles de la région, expliquant leur rêve d’un monde sans faim et proposant une collecte de vieux journaux qu’ils allaient vendre. Plus de 50 familles se sont jointes à eux, exprimant leur gratitude pour le projet. L’opération a été répétée, encouragée par les familles du quartier. D’autres groupes, dans diverses régions de l’Inde, répètent des actions similaires.

Et si c’est possible de créer une action pour tout un quartier, pourquoi ne pas impliquer toute une municipalité ? C’est ce qu’ont pensé trois frères de Cesate en Lombardie, Italie,en présentant leur idée au maire: faire de Cesate une « Municipalité Faim Zéro »! Avec elle, ils ont pensé à activer une synergie entre la municipalité, la paroisse et l’école, en étendant le projet aux municipalités voisines. Les enfants ont parlé du projet « Faim Zéro » au curé de la paroisse et au prêtre  responsable de l’oratoire qui, satisfaits de la proposition, ont développé une stratégie pour réduire le gaspillage alimentaire à la cantine. En ce qui concerne les écoles, on a pensé que le 16 octobre de chaque année, Journée mondiale de l’alimentation, aurait lieu l’événement « Journée faim zéro » pour réduire les déchets pendant les repas.

Et c’est précisément des synergies entre les organisations dans la ville qu’est née l’action menée par un groupe de Juniors du Liban. En collaboration avec Caritas, ils ont rassemblé plus de soixante personnes âgées qui vivent dans des situations de solitude et de difficultés économiques. Ils leur ont préparé et servi le repas de midi en organisant des danses et des jeux. A la fin, une des filles a proposé à l’animatrice qui l’accompagnait de répéter cette action chaque semaine. « Mais il faut un gros budget pour le faire », a-t-elle répondu. « Vous les adultes – a dit cette jeune – vous pensez toujours à de grands projets, mais nous devons commencer par de petits gestes ». Impliquant une femme du même âge et d’autres adultes, elle a lancé une petite action : ensemble ils préparent un repas toutes les deux semaines et l’apportent à une famille en difficulté en passant l’après-midi  avec elle.

Anna Lisa Innocenti

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *