Syrie, une génération d’espérance

Foto: AFN onlus


Beaucoup de projets humanitaires tentent de soulager les difficultés de la population. Depuis 2012, le Mouvement des Focolari offre également son soutien et de l’assistance par le biais des asbl AMU et AFN.

Forte dévaluation de l’argent, augmentation inexorable du coût de la vie en rapport avec une constante baisse des services publics. Ce sont juste quelques échos qui composent le bilan social et civil de sept années de guerre en Syrie. Parmi la population, les effets sont toujours plus lourds. Il y a ceux qui ont perdu leur travail et qui sont obligés de dépenser toute leur épargne pour survivre et se soigner, dans un pays où les médecins, les enseignants et beaucoup d’autres professionnels dans tous les domaines, ont dû émigrer à l’étranger. Dans cette situation d’extrême difficulté, comme l’écrivent les personnes référentes des projets portés de l’avant en Syrie par la communauté des Focolari, par le biais des asbl AMU et AFN , fleurissent des ‘’valeurs merveilleuses comme la solidarité, l’accueil, la générosité, la fraternité. Dieu est à l’œuvre en apportant à chacun, soutien et courage’’.

Grâce au projet ‘’Urgence Syrie’’, plus de 200 familles évacuées de Damas, Homs, Alep, Kafarbo et du littoral, ont été visitées avec régularité par des ‘’équipes’’ de volontaires qui lors des différents moments, des naissances aux anniversaires et aux diverses phases de la vie scolaire, ils ont fait arriver leur soutien, toujours dans le respect de leur sensibilité et dignité. Avec l’aide du projet, ils ont pu payer les frais scolaires, acquérir des appareils électro-ménagers nécessaires, des couvertures, de la nourriture. Mais surtout, les familles se sont senties accompagnées dans cette difficile phase de leur vie.
Aux programmes dans les domaines des soins de santé, de l’instruction et du soutien au revenu familial, déjà actifs de puis six ans, d’autres se sont ajoutés plus récemment, particulièrement dans le secteur de la formation professionnelle et de l’instruction. ‘’Cet engagement naît, en plus du fait d’aller à la rencontre des nécessités matérielles urgentes des personnes assistées, également pour offrir des occasions de travail à beaucoup d’autres, spécialement les jeunes qui, autrement, dans l’actuelle situation du pays, seraient sans travail’’.

A Dueilaa, au cours de l’année passée, plus de 90 enfants ont fréquenté l’école des devoirs en recevant comme fruits, d’excellents résultats. Au cours des mois d’été, le centre est resté ouvert afin d’accueillir jusqu’à 115 enfants. ‘’Quelques mamans nous disent que leurs enfants, même s’ils sont malades ou ont un autre programme dans la famille, préfèrent venir ici’’. A Homs, un autre centre pour enfants et juniors a pris le nom de ‘’ Génération de l’espérance’’. Les étudiants qui la fréquentent ont passé brillamment les examens dans leurs écoles respectives. Ici est également offerte la possibilité d’un accompagnement psychologique adressé aussi bien aux enfants qu’à leurs parents. ‘’Nous travaillons en particulier sur les traumatismes subis à cause de la guerre. Ces moments aident à faire renaître la confiance et à trouver des solutions à énormément de problèmes.’’.

Toujours à Homs, mais aussi à Kafarbo, depuis plus de deux ans, un projet de soins de santé a permis d’approcher jusqu’à présent, une centaine de personnes ayant des besoins de soins médicaux spécialisés. ‘’Nous essayons de collaborer avec d’autres organismes, afin de pouvoir aider les patients même si le coût des soins ou des interventions chirurgicales dépasse nos possibilités’’.

Chiara Favotti

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *